skip to Main Content

Archive des nouvelles

Manifestations

La Nature considérée comme partie prenante de l’entreprise ? Un postulat que l’auteur Frantz Gault propose dans son ouvrage à paraître La Nature au travail, collaborer autrement avec le vivant.
Partant du principe qu’aujourd’hui le développement durable s’impose aujourd’hui comme une valeur essentielle de toute entreprise se présentant comme responsable : la Nature n’est plus alors considérée comme simple ressource, mais comme entité partie prenante de l’entreprise. Comment dès lors la considérer ?
Ce livre important palie l’absence de propositions opérationnelles prenant pleinement en compte les intérêts de la Nature dans la gouvernance d’entreprise.
Le livre paraît le 4 avril prochain, n’hésitez pas à me revenir si vous souhaitez en recevoir un exemplaire en service de presse, et si vous souhaitez contacter l’auteur pour interview.
A noter : lancement du livre lors de l’évènement « Vers des sociétés à responsabilité assumée » à la fondation Jean-Jaurès (12 cité Malherbes, 75009 Paris), le 3 avril. Plus d’Infos

In enger Zusammenarbeit mit dem Bundesamt für Raumentwicklung (ARE) hat das IRAP Institut für Raumentwicklung mit weiteren Partner:innen das nationale Netzwerk Verkehrsdrehscheiben gestartet.
In dieser ersten Tagung werden spannende Referate und Foren angeboten, unter anderem mit folgenden Inhalten:
•       Rolle von Verkehrsdrehscheiben aus Sicht Raumentwicklung und Städtebau
•       Perspektiven von Städten, Regionen, Kantonen, Bund und Verkehrsunternehmen
•       Vorstellung der VöV-Planungshilfe zu Verkehrsdrehscheiben
•       «Best Practice»-Beispiele aus dem In- und Ausland
•       Exkursionen und Diskussionen vor Ort zu gebauten Projekten
.  Mehr Info

La patrie est une réalité qui ne se révèle que lorsqu‘on la perd. Depuis le 25 février 2020, les habitants du village de Mitholz, dans l’Oberland bernois, vivent entre la résignation et la révolte : on leur avait annoncé alors qu’ils devraient quitter leur village dès 2030 et pour 10 ans, en raison de travaux d’assainissement du dépôt de munitions voisin. Après la Seconde Guerre mondiale, une explosion catastrophique s’y était produite. Elle avait détruit la plupart des maisons et coûté la vie à neuf personnes. Des munitions s’étaient répandues sur tout le village, mais une grande partie d’entre elles, non désamorcées, sont encore enfouies dans les souterrains du dépôt. Plus d’infos

La manifestation organisée dans le cadre du Dialogue 2030 est organisée cette année par l’Office fédéral du développement territorial ARE en collaboration avec l’Académie suisse des sciences naturelles SCNAT. Le programme est riche et varié, avec des keynotes et des tables rondes sur la manière dont la science peut participer à la construction d’un avenir durable et sur la forme que peut prendre une collaboration efficace entre la politique, l’administration et la science pour atteindre les ODD. Plus d’infos

Pour terminer notre parcours au travers des agglomérations suisses, nous nous retrouvons à Köniz pour faire le point. Nous commençons par la ceinture verte de Berne, le paysage culturel périurbain qui devient une zone de détente et donc un espace public. Nous nous pencherons ensuite sur le développement interne, que ce soit pour des petites ou grandes parcelles, nous aborderons le thème du trafic et des espaces routiers, pour terminer la promenade à la maison communale de Köniz.
Nous avons arpenté à quatre reprises les agglomérations suisses, tout d’abord la vallée de la Limmat, puis le bord du lac de Constance, puis Yverdon et les abords de Bellinzona. Après chaque balade, nous avons échangé et fait le point sur les expériences traversées. Comment les communes les agglomérations abordent-elles les défis actuels ? Les thèmes abordés vont de la numérisation aux places de village en passant par le commerce de détail. Pour ce final les représentants des communes visitées dans de notre périple et tous les intéressés par le sujet seront présents. Plus d’infos

Protéger le climat au niveau communal en tenant compte de la réduction des gaz à effet de serre et de l’adaptation au changement climatique : si la motivation et l’engagement ne manquent en général pas pour relever ces grands défis, il est parfois difficile de savoir par où commencer, particulièrement dans les plus petites communes. Dans ce cours en ligne gratuit de 2h, vous découvrirez les étapes de mise en œuvre d’une stratégie climatique et un exemple concret et inspirant pour vous mettre sur la bonne voie.
Lieu : en ligne. Plus d’infos

La planification et la mise en œuvre de la biodiversité en zone habitée constitue un défi de taille pour les communes, qui doivent concilier une utilisation de plus en plus intensive de l’espace urbain avec des exigences de qualité de plus en plus élevées. Si d’inévitables conflits d’intérêt peuvent émerger dans le cadre de l’établissement de mesures favorables à la biodiversité, de nombreuses synergies peuvent également être mises à profit. Une planification efficace implique donc d’intégrer différentes problématiques dans la planification de la biodiversité, qu’il s’agisse d’enjeux liés à la mobilité, à l’utilisation du bâti, à la gestion de la ressource en eau ou encore à la planification de l’éclairage nocturne.
Lieu : Lausanne. Plus d’infos

Cette journée organisée par SuisseEnergie pour les communes offre une occasion précieuse de vous informer sur des sujets pertinents pour notre avenir énergétique et de découvrir des projets novateurs mis en œuvre par des communes dynamiques.
Lieu : Berne, Kursaal. Plus d’infos

Cette journée organisée par SuisseEnergie pour les communes offre une occasion précieuse de vous informer sur des sujets pertinents pour notre avenir énergétique et de découvrir des projets novateurs mis en œuvre par des communes dynamiques.
Lieu : Berne, Kursaal. Plus d’infos

Découvrir le patrimoine : Réemploi et recyclage. Plus d’infos

marchabilité » illustrera différentes façons d’améliorer les aménagements piétons dans les communes, à différentes échelles temporelles et géographiques, dans le but de tendre vers plus de marchabilité. Le programme sera structuré par trois caractéristiques essentielles d’un réseau piéton de qualité : la connectivité, l’attractivité et la lisibilité. Une visite de terrain permettra, comme à l’accoutumée, d’expérimenter certaines solutions exposées et de découvrir les réalisations récentes de la ville hôte
Lieu : Neuchâtel. Plus d’infos

La troisième Conférence nationale sur la mobilité : repenser la mobilité, aborde le sujet de la résilience du système de transport avec questions suivantes : quels risques sont significatifs ? Lesquels devons-nous considérer aujourd’hui dans la planification et le développement de nos réseaux de transport pour en assurer le bon fonctionnement demain ? Quelles mesures et quels investissements sont nécessaires ?
Lieu: Berne. Plus d’infos

La ville lève le pied : les bonnes pratiques  de marchabilité, Lieu : Neuchâtel. Plus d’infos

Dal 12 al 15 ottobre 2023 arriva al Centro Esposizioni di Lugano “LuganoLifestyle” ( SITO ) – il nuovo concept che racchiude il meglio del lifestyle luganese tra arte, moda e prodotti di alta gamma – direttamente nella cornice della storica fiera dedicata all’abitare “artecasalugano”. Plus d’infos

Ce séminaire vise à mieux cerner les enjeux du vieillissement démographique pour l’organisation des territoires et des systèmes de mobilité. En particulier, face à la hausse constatée de l’usage de la voiture chez les 65 ans et plus, il pose la question de comment favoriser des pratiques de mobilité durables et actives, plus vertueuses pour l’environnement et pour la santé des seniors. Lieu : Lausanne, rue Beau-Séjour 24. Plus d’infos

Rencontre nationale sur l’aménagement des espaces de vie dans les communes et villes
Lieu : KUK Aarau. Plus d’infos

La culture écologique occupe une place grandissante dans la conception de la ville actuelle. Elle constitue le pivot à partir duquel il est possible d’énoncer de nouvelles manières de regarder, de procéder et d’opérer, fabriquant un ensemble d’arts de faire dans et pour la ville écologique.
Lieu : Archizoom, bâtiment SG, EPFL.

« À mi-parcours de l’Agenda 2030 : avec détermination vers plus d’efficacité »
Lieu : Eventfabrik Berne. Plus d’infos

VERS DES QUARTIERS POST-CARBONE ?
Intitulé « Vers des quartiers post-carbone ? », le Forum des transitons urbaines 2023 abordera sous différents angles une thématique cruciale pour notre environnement construit. Divers enjeux urbanistiques, paysagers, architecturaux et systémiques seront présentés à cette occasion, avec l’objectif d’offrir aux participants un tour d’horizon de paramètres incontournables, de démarches innovantes et d’expériences pionnières. Grâce à la diversité des exemples présentés, ce rendez-vous s’adresse aux chercheurs, praticiens, décideurs politiques et responsables de services publics intéressés à la transition et, plus largement, aux évolutions qualitatives des territoires urbains.
Lieu : Neuchâtel. Plus d’infos

Un pas vers la ville de demain
Les aménagements temporaires de l’espace public, qui favorisent la marche et le séjour, ont gagné en importance ces dernières années dans toute la Suisse. En tant qu’instruments de planification de la ville, ils répondent de manière ciblée aux besoins de la population, souvent dans le cadre de processus participatifs. Qu’ils soient temporaires, provisoires ou évolutifs, ces aménagements présentent des avantages communs : petit budget, mise en œuvre rapide, procédures simplifiées. Des défis subsistent toutefois.
Lieu : Berne. Plus d’infos

La valeur des sols dans le développement territorial – Planifier et construire avec les indices de qualité des sols (IQSols). Cette journée présentera les premiers projets pilotes suisses sur les IQSols. Elle offrira également des pistes d’action aux cantons, communes et régions, ainsi que la possibilité d’échanger entre urbanistes-aménagistes, architectes, spécialistes des sols et de l’environnement, communes, cantons et Offices fédéraux.
Lieu : Palais des Congrès Bienne. Plus d’infos

« À mi-parcours de l’Agenda 2030 : avec détermination vers plus d’efficacité »
Destiné à promouvoir le développement durable en Suisse, cet événement phare de l’Office fédéral du développement territorial mettra l’accent sur les questions suivantes :
– Quels aspects doivent être abordés en priorité afin d’accélérer la transition sociale, économique et écologique ?
– Quels efforts doit-on faire pour maintenir le cap ?
– Quels facteurs déterminent la réussite des grands changements ?
– Comment les pouvoirs publics peuvent-ils créer des circonstances favorables à un avenir durable ?
Des approches novatrices et de bons exemples seront présentés lors du forum.
Lieu : Eventfabrik Berne. Plus d’infos

Un voyage à travers le monde de la Nouvelle politique régionale, de la politique de la Confédération pour les espaces ruraux et les régions de montagne ainsi que de la politique des agglomérations
Inspirer, discuter, approfondir, regarder vers l’avenir: regiosuisse organise tous les deux ans une conférence nationale. La prochaine édition aura lieu sous la forme d’une manifestation combinant plusieurs perspectives, à savoir la Nouvelle politique régionale, la politique de la Confédération pour les espaces ruraux et les régions de montagne ainsi que la politique des agglomérations.
Lieu : Morat. Plus d’infos

Le colloque de printemps du Réseau Quartiers Vivants aura lieu l’après-midi du 4 avril 2023 dans l’aula du centre culturel PROGR à Berne. Ce colloque sera consacré à la thématique du bon vieillissement dans et avec son quartier. Nous nous intéresserons tout particulièrement au rôle que joue le travail de quartier dans la cohabitation locale entre les générations.
Lieu : Berne. Plus d’infos

La série « Homo Urbanus » par Bêka & Lemoine fait le portrait de l’espace public de 10 villes du monde et les singularités locales de la cohabitation globale. 10 films invitent à flâner au rythme des différents espace-temps et à observer nos comportements individuels et de groupe en tant qu’animal urbain. Plus d’infos

L »Urban Forest » comprend des arbres isolés, des groupes d’arbres, des bosquets et des forêts dans les zones urbaines. L' »Urban Forest » est intégrée et entourée par la ville, elle fait partie du développement urbain et donc de la culture du bâti. Cet événement met en lumière deux champs thématiques : (1) l’arbre en tant que partie intégrante de la culture du bâti et (2) la mise en réseau des services écosystémiques entre la ville et la non-ville.
Lieu : Technopark Winterthour. Plus d’infos

La patrie est une réalité qui ne se révèle que lorsqu‘on la perd. Depuis le 25 février 2020, les habitants du village de Mitholz, dans l’Oberland bernois, vivent entre la résignation et la révolte : on leur avait annoncé alors qu’ils devraient quitter leur village dès 2030 et pour 10 ans, en raison de travaux d’assainissement du dépôt de munitions voisin. Après la Seconde Guerre mondiale, une explosion catastrophique s’y était produite. Elle avait détruit la plupart des maisons et coûté la vie à neuf personnes. Des munitions s’étaient répandues sur tout le village, mais une grande partie d’entre elles, non désamorcées, sont encore enfouies dans les souterrains du dépôt. Plus d’infos

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit dans des centres urbains, une proportion qui devrait atteindre les deux tiers d’ici 2050, selon les projections de l’ONU. 95 % de cette croissance de la population urbaine mondiale se fera dans des pays en développement dans les décennies à venir. Si les villes n’occupent que 3 % de la masse continentale mondiale, elles produisent plus de 70 % de ses émissions de dioxyde de carbone et consomment entre 60 à 80% de l’énergie mondiale. L’urbanisation rapide exerce une pression sur les réserves d’eau douce, les systèmes d’approvisionnement en eau et d’évacuation des déchets. L’accès au logement, aux services publics, à une alimentation saine et au marché du travail sont également des défis majeurs pour les villes. De par leur importance et leur empreinte environnementale, les villes sont des acteurs incontournables dans la réalisation des ODD.Lieu : Forum Genève Plus d’infos

Sans nature sauvage, la diversité des espèces diminue, les écosystèmes et les biocénoses disparaissent. Les conséquences ne sont pas toutes prévisibles, car la dynamique naturelle des espaces sauvages recèle plus d’un secret. La nature sauvage n’intéresse pas seulement la science, elle nous sert aussi de source d’inspiration et de lieu de détente. Lors du congrès Espaces sauvages, nous nous pencherons sur la question de savoir comment préserver et mieux protéger les grandes zones sauvages proches de l’état naturel qui subsistent en Suisse. Nous discuterons par ailleurs de la manière dont nous pouvons promouvoir de plus petits « coins sauvages » où la nature se développe librement à proximité des zones d’habitation. Lieu : Bienne Plus d’infos

Les quartiers, là où se rencontrent les gens, les générations et les groupes sociaux, sont des éléments clefs de la vie en communauté dans les espaces urbains et les agglomérations. Mais pour que la cohabitation soit possible à long terme, il faut des ensembles d’habitation et des quartiers favorisant l’intégration sociale et offrant l’espace nécessaire à des usages diversifiés. La crise du coronavirus a révélé des besoins nouveaux en matière d’habitat, que les structures existantes n’ont pas toujours réussi à satisfaire, et on a redécouvert que le quartier est un véritable centre de vie pour ses habitants. Nombre d’acteurs tant publics que privés du secteur du logement s’appuient sur les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 afin de faire en sorte que les communes soient ouvertes à toutes et tous, sûres et résilientes. Lieu : Eventfabrik, Berne Plus d’infos

Un tas de gravats, une constellation de «bulles» et d’opinions: l’exposition «Merveille ou horreur?» a pris ses quartiers au rez de la Villa Patumbah (Maison du Patrimoine). Elle est assortie d’un programme qui propose des visites guidées, des discussions mais aussi les délibérations d’un jury en «live». Lieu : Zurich Plus d’infos

Expositions, tables-rondes thématiques et expériences participatives : manifestation dans le cadre de la mise en consultation du Plan directeur communal.  Plus d’infos

GHI écrit : En s’asseyant devant cette installation futuriste, le visiteur plonge dans une carte en 3D et se retrouve téléporté dans le passé de notre région. Baptisé « Genève, une histoire sur mesure », ce dispositif immersif a été inauguré mardi 27 septembre par le Département du territoire dans une salle à la Maison Tavel. Concrètement, un système de double projection sur une maquette en relief et sur un écran frontal permet de découvrir les origines de la cité et ses transformations. Pour cette cartographie, les historiens et les scientifiques ont confronté différentes ressources : données scientifiques de la Ville, patrimoine cartographique, relevés contemporains de la base SITG (Système d’information du territoire genevois) ou encore des représentations de la cité au cours des âges.  Mehr Info

1. giornata: L’industria del granito e le lotte operaie tra Ottocento e Novecento Relatore: Prof. Pasquale Genasci
La Riviera: un paesaggio di acqua e di pietra Relatore: Dr. Cristian Scapozza
La pietra materiale da costruzione del XXI secolo Relatore: Prof. Stefano Zerbi
Lo digitalizzazione nella fabbricazione di opere architettoniche Relatore: Prof. Fabio Gramazio
Le nuove tecnologie di lavorazione applicate alla pietra Relatore: Ing.Dipl.ETHZ Giovanni Furìa
L’architettura della pietra, le costruzioni, gli arredi e le applicazioni artistiche Relatore: Architetto Dr.ssa Ida Lia Russo
Il Centro Internazionale di Scultura di Peccia Relatore: Giuseppe Facchini, Vicepresidente della Fondazione Internazionale per la Scultura
La pietra e il tempo libero: gli sport e la promozione di attività sul territorio Relatori: a cura dell’Organizzazione turistica regionale Bellinzona e Alto Ticino
Tavola rotonda Partecipanti: coordinatore ing. Giovanni Furia con tutti i relatori
2. giornata: Escursioni lungo la Via della Pietra
Lieu: Lodrino (TI)  Mehr Info

artecasalugano é la fiera più importante della Svizzera italiana dedicata all’abitare. Una vetrina eccezionale sul mondo dell’abitazione, della progettazione e dell’arredamento con tantissime novità su tutto ciò che riguarda la casa. Architettura, design per interni ed esterni, arredo e complemento d’arredo, impianti, materiali, nuove tecnologie, risparmio energetico e sostenibilità ambientale. Qualità, tecnologia e funzionalità stanno al centro del vivere del futuro. artecasalugano è la fiera autunnale più attesa del Ticino da oltre 50 anni.
Lieu : Lugano Mehr Info

Le thème 2022 est « Temps libre ». Les temps libres ou « Temps libre » telle qu’est intitulée l’édition 2022 des journées européennes du patrimoine sont une invention récente, une véritable avancée sociale de nos civilisations du 20e siècle, tout comme un grand nombre des objets proposés à la visite, mais pas seulement ! C’est un nouveau monde qui est célébré, celui qui, par les effets conjugués des congés, de la semaine de cinq jours, du développement du temps partiel et de l’allongement de la durée de vie offre une part toujours plus grande aux loisirs, au sport, au développement de soi. Jamais la population n’a eu autant de temps pour elle, ouvrant ainsi la voie à des constructions d’un genre et d’un usage nouveaux qui ne cessent de se réinventer. Mehr Info

Bluewin écrit : Open House investit le parc Lullin avec 36 projets. Après une première édition en 2021, l’exposition en plein air Open House s’installe dans le parc Lullin, à Genthod (GE), dès samedi et jusqu’au 28 août 2022. La manifestation pluridisciplinaire autour de l’habitat réunit 36 projets issus de l’architecture, de l’art, du design et de l’humanitaire. Mehr Info

Ein spannender und interessanter Anlass. Wir vom Berufsfeld Raum- und Bauplanung haben auch wieder einen Stand, wo wir die fünf Zeichnerberufe vorstellen.
Ort: Bern Mehr Info

« Compléter le cadastre RDPPF par des restrictions contraignantes pour les autorités? », tel est le titre de la manifestation d’information publique de cette année, relative au cadastre des restrictions de droit public à la propriété foncière (cadastre RDPPF).
Lieu : centre Welle7, Schanzenstrasse 5 à Berne. Plus d’info

EXPLORE, c’est le festival de la ville de demain. Il engage la population à réfléchir à réfléchir aux enjeux de la transition et à donner activement sa voix pour le changement.EXPLORE est un festival citoyen, un lieu de rencontres, de découvertes et d’échanges culturels et participatifs. Expositions, concerts, débats, conférences, ateliers sur tout le territoire genevois pour et par toutes et tous avec un but : engager ensemble la transition écologique, ici et maintenant.En particulier : Onex Micro-Territoires, Tram des Nations, Rêvons la ville de demainLieu :
Salle communale de Plainpalais en ville de Genève et ailleurs. Plus d’info

Les villes concentrent aujourd’hui une majorité des activités et de la population humaine. On y habite, on s’y déplace, on y travaille, on y mange, on s’y récrée… en un mot, on y vit.
Aujourd’hui, face au changement climatique, les villes doivent être réinventées pour relever le défi de « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables » (Objectif numéro 11 du programme de l’ONU).
L’exposition Ville et Climat, propose de vous faire découvrir sous plusieurs angles, les enjeux climatiques auxquels font face les villes aujourd’hui.
Au sein d’une scénographie immersive et didactique, vous serez amené·es à vous questionner sur les problématiques complexes que pose le changement climatique aux villes d’aujourd’hui et de demain. Plus d’info

La digitalisation a un impact sur tous les domaines de notre sphère privée et transforme notre quotidien, notre travail, nos loisirs et nos déplacements. L’effet de cette transformation sur le territoire est incontestable et place les acteurs du développement territorial face à de nombreux défis et opportunités, qui comportent aussi leur lot de risques. Lors du congrès 2022 d’EspaceSuisse, nous discuterons et étudierons les questions centrales de cette thématique avec des expert-es et montrerons, à l’aide d’exemples, ce qui est déjà possible et ce qui le deviendra. Lieu : Soleure. Plus d’info

Swissbau : Suite à la pandémie du Coronavirus la Swissbau est repoussée au mois de mai, du 3 au 6 mai précisément.

La nécessité pour le photovoltaïque d’apporter une contribution importante à l’approvisionnement énergétique futur de la Suisse n’est plus guère contestée. Le congrès nous permettra d’analyser comment accélérer le développement requis. Lieu : Kursaal Berne. Plus d’info

Le sport et l’activité physique en plein air et dans la nature ont beaucoup gagné en importance ces dernières années. La beauté du paysage participe à la détente. En même temps, l’afflux de visiteurs porte lourdement atteinte à la nature et au paysage. C’est pourquoi l’échange entre les différents cercles spécialisés doit être renforcé. Le forum s’adresse à un large public issu des domaines de l’activité physique, du sport, de la santé, du paysage et de l’aménagement du territoire. Au cœur de ces échanges, est débattue laa question centrale de savoir comment harmoniser les politiques sectorielles de sorte à garantir un paysage de qualité qui soit à la fois attrayant et fonctionnel pour le sport et l’activité physique. Lieu : Macolin. Plus d’info

La ville est au centre du travail de Jean-Marc Meunier. Cerner ce qui compose son caractère est l’idée qui guide le photographe. Par des séries de prises de vue, il en dresse un portrait multiple, principalement à travers Genève. Le style documentaire de sa démarche, sans effets ni discours, explore ce qu’il y a de moins spectaculaire dans le tissu urbain : des zones en friche ou en chantier, des espaces sans âme, des centres-villes convertis en zones piétonnes et commerciales interchangeables. Non sans ironie, ces non-lieux plantent le décor d’une uniformisation de l’expansion urbaine. Lieu : Maison Tavel, Genève. Plus d’info

Forum | Pollution lumineuse, outils pour agir ici et maintenant
Lieu : Restaurant Tibits, Lausanne. Plus d’info

Autour de Bienne, un format ouvert et flexible du NMB Nouveau Musée Bienne, un champ d’expérimentation pour de petites mais solides expositions. Des événements actuels et étonnants, des anniversaires historiques et des faits marquants émanant de la ville et de ses environs sont présentés de manière brève et incisive grâce à des objets sélectionnés, des films et des documents audios. Autour de Bienne pose un regard frais sur des sujets brûlants. C’est un lieu pour ce qui n’a pas (encore) été montré dans une grande exposition, mais dont on présume le grand potentiel. Lieu : Bienne. Plus d’info

Atelier participatif Habitat 4 Générations du Forum Grosselin (Carouge/GE)
16.10.: Réfléchir à nos manières d’habiter à l’échelle du logement et de l’immeuble
13.11. : Réfléchir à nos manières d’habiter à l’échelle du quartier et de la ville
4.12. : Elaborer les objectifs partagés de l’habitat de demain.
Mehr Info

Visites au cœur de l’architecture romande
Du 24 au 26 septembre, 150 réalisations vous ouvrent leurs portes dans toute la Suisse romande. L’événement est gratuit et ouvert à tous sans inscription. Mehr Info

– Saper fare – Savair co far » : tel est le thème des Journées du patrimoine 2021. Spécialistes ou profanes, toutes et tous sont invité-e-s à se plonger dans l’univers des métiers artisanaux, à découvrir des matériaux, des savoir-faire, des constructions savamment élaborées, à regarder les gens de métier travailler ou à s’essayer soi-même à une technique artisanale. Les guides expert-e-s seront mobilisé-e-s le week-end du 11 et 12 septembre pour faire découvrir aux visiteurs de nombreux sites prestigieux. Mehr Info

Genève accueillera la toute première Journée du matrimoine organisée en Suisse ! Une riche programmation, didactique et inspirante à ne pas manquer, en amont des Journées européennes du patrimoine. Créées en Ile-de-France en 2015 afin de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, les Journées européennes du matrimoine (JEM) se sont depuis développées dans de nombreuses villes d’Europe, aux mêmes dates que celles du patrimoine. Lieu : Palais Anna et Jean- Gabriel Eynard. Mehr Info

31.8—8.9. : Quinzaine de l’urbanisme Genève : « Faire quartier » Le thème de cette année est « Faire quartier », la forme des échanges est celle du banquet avec toute une série de contributions, discussions et débats.
1.9. : FAIRE QUARTIER AUX VERNETS
1.9. : POST-CAR WORLD Et si le monde urbain était un monde sans voiture ?
2.9. : VERSOIX, UNE EXPÉRIENCE COLLABORATIVE
3.9. : PASSAGE-PAYSAGE : ESPACE ROUTIER, ESPACE PUBLIC ? Table ronde autour du projet de recherche « Passage-paysage » qui vise à reconsidérer le réseau de routes cantonales genevois comme support pour les mobilités actives,
3.9. : LA GRANDE SOIRÉE DES PARTENAIRES
5.9. : LE NOUVEAU QUARTIER PONT-ROUGE : TÉMOIGNAGES D’HABITANTS AUTOUR DE LA CHARTE « QUARTIER EN TRANSITIONS »
6.9. : Faire quartier, expériences de Bienne
7.9. : VIVRE DANS UN (NOUVEAU) QUARTIER DE QUALITÉ
7.9. :  LE JEU DES QUARTIERS Restitution du jeu ludique autour d’un apéritif convivial Organisé par : Fédération suisse des urbanistes.
7.9. : LA FÊTE DES VOISINS La soirée de dialogue sur le thème « La fête des voisins » aborde la problématique de la densification du territoire genevois à partir d’un choix de travaux d’étudiantes et étudiants du cycle master joint master (JMA) de HEPIA.
8.9. : FAIRE QUARTIER AUX VERNETS (BIS)
Lieu : Pavillon Sicli. Mehr Info

Regards croisés sur un changement sociétal, Lieu : Fribourg. Mehr Info

Comment réussir les transitions privé-public, Lieu : Langenthal. Mehr Info

L’Homme façonne le paysage par ses activités tout comme le paysage façonne l’HommeAfin de prendre en compte le caractère d’un paysage ainsi que ses fonctions dans les projets de construction, il faut avoir une compréhension globale du paysage, de ses textures et des différents types de paysages. Dans ce cours, vous apprendrez à lire et à décrire le paysage. Vous serez en mesure d’évaluer et de justifier l’impact d’un projet de construction sur le paysage. Lieu : Morat. Mehr Info

Ragarder nos montagnes, tout un art que peintres, photographes et écrivain-es n’ont cessé d’explorer. 120 flâneurs-ses et auteurs-trices des hauteurs sont rassemblés dans un guide littéraire et une exposition. Lignes de crêtes en montagne. Les Éditions Noir sur Blanc auf Instagram: „À la fois guide de randonnées, anthologie de textes d’écrivains sur la montagne, et recueil d’éléments géomorphologiques sur le paysage…“ Montagne Magique Mystique. Musée des Beaux-Arts du Locle. Mehr Info

Intitulée « Réinventer les rives urbaines ? », l’édition 2021 du Forum abordera sous différents angles une thématique importante pour l’avenir de notre environnement construit. Grace à la diversité des recherches et des exemples présentes, le Forum des transitions urbaines 2021 constitue un rendez-vous pour les chercheurs, les praticiens, les décideurs politiques et les responsables de services publics intéressés à la notion de durabilité et, plus largement, aux évolutions qualitatives des territoires urbains. Mehr Info

Im Werkstattgespräch wird den folgenden Fragen nachgegangen: – Wie funktioniert die Landwirtschaft heute und wohin geht die Reise der schweizerischen Landwirtschaftspolitik? Welche Auswirkungen hat dies auf den Gemüsebau? – Wie reagieren die Kantone auf die aktuellen Herausforderungen? Wie die Abteilung Landwirtschaft? Wie die Raumplanung? – Welche Akteure und Kräfte beeinflussen die zukünftige Entwicklung landwirtschaftlicher Produktion nachhaltig? – Gäbe es Alternativen zu den heutigen landwirtschaftlichen Produktions- und Geschäftsmodellen? – Welchen Beitrag können Raumplanerinnen und Raumplaner leisten? Datum: Freitag, 17. September 2021, in Birmensdorf AG. Mehr Info

L’exposition en plein air, OPEN HOUSE, repense l’habitat à travers un regard artistique, architecturale mais aussi humanitaire. Imaginée et organisée par Simon Lamunière, commissaire d’exposition, les étudiant·e·s de plusieurs Haute écoles suisse dans le domaine du design et de l’architecture, dont HEPIA, ont été convié·e·s afin de proposer leurs conceptions innovantes et originales de l’habitat. Plus d’infos

La 9e édition de la conférence suisse des autorités de conciliation en matière de baux à loyer aura lieu le jeudi 6 mai 2021 online. Plus d’infos

Le Forum est un réseau national qui ouvre de nouvelles perspectives et favorise la mise en place de processus et d’actions de développement durable et la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en Suisse. Le Forum du développement durable de cette année sera transmis en direct sous le thème leave no one behind Plus d’infos

Comment les communes et les régions peuvent-elles créer des paysages de grande qualité afin d’accroître l’attractivité des sites, assurer des espaces ouverts et améliorer les habitats naturels ? Des mesures réfléchies d’aménagement du territoire et une coopération accrue sont notamment des facteurs de réussite importants. La journée d’information organisée par Pusch en propose un aperçu complet, de la théorie à la pratique. Lieu : Palais des Congrès, Bienne Plus d’infos

La 9e édition de la conférence suisse des autorités de conciliation en matière de baux à loyer aura lieu le jeudi 6 mai 2021 online. Plus d’infos

La conférence sera consacrée à l’amélioration durable du patrimoine bâti, un domaine de recherche qui s’est considérablement développé au cours des 10 dernières années et qui continue à prendre de l’ampleur. En s’orientant sur le sujet suivant : « SBE21 Patrimoine bâti durable : La rénovation du bâti ancien pour un patrimoine bâti à faible empreinte de carbone », la conférence favorisera un dialogue multidisciplinaire entre les universitaires et les praticiens travaillant dans les domaines de l’efficacité énergétique et de la préservation du bâti ancien. Le but sera de trouver ensemble les solutions qui permettront de transmettre notre héritage commun dans un avenir durable. Lieu : Andermatt Plus d’infos

Design in Dialogue Lab & online
Spatial Design is often confronted with an immense variety of transformation processes. In the workshop we’ll explore different frameworks in the field of urban transformation, organizational sciences, social psychology, complexity theory and design thinking. Through exer5cises, case studies and reflection we’ll explore new possibilities for action. Plus d’infos

Le 4 décembre 2019, le Conseil d’Etat a décidé de renforcer les objectifs climatiques cantonaux en déclarant l’urgence climatique. Les communes ont un rôle important à jouer dans l’intégration des enjeux climatiques à leur échelle. Afin de les accompagner dans leurs démarches, le service cantonal du développement durable (SCDD) souhaite mettre à disposition des communes un accompagnement méthodologique. En 2020, un cycle de six ateliers est proposé aux collaborateurs-trices et élu-e-s communaux-ales sur diverses thématiques en lien avec le climat, telles que la planification territoriale, les mobilités, la consommation, l’alimentation, l’énergie et les outils méthodologiques.
Ateliers 2020
5 mars 2020 – Collectivités et enjeux climatiques
3 septembre 2020 – Planification territoriale et climat
5 novembre 2020 – Mobilités
3 décembre 2020 – Bâtiments et énergie
14 janvier 2021 – Consommation et alimentation
4 mars 2021 – Outils
Plus d’infos

Combien de projets phares capotent parce que certains aspects ont été négligés ou une partie prenante oubliée ? L’évaluation de projet selon le développement durable (EDD) permet d’identifier les enjeux majeurs d’un projet, d’anticiper ses impacts sur l’économie, le social et l’environnement, de prendre en compte les attentes des différents acteurs, de l’optimiser en conséquence et de communiquer de manière structurée et transparente. En utilisant un outil existant de façon adéquate, l’évaluation se fait en un temps étonnamment court et offre une alternative aux visions sectorielles habituelles.
Lieu : sanu, Bienne Plus d’infos

Lorsque l’on évoque l’attractivité des transports publics, on pense en premier lieu aux horaires, aux cadences, aux temps de trajet et au confort des véhicules. 

Ces termes sont à n’en pas douter synonymes de qualité. Mais ils ne sont utiles que si l’accès à l’offre, donc aux arrêts, est lui aussi attractif. Car chaque trajet en transport public commence et se termine à un arrêt de bus, une gare ou un port, et la majorité des usagers combinent l’usage de ces modes avec la marche. Bus et trains seront d’autant plus fréquentés si les chemins qui permettent de rejoindre les arrêts sont accessibles et bien situés au sein des quartiers.
 Lieu : Stadttheater Langenthal, Theatersträsschen 1 Plus d’infos

Quels sont les enjeux du développement économique, démographique et territorial pour Genève ?
Le département du territoire vous invite à venir débattre du développement de Genève au sens large, de la mutation urbaine de notre territoire, des enjeux environnementaux, sociaux et économiques qui sont les nôtres dans un contexte mouvant et incertain. Des invités introduiront des tables-rondes avec des acteurs locaux.
Sujets traités : Quel nombre limite d’habitant.e.s à Genève ? Quel développement pour cultiver notre bien-être ? Comment définir un quartier de qualité ? Quelle architecture voulons-nous ?
Quelle architecture voulons-nous ? Quel avenir pour la ville intelligente ? Repenser la mobilité, quelles solutions pour demain ?
Lieu : Pavillon Sicli, Genève Plus d’infos

Considérés comme les « gardiens de la qualité de vie urbaine », les arbres ont une grande valeur écologique. Ils constituent un espace vital essentiel pour de nombreuses espèces animales et améliorent notre qualité de vie. Cependant, la gestion efficace du patrimoine arboré représente certains défis. Quelle place pouvons ou voulons nous accorder aux arbres en zone urbaine ? Comment devons-nous gérer et entretenir le patrimoine arboré pour qu’il perdure face au dérèglement climatique ? Les thèmes tels que la responsabilité de la commune, les bases légales en vigueur ainsi que l’importance du contrôle régulier seront abordés et traités en lien avec les instruments à disposition. Lieu : Lausanne

Plus d’infos

The Unhabitable is commonly defined not only by spatial qualities responding to basic human needs, but also by a balance between private and collective lives. Some values attributed to domestic space as a way to develop private life are home, autonomy, rest, comfort, privacy and protection, and those attributed to the collective are cohabitation, sharing, community and sociability. While these values are promoted and celebrated in the architectural pedagogy, they are not always applied in practice. Through engaging future architecture practitioners, planners, artists, social scientists, PhD and Master students, the objective of the summer school is to critically explore the ‘unhabitable’. How does rationalization and safety have in its definition and in the (social) production of spaces? Is it possible to understand unhabitable in terms of ethical (decency) and physical boundaries (what is bearable)? Location: Geneva

Plus d’infos

Although public spaces are everywhere, and used extensively, the term itself is a contested notion. Many architects, urban designers, philosophers, and political theorists have emphasized the importance of understanding public space from a humanistic and a democratic perspective. This is often inspired by an ideal of social interaction and democratic pluralism that should somehow be tangible in public spaces. However, current developments in cities and societies, from smart-cities and Big Data to gentrification, surveillance and commodification, seem to make it increasingly difficult for public spaces to live up to this ideal. Public spaces are increasingly privatized, commodified, controlled, monitored, and scripted; they are designed to accommodate leisure and tourism, shopping and sporting, or transportation and travelling. The 5th Biennial Conference of the International Society for the Philosophy of Architecture examines public space and its architecture in a rapidly changing societal, political, and technological context. Issues that might be tackled include: Public space and the collective ideal, Public space and privatization, Public space and commodification.
Public space and technological innovation, Location: Monte Verità, Locarno

Plus d’infos

Notre avenir est de plus en plus marqué par des incertitudes. Certes, le potentiel de pilotage de l’aménagement du territoire ne devrait pas être surestimé, mais il peut donner des impulsions. Le congrès traitera de la stratégie en urbanisme : théories, acteurs, instruments et facteurs décisifs pour développer une stratégie couronnée de succès. Lieu : Soleure

Plus d’infos

Retour d‘expérience une année après la mise en service de la voie verte sur la couverture de la tranchée couverte Eaux-Vives – Annemasse
Gérard Widmer, Office cantonal des transports, Genève

Plus d’infos

Worlds of Planetary Urbanization For the 17th International Architecture Biennale of Venice, teams of Urban Theory Lab at Harvard GSD and ETH Zürich Department of Architecture will jointly present Worlds of Planetary Urbanization. The work proposes a radical rethinking of the concept and of geographies of urbanization. Today, novel urbanization patterns are found not only in the peripheries of agglomerations, but they are crystallizing all over the world, in agrarian and extractive hinterlands, in zones of apparent wilderness and even in the oceans. The exhibit highlights the urgency of formulating new theoretical and cartographic perspectives on urbanization, and of envisioning better urban worlds. Venue: Central Pavillion, Giardini della Biennale

Plus d’infos

Plus de sécurité pour la mobilité piétonne – responsabilité individuelle ou éléments protectifs?
Endroits dangereux et implications pour l’espace public
Wernher Brucks, service transports, ville de Zurich
Prof. Dr. Markus Hackenfort, ZHAW, psychologue des transports et sécurité
Martina Münch, espace urbain et transports, canton de Bâle

Plus d’infos

Le Forum est un réseau national qui ouvre de nouvelles perspectives et favorise la mise en place de processus et d’actions de développement durable et la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en Suisse. Comment faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 du développement durable? Et quel rôle les cantons, les villes et les communes jouent-ils?
Lieu : Berne

Plus d’infos

«Suisse 2040: le développement régional et territorial de demain – tendances, visions et domaines de développement» Le développement régional et territorial de la Suisse est confronté à des défis importants. Parmi les nombreux facteurs qui toucheront tout particulièrement le développement territorial des régions de notre pays, on mentionnera notamment la numérisation, l’évolution démographique et les changements climatiques. A quoi la Suisse ressemblera-t-elle en 2040? Quelles sont les grandes tendances pertinentes pour le développement régional et territorial? Quels jalons pouvons-nous ou devons-nous poser dès aujourd’hui? Plus d’infos

La Suisse est particulièrement impactée par la crise climatique. Au cours des 140 dernières années, la température moyenne dans le pays a augmenté de deux degrés Celsius − soit plus de deux fois la moyenne mondiale. Les communes, les cantons et la Confédération sont de plus en plus sollicités: ils doivent réduire les émissions de gaz à effet de serre et prendre des mesures pour limiter les conséquences négatives de la crise climatique. La biodiversité dans les zones urbaines joue un rôle important en la matière: le placement stratégique d’espaces verts, les plantations d’arbres résistants, la revitalisation des cours d’eau et la végétalisation des façades et des toits permettent de rafraîchir naturellement les environs et de se parer contre les enjeux climatiques à venir.
À l’aide d’exemples, des spécialistes issus d’instituts de recherche, de communes, de cantons, ainsi que de bureaux de planification, de conseil et d’étude montreront comment favoriser la biodiversité dans les espaces urbains et atténuer localement l’augmentation de température.
Lieu : Palais des congrès, Bienne

Plus d’infos

[/vc_column_inner][/vc_row_inner]

Habiter la ville-paysage du 21e siècle: A l’initiative de la Fondation Braillard Architectes, un consortium de partenaires lance une consultation urbano-architecturale et paysagère intitulée « Visions prospectives pour le Grand Genève. Habiter la ville-paysage du 21e siècle ». Internationale et interdisciplinaire, son ambition est de réunir des éléments de connaissance et d’élaborer des scénarios d’évolution par le projet pour l’agglomération franco-valdo-genevoise à l’horizon 2050. Son caractère s’appuie sur les trois piliers du développement durable, à savoir l’environnement, le social et l’économie.Plus d’infos

Formation de base et continue

La planification et la mise en œuvre de la biodiversité en zone habitée constitue un défi de taille pour les communes, qui doivent concilier une utilisation de plus en plus intensive de l’espace urbain avec des exigences de qualité de plus en plus élevées. Une planification efficace implique d’intégrer différentes problématiques dans la planification de la biodiversité, qu’il s’agisse d’enjeux liés à la mobilité, à l’utilisation du bâti, à la gestion de la ressource en eau ou encore à la planification de l’éclairage nocturne. Plus d’informations

Une promotion efficace de la biodiversité et de la qualité du paysage dans les zones d’habitation implique la définition d’objectifs stratégiques et d’exigences claires dans les instruments de planification communaux. Ce cours fait découvrir les différents leviers d’action dont disposent les communes pour favoriser la biodiversité sur leur territoire et garantir un développement harmonieux des zones habitées. Une visite sur le terrain des actions réalisées par la Ville d’Yverdon-les-Bains permettra d’illustrer les éléments abordés. Plus d’informations

Au cours des derniers siècles, les cours d’eau ont subi d’importantes modifications. Tantôt associées à une urbanisation croissante, tantôt destinées à sécuriser le territoire contre les crues ou à l’exploitation de l’énergie hydraulique, ces interventions ont introduit des perturbations profondes de l’écosystème et de la biodiversité. Dans une volonté de remédiation, d’importantes mesures de renaturation sont aujourd’hui prescrites par la loi fédérale sur la protection des eaux. Leur planification et leur réalisation requièrent des moyens et des compétences spécifiques, à la hauteur de l’étendue et de la complexité de la tâche.
Lieu: Genève. Plus d’informations

Renforcer leurs connaissances récentes sur la nature en ville, identifier les enjeux de la nature en ville selon les différentes échelles spatiales, connaître les outils, les techniques et les acteurs associés à chaque dimension, accroître les compétences pour mettre en œuvre la nature dans la planification urbaine et comprendre les leviers d’action pour favoriser la nature urbaine.
Lieu: Genève. Plus d’informations

Cette formation sur les marchés publics a pour objectif d’offrir un approfondissement des connaissances aux mandataires et représentant.es des maîtres d’ouvrage publics dans le domaine des marchés de services (concours, mandats d’étude parallèles et appels d’offres).
Lieu: Lausanne. Plus d’informations

Le master conjoint HES-SO-UNIGE en développement territorial (MDT) offre une formation pointue dans les domaines de l’urbanisme, de la géomatique, de l’architecture du paysage et de l’aménagement du territoire tant au Nord qu’au Sud. Fortement professionnalisante, cette formation privilégie un rapport étroit avec la pratique (ateliers, études de cas, stage) et peut être suivie à plein temps ou en emploi. Elle se décline en six orientations: Développement régional I Développement territorial des Suds  I Urbanisme de projet, Ingénierie géomatique I Architecture du paysage I Urbanisme opérationnel. Plus d’infos

La responsabilité du contrôle et de l’autorisation des installations privées – l’évacuation des eaux des biens-fonds – incombe aujourd’hui aux autorités communales ou aux services qu’elles mandatent à cet effet. Dans ce domaine, les tâches sont diverses et comprennent le conseil et l’assistance aux planificateurs et aux maîtres d’ouvrage, l’évaluation des projets soumis ainsi que la surveillance et le contrôle d’exécution.  Les personnes auxquelles les communes ont confié ces tâches doivent posséder des connaissances techniques étendues. C’est pour ces personnes que le VSA propose la formation de « spécialiste de l’évacuation des eaux des biens-fonds ». Plus d’infos

Combien de projets phares capotent parce que certains aspects ont été négligés ou une partie prenante oubliée ? L’évaluation de projet selon le développement durable (EDD) permet d’identifier les enjeux majeurs d’un projet, d’anticiper ses impacts sur l’économie, le social et l’environnement, de prendre en compte les attentes des différents acteurs, de l’optimiser en conséquence et de communiquer de manière structurée et transparente. Lieu : en ligne Plus d’infos

Afin d’être crédible et pertinent, le reporting environnemental se doit d’être basé sur des indicateurs bien choisis et adaptés à son organisation. Pour faire face aux enjeux de la croissance durable, les organisations doivent respecter la conformité légale, répondre aux attentes de leurs fournisseurs et de leurs clients, rapporter et communiquer de manière appropriée et définir les actions prioritaires en lien avec leur métier. Lieu : Lausanne Plus d’infos

Une nature saine et diversifiée est une ressource vitale, primordiale à la fois pour notre existence et pour notre économie. Mais comment encourager concrètement le maintien de la biodiversité sur le territoire communal ? La planification territoriale, fondée sur une bonne connaissance des bases légales en vigueur et des différents leviers d’action potentiels est essentielle pour accompagner les décideurs vers une promotion et une connexion efficace des espaces naturels et de la biodiversité. Plus d’infos

La qualité des paysages est de plus en plus sous pression, notamment en raison de l‘expansion urbaine et de l’intensification de l’agriculture. Mais comment les communes et les régions peuvent-elles créer des paysages de haute valeur afin d’accroître l’attractivité des sites, assurer des espaces ouverts et améliorer les habitats naturels ? Des mesures réfléchies d’aménagement du territoire et une coopération accrue sont notamment des facteurs de réussite importants. Lieu : Bienne Plus d’infos

Zweitwohnungen 29.4. au 31.8. : Cycle de formation Ecobau 2021 – Construction durable Plus d’infos

Comme chaque deux ans, ecobau reédite son cycle de formation de base en Construction durable, décliné sur quatre journées de cours non consécutives. Selon les besoins, il est aussi possible de suivre un seul ou plusieurs des trois premiers cours du cycle.

Planification et construction durable, 29.04.2021
Climat intérieur sain, 03.06.2021
Choix des matériaux, 01.07.2021
Optimisation d’un projet (travail pratique), 31.08.2021

Plus d’infos

Contemporary confrontations between public and private property, between power and justice, between participation and exclusion, wealth and poverty, emerging technology and existing economies will be objects of study. Plus d’infos

Transects through Alpine water landscapes

Through field expeditions, keynote lecture, discussions, workshops and exchanges with experts, participants will engage with a “transect” across a continuous water landscape from the Aletsch glacier to the Rhone valley floor. Location: Villa Cassel, Riederalp (VS) Plus d’infos

The MAS focuses on the assessment of housing challenges and on the affordability, effectiveness and sustainability of a wide range of housing and neighbourhood development  strategies pursued by municipalities, cooperatives, local governments, NGOs and governmental authorities in different countries and contexts. Application: 1.1.-30.4.21 Plus d’infos

The new Joint Master offers urban and territorial design education addressing multiple social and environmental challenges within cities and settlements areas. The programme covers a wohole year starting from September 2021. Applications until 31. May 2021 Plus d’infos

Comment les communes et les régions peuvent-elles créer des paysages de grande qualité afin d’accroître l’attractivité des sites, assurer des espaces ouverts et améliorer les habitats naturels ? Des mesures réfléchies d’aménagement du territoire et une coopération accrue sont notamment des facteurs de réussite importants. Lieu : Palais des Congrès, Bienne Plus d’infos

Formation en 6 modules « Spécialiste de la protection des sols sur les chantiers SPSC » Formation modulaire spécialisée de 17 jours qui intègre à la fois les aspects techniques, de gestion de chantiers et de communication. Elle s’adresse aux professionnels actifs sur les chantiers qui sont impliqués dans la gestion des sols. La formation est un complément idéal aux compétences acquises sur le terrain et sert de préparation aux examens officiels de la SSP (Société Suisse de pédologie), une des étapes pour l’obtention du titre SPSC SSP reconnu au niveau suisse. La prochaine session d’examen aura lieu en automne 2021. Plus d’infos

Les inscriptions pour le Master en Développement territorial sont ouvertes. Le Master conjoint HES⁠-⁠SO – UNIGE en Développement territorial (MDT) offre une formation pointue dans les domaines de l’urbanisme, de la géomatique, de l’architecture du paysage et de l’aménagement du territoire tant au Nord qu’au Sud. Fortement professionnalisante, cette formation privilégie un rapport étroit avec la pratique (ateliers, études de cas, stage). Elle se décline en six orientations et peut être suivie à plein temps ou en emploi. Lieux : Genève et Lausanne Plus d’infos

Expositions

The Laboratory of the Future is an exhibition in six parts. It includes 89 Participantsover half of whom are from Africa or the African Diaspora. The gender balance is 50/50, and the average age of all Participants is 43dropping to 37 in the Curator’s Special Projects, where the youngest is 2446% of participants count education as a form of practice, and, for the first time ever, nearly half of Participants are from sole or individual practices of five people or less. Across all the parts of The Laboratory of the Future, over 70% of exhibits are by practices run by an individual or a very small team. Plus d’infos

Le musée suisse des transports consacre une exposition à la logistique. Commander quelque chose, c’est mettre en marche tout un processus. Aujourd’hui, les marchandises circulent dans le monde entier. Mais sans logistique, tout s’arrêterait. Alors, que faut-il pour pouvoir garantir le transport de marchandises dans le monde et en Suisse ? Que déclenche au juste une simple commande sur Internet ?

Plus d’infos

Le street art, ou l’art urbain, est un mouvement artistique encore en plein essor. Le voici présenté de manière ludique et accessible à tous dans l’exposition One, Two… Street art ! organisée en collaboration avec Little Beaux-Arts et le Musée en Herbe. Immersive et interactive, cette exposition est une invitation à se plonger dans l’atmosphère de la rue en découvrant plus de 50 street artistes majeurs depuis l’origine du mouvement jusqu’à aujourd’hui. Lieu : Pont de la Machine, Genève

Plus d’infos

Publications

Le Canton de Vaud a procédé à la 4ème adaptation de son Plan directeur cantonal vaudois qui a été acceptée par le Grand Conseil vaudois le 20 juin 2017. La mesure A11 définit le calcul des besoins en zone à bâtir pour chaque commune et les règles de dimensionnement pour les zones d’habitation et mixtes de manière à répondre aux exigences de la loi révisée. Près de 170 communes vaudoises doivent ainsi redimensionner leurs zones à bâtir en fonction de leurs besoins pour les quinze prochaines années. Il est essentiel de conserver partout une trame verte de forêts, de bosquets et de haies d’une part, et bleue d’autre part avec les lacs, les cours d’eau, les ruisseaux et les zones marécageuses. Le redimensionnement des zones à bâtir représente donc une opportunité importante pour la protection de la nature. Il permet de préserver des parcelles encore non construites où la biodiversité est présente. Les nombreuses communes vaudoises qui doivent diminuer leurs zones à bâtir le feront en révisant chacune leur plan général d’affectation. Elles devront procéder à des choix difficiles pour rendre inconstructibles des parcelles qui seront affectées à la zone agricole ou en zone naturelle. Considérant que le moment est opportun pour aider les communes dans leurs difficiles démarches, Pro Natura Vaud, avec l’aide du WWF Vaud, met à leur disposition des propositions de dézonage fondées sur les observations de terrain effectuées par son réseau de bénévoles qui sont allés répertorier les valeurs naturelles situées dans les zones à bâtir. En plus des observations de terrain, les propositions de dézonage ont été établies à l’aide d’une méthode développée dans un système d’information géographique (SIG) permettant d’identifier les parcelles de valeur et de les représenter sur des cartes. Plus d’informations

24 heures écrit : Le Conseil fédéral rejette les deux motions qui demandent de réaliser au plus vite un tracé alternatif complet entre les deux capitales lémaniques.
Lorsqu’il s’agit du rail en Suisse romande, le Conseil fédéral est sur courant alternatif. Il a décidé de rejeter les motions jumelles du conseiller national Roger Nordmann (PS) et du conseiller aux États Olivier Français (PLR) qui demandent de prendre rapidement des mesures pour la réalisation d’une nouvelle ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève. Ce coup de frein intervient un petit mois après l’annonce de la construction d’une première étape entre Morges et Perroy (9 kilomètres). Le Conseil fédéral a décidé de débloquer 1,3 milliard à cet effet. Plus d’informations

Léman Bleu écrit : Le canton de Genève et les Services industriels de Genève (SIG) vont prendre une série de mesures, dès le mois prochain, afin de réduire les variations du débit du Rhône provoquées par les barrages de Verbois et du Seujet. La finalité est d’atténuer les atteintes à l’environnement causées par les éclusées. Plus d’informations

La revue forum aborde le sujet dans divers articles : conception des loisirs respectueuse de la nature, Tranquillity Map du Plateau, opposition entre délassement et protection de la nature, incohérence de l’attrait du silence, vivre la forêt en tranquillité, en route dans de régions préservées et sauvages. Plus d’informations

Le Courrier écrit : L’uni de Genève a accueilli au début du mois d’octobre un colloque sur la thématique des frictions en milieu urbain. Débat sensible à Genève, la place de la nature en ville questionne toujours autant.
Qu’en est-il du réensauvagement de la ville ? Comment supprimer le caractère anthropocentré des milieux urbains ? Il serait intéressant de réinscrire l’environnement des humains dans un écosystème plus large. Plus d’informations

CRC Auvergne- Rhône-Alpes écrit : Les Cours des comptes de la République et du canton de Genève, du Canton de Vaud, de la chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes ont présenté les enjeux et résultats d’une enquête commune.
Le LEx, mis en service en décembre 2019, constitue la colonne vertébrale des transports publics dans l’agglomération du Grand Genève et dervait donner un coup d’accélérateur à la mobilité durable. Il est composé de 20 gares sur territoire français, 19 dans le canton de Genève et 3 dans le canton de Vaud. Les 145 mesures d’accompagnement infrastructurelles du LEx examinées (98 pour Genève, 2 pour Vaud et 45 pour le Genevois français) comprennent des aménagements et compléments de réseau des transports collectifs, des pistes cyclables et voies vertes, des stationnements vélos en gare ainsi que des stationnements P+R et deux roues motorisés. Ces mesures infrastructurelles sont complétées par des services de partage de mobilité (vélos en libre-service, autopartage et covoiturage) et des plans de mobilité d’entreprise.

Les trois Cours proposent trois axes d’améliorations qui sont formulés dans leurs rapports respectifs :

  • Améliorer le degré de maturité des mesures prévues dans les projets d’agglomération grâce à des exigences de planification et de suivi, une définition des coûts associés et des maîtres d’ouvrage responsables de leur mise en œuvre ;
  • Développer les parkings P+R et harmoniser la tarification pour renforcer le report modal en amont de l’agglomération ;

Désigner sur le territoire du Genevois français une seule autorité organisatrice de la mobilité pour faciliter la coordination avec les autres acteurs de l’agglomération. Cela permettra de clarifier le cadre institutionnel et d’améliorer l’intermodalité sur le territoire du Genevois français. Le pôle métropolitain du Genevois français a vocation à exercer cette compétence. Plus d’informations

Flux écrit : La commune de Bellinzone est lauréate du prix FLUX 2023. À l’unanimité, le jury a reconnu les qualités fonctionnelles et d’aménagement de l’interface. Il a souligné le caractère vivant et animé des espaces publics. Il a particulièrement apprécié l’impact de la transformation du pôle d’échange sur la réorganisation des circulations et des espaces publics sur un large périmètre. Plus d’informations

Mobilité piétonne écrit : La passerelle « Rayon Vert » à Renens, dans l’Ouest lausannois, remporte le premier prix du concours du Flâneur d’Or 2023. Ce prix octroyé par Mobilité piétonne Suisse avec le soutien de l’Office fédéral des routes et plusieurs partenaires récompense tous les trois ans des aménagements piétons exemplaires en Suisse. Parmi les 59 projets soumis, sept obtiennent une Distinction et trois une Mention.
Colonne vertébrale d’une interface de transport public en plein boom, la nouvelle passerelle au-dessus des voies à la gare de Renens met en lien tous les modes (bus, train, métro et tramway dès 2026) et recoud le Nord et le Sud de la ville. Le jury a été particulièrement convaincu par la dimension du projet qui répond à la forte augmentation des flux de passagers mais permet aussi à la gare de jouer pleinement son rôle d’espace public à disposition de toute l’agglomération. La largeur généreuse de la passerelle, le soin porté au mobilier pour procurer des espaces d’attente confortables et la cohérence d’ensemble de toute l’interface ont permis au « Rayon Vert » de se distinguer lors de cette onzième édition du prix.

Aperçu des projets primés

Premier prix
Renens (VD) : Rayon Vert (passerelle et places de gare)

Distinctions
Castel san pietro, Monte (TI) : un villaggio per tutte le età
Genève (GE) : Plage des Eaux-vives et Port Noir
Sierre (VS) : Aménagement temporaire participatif – Sous les platanes, la place
Lausanne (VD) : Aménagement temporaire participatif – Les Echelettes
Attalens (FR) : Zone 30 et réaménagement du centre du village
Zürich (ZH) : Negrellisteg
Bern (BE) : Bern baut : Strassenräume – für die Bedürfnisse der Menschen – Konzept

Mentions
Basel (BS) : Neuorganisation des Wielandplatzes T30
Genève (GE) : Place du Petit-Saconnex – zone de rencontre
Canton du Valais : Publication Connexions – Bancs publics

Plus d’informations

Le dernier numéro d’Inforum a pour thème central les zones d’activités. Elles aussi ont tout à gagner d’un développement de qualité. Autres sujets abordés: les zones réservées, un précieux instrument en cas de dézonage, ou encore le nouveau guide destiné aux communes pour l’aménagement d’aires d’accueil destinées aux gens du voyage. Le dossier de Territoire & Environnement offre, quant à lui, un reflet de la jurisprudence de l’année écoulée. Plus d’informations

Le magazine de l’ATE présente des idées pour un espace public où la cohabitation est au centre des préoccupations. En pleine ville ou dans les zones rurales, le trafic dicte aujourd’hui l’aménagement de l’espace public et influence notre comportement. Pour que l’espace routier devienne un lieu de vie et de rencontre, nous plaidons pour une priorité donnée aux piéton.nes et aux cyclistes, pour une réduction de la vitesse du trafic automobile et pour un réaménagement avec plus d’espaces verts. Le dossier aborde les thèmes suivants :

–          Remettre de la vie dans la rue

–          Le vélo pour lutter contre les crises

–          L’argent ne vient pas en voiture

–          Interview avec Jane Rudler « Le rôle de l’aménagiste est d’ouvrir le champ des possibles »

–          Vous avez dit canopée ?

–          Même ma maison est compostable

Plus d’informations

Le Parlement veut engloutir 5,3 milliards dans l’extension de nouvelles autoroutes. Et ce n’est qu’un début. Au total, 35 milliards devraient être gaspillés au cours des prochaines décennies. Pour actif-trafiC, c’est inacceptable : nous lancerons un référendum avec nos partenaires. La crise climatique exige l’abandon des recettes du dernier millénaire et un vrai changement de cap dans la politique de mobilité. Plus d’informations

La section genevoise de l’Association Transports et Environnement (ATE) a dévoilé ce jour un état des lieux de la ligne ferroviaire Genève – Lyon, accompagné de propositions d’amélioration. Cette artère, vitale, relie depuis 1858 Genève à Lyon via Bellegarde, Culoz, et Ambérieu. Son développement sans ligne directrice claire conduit aujourd’hui à une offre insuffisante et dégradée, ainsi qu’à une grande insatisfaction des usager·ères. Plus d’informations

Le Nouvelliste écrit : Après vingt ans de planification, les travaux de la troisième correction commencent dans le Chablais vaudois. Sept grandes étapes sont planifiées jusqu’en 2040.
Vingt années d’études, vingt années de travaux, 30 kilomètres de cours d’eau à réaménager pour un coût total estimé à 730 millions de francs. Quelques chiffres pour montrer l’ampleur de la tâche qui attend les responsables de la troisième correction du Rhône dans le Chablais vaudois. Plus d’informations

Le Courrier écrit : Après avoir fortement reculé en Suisse romande, le nombre de lignes de tramway augmente à nouveau. Le tram sillonnera à nouveau les rues lausannoises, celles de Renens et jusqu’à Villars-Sainte-Croix, sans publier Genève avec des extensions prévues jusqu’en France. Les raisons de son attrait sont nombreuses : il est silencieux, écologique, transporte beaucoup de passagers à la fois et est économique sur le long terme. Plus d’informations

La plus grande friche industrielle de Lausanne, une situation unique, une Halle emblématique, au cœur d’un pan de ville en plein développement : la transformation de Sébeillon est une étape importante de la redéfinition des espaces ouest de la capitale vaudoise et de son agglomération. Il est indispensable que ce déploiement se fasse en pleine concertation avec la population, qui doit pouvoir imaginer sa ville telle qu’elle la souhaite, définir ses besoins, porter ses idées et s’approprier un espace appelé à devenir un lieu de vie et d’activités majeur dans un proche avenir. Dans les limites définies par l’accord-cadre, une grande démarche de concertation organisée sur le site de la Halle aux marchandises permettra à la population de s’informer et de participer aux divers ateliers qui doivent servir de base aux développements du projet. Plus d’informations

L’association Noé21, qui fait la promotion de différentes solutions au changement climatique,  redoute que le projet de construction d’un tunnel de près de 100 km sous Genève et la France voisine pour accueillir le Futur Collisionneur Circulaire du CERN (FCC) l’induction de nombreuses nuisances induites pour la population. Plus d’informations

Lors de son Assemblée générale extraordinaire, l’Association des locataires (ASLOCA) a lancé un double-référendum contre deux projets du lobby immobilier adoptés par le Parlement lors de la session d’automne. Ces deux révisions de la loi affaiblissent considérablement la protection des locataires en Suisse et conduisent à des loyers encore plus élevés. L’association critique vivement la décision du Parlement : les locataires sont déjà fortement sous pression aujourd’hui et de telles détériorations unilatérales du droit de bail sont inacceptables. Plus d’informations

En Suisse, les loyers ont augmenté en moyenne de 30 % entre 2000 et 2021 et les prix du logement en propriété même de plus de 80 %. Dans une étude mandatée par les aménagistes cantonaux de l’espace métropolitain de Zurich et l’Office fédéral du logement, le Center for Regional Economic Development (CRED) de l’Université de Berne s’est penché, avec le concours de CIFI, sur les causes de l’augmentation des coûts du logement en Suisse en examinant en particulier le rôle de l’aménagement du territoire. Plus d’informations

L’Office fédéral de l’énergie ouvre une procédure de participation du 2 au 31 octobre 2023 concernant la fiche d’objet n° 109 sur le tronçon All’Acqua-Vallemaggia-Magadino. Les communes, les associations et les particuliers ont la faculté de s’exprimer pendant cette période. Plus d’informations

20 minutes écrit : Le promoteur du complexe, qui devait naître en France voisine, a décidé d’abandonner le projet. Celui-ci faisait l’objet de nombreuses oppositions. Plus d’informations

GENÈVE : Pistes cyclables installées durant le Covid: le TCS débouté
20 minutes écrit : La justice estime conformes au droit les voies réservées aux vélos mises en place sur un des grands axes en ville, durant la pandémie. Plus d’informations

Rtn écrit : Les Valaisans ont rejeté le décret qui permet d’accélérer les procédures d’autorisation des grands projets solaires alpins. La commission cantonale des constructions reste l’instance compétente pour autoriser de telles installations. Plus d’informations

20minutes écrit : Le National veut une autoroute à 6 voies entre Lausanne et Genève
L’autoroute A1 va-t-elle être élargie entre Genève et Lausanne ? C’est en tout cas la volonté du National. Il faut élargir à au moins six voies l’autoroute A1 sur les tronçons Berne-Zurich et Lausanne-Genève. Contre l’avis de la gauche et des Vert’libéraux, le National a accepté par 94 voix contre 87 une motion d’Erich Hess (UDC/BE) en ce sens. Plus d’informations

Rts écrit : La révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) divise encore le Parlement.
La Chambre des cantons s’écarte du National sur plusieurs points. Elle tient entre autres à ce que dans le droit cantonal qui autorise d’autres zones d’affectation hors de la zone à bâtir, des constructions ou installations ayant un lien fonctionnel avec l’utilisation principale puissent être admises. Cette autorisation expirerait lorsque l’utilisation principale prend fin. Le Conseil des Etats veut aussi permettre aux cantons de définir dans leur plan directeur des zones spéciales dans lesquelles il est possible de transformer en habitation des bâtiments agricoles inutilisés. Le National avait biffé cette disposition.
Le National reprendra le dossier lundi. La révision de la LAT fait office de contre-projet indirect à l’initiative populaire « contre le bétonnage de notre paysage » (initiative paysage). Ce texte veut inscrire dans la Constitution l’objectif d’une stabilisation du nombre de bâtiments dans les zones non constructibles. Plus d’informations

Le Matin écrit : Première étape visible de la future exploitation du tramway, une nouvelle halte vient de sortir de terre.
Une station de tramway nommée Hôtel-de-Ville/ECAL vient de voir le jour à Renens. La construction de ce prototype, deux ans après le lancement officiel du chantier du tramway entre Lausanne-Flon et Renens-Gare, permettra aux Transports publics de la région lausannoise (tl) de valider la conception générale des stations, les matériaux et les équipements. Plus d’informations

Allnews écrit : L’initiative cantonale genevoise «Pour plus de logements en coopérative» est définitivement validée et pourra être soumise au peuple. Le Tribunal fédéral rejette le recours déposé par les groupements immobiliers.
Le texte déposé par le Groupement des coopératives d’habitation genevoises (GCHG) a été validé par le Conseil d’Etat le 12 janvier 2022. Un recours contre cette décision a été déposé par la Chambre genevoise immobilière (CGI) et son président Nicolas Grange ainsi que par l’Association des promoteurs constructeurs genevois (APCG). Plus d’informations

Swiss Electricity Supply after the “Mantelerlass”(acte modificateur unifique) – Quo vadis? A perspective on Nuclear Power
In the study of Energy Science Center of EPFZ, we assess the role of the existing and new nuclear power plants for the Swiss electricity system. We use the Nexus-e modeling platform to develop three scenarios with different operating time of existing and construction of new nuclear power plants. Plus d’informations

L’Office fédéral des transports (OFT) a délivré à Gateway Basel Nord AG l’approbation des plans pour la construction d’un nouveau terminal de transbordement à Bâle-Kleinhüningen. Ainsi, une plate-forme de transports associant le rail, la route et le Rhin et qui contribuera à l’approvisionnement de la Suisse verra le jour. Différents aspects ont été revus à plusieurs reprises au cours de la phase d’étude de projet, notamment sur le plan écologique. Plus d’informations

Le Corriere del Ticino écrit : Il comitato ProGottardo-Ferrovia d’Europa ribadisce l’importanza di proseguire il collegamento ferroviario a Sud per evitare che la Svizzera e il Ticino siano penalizzati – «Non è affatto una missione compiuta, rimane molto da fare» «Missione compiuta: con le gallerie di base del Monte Ceneri e del San Gottardo è stata ultimata l’opera del secolo». È quanto si poteva leggere, il 28 aprile scorso, in un comunicato delle Ferrovie federali svizzere (FFS) nel quale si annunciava lo scioglimento della società AlpTransit San Gottardo SA. Proprio il concetto di «missione compiuta» è stato al centro di una conferenza stampa indetta dall’associazione «ProGottardo – Ferrovia d’Europa». Un concetto che però, in sintesi, l’associazione ha voluto ribaltare. Già, perché come ripetuto più volte durante l’incontro con i media, AlpTransit è lungi dall’essere una «missione compiuta». Anzi. E ciò perché a mancare all’appello è il completamento a Sud di Lugano dell’opera, nonché la circonvallazione di Bellinzona. Un completamento che il Consiglio federale ha essenzialmente rimandato a dopo il 2050, ma che secondo l’associazione rappresenta invece «un treno da non perdere per il Ticino». Un treno su cui salire adesso, non nel 2050. Plus d’informations

La Côte écrit : Duillier a trop de terrains constructibles et doit en rendre à l’agriculture. Ainsi en a décidé le peuple vaudois. Mais le village refuse de céder. Récit d’un combat de David contre Goliath. Plus d’informations

Les investissements dans la construction ont augmenté de 1,8% en 2022 par rapport à l’année précédente. Ce sont surtout les projets privés de transformation qui ont pris l’ascenseur. Les investissements ont augmenté de 2,3% dans le bâtiment et diminué de 0,1% dans le génie civil. Ce sont là quelques-uns des résultats provisoires de l’enquête suisse sur la statistique de la construction, réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Plus d’informations

24 heures écrit : Un nouveau type de revêtement routier permet d’abaisser la température du sol de 12 degrés et de réduire le bruit de 8 décibels. Des essais à Sion et à Berne sont très positifs. Plus d’informations

Radiolac écrit : Lancée par l’ATE Genève, une pétition contre l’horaire 2025 des CFF a recueilli 1096 signatures. Elle a été déposée jeudi auprès du Grand Conseil genevois mais aussi auprès des CFF. Elle demande le maintien des cadences à l’heure et sans transbordement sur la ligne du Pied-du-Jura. Le Grand Conseil a adopté fin juin, à l’unanimité, deux motions exigeant le maintien d’une liaison directe de la ligne ferroviaire entre Genève et Bienne. « Cette pétition permettra au Parlement de s’assurer de l’engagement du canton, le plus directement concerné, dans le suivi de ce dossier auprès des CFF », écrit la section genevoise de l’Association Transports et environnement (ATE). Plus d’informations

A l’occasion de la publication d’un article sur le la reconversion Brueckenkopf dans la dernière édition de la revue française Archistorm, une interview du Prof. Emmanuel Rey, directeur du Laboratoire d’architecture et technologies durables (LAST), met en évidence certains enjeux inhérents à la transformation de l’abondant parc immobilier de la seconde moitié du 20e siècle. Plus d’informations

A l’occasion de sa série d’été intitulée « Au fil du Rhône », le journal Le Courrier consacre le premier épisode au projet de recherche et d’enseignement « Rhodanie urbaine », développé par le Laboratoire d’architecture et technologies durables (LAST) pour investiguer par le projet architectural les multiples enjeux inhérents aux divers quartiers en transition le long du fleuve. Plus d’informations

La Suisse a joué un rôle significatif dans l’élaboration de la Convention européenne du paysage du Conseil de l’Europe (CEP). Celle-ci a introduit pour la première fois une définition commune de la notion de paysage et a invité les 40 États signataires à mettre en œuvre une politique du paysage participative. Depuis 10 ans, la Convention est aussi contraignante pour la Suisse. La Fondation pour la protection et l’aménagement du paysage FP tire aujourd’hui un premier bilan de ses effets, fondé sur sa propre étude : la préservation du paysage a été renforcée à tous les niveaux, mais les récentes décisions du Parlement remettent considérablement en question ces acquis. Plus d’informations

La Tribune de Genève écrit : La justice française a tranché dans le litige entre la collectivité et le promoteur chargé de réaliser le projet. Ce dernier se retire et sera indemnisé.
Encore un projet de mégacentre commercial aux portes de Genève qui semble battre de l’aile. Après celui de Saint-Genis, c’est au tour de celui de Ferney-Voltaire de se voir infliger un sérieux coup de frein par la justice française. Selon le quotidien «Le Courrier», le Tribunal de commerce de Lyon a rendu son verdict le mois passé dans le litige qui opposait le propriétaire du terrain, la Société publique locale (SPL) Terrinnov – émanation de Pays de Gex Agglo – et le promoteur immobilier Altarea Cogedim, chargé de la réalisation du centre commercial. Les deux parties se sont accordées sur la caducité de la promesse de vente du terrain. De plus, Terrinnov doit reverser une partie des fonds de garantie à Altarea, soit un peu plus de 5 millions d’euros. Plus d’informations

Patrimoine Suisse écrit : Le droit de recours des organisations est un instrument largement reconnu de la politique suisse en matière de protection de l’environnement, de la nature et du patrimoine. L’initiative parlementaire Bregy 19.409 entend limiter ce droit et elle créera une insécurité juridique inutile dans la construction. Patrimoine suisse rejette cette révision de la loi. Plus d’informations

L’USPI écrit : L’USPI Vaud relève une légère diminution au niveau cantonal avec des situations différentes au niveau des districts Lausanne, 11 juillet 2023 – En marge de la publication officielle ce jour des taux de logements vacants au 1er juin 2023, l’USPI Vaud confirme par sa propre enquête une tendance à une légère diminution au niveau cantonal, avec des situations différentes au niveau des districts où cinq districts sont hors pénurie de logements. Plus d’informations

Collage écrit : La logistique urbaine est le système cardio-vasculaire des villes. Elle sert à assurer un flux efficace et fluide des marchandises dans la ville. Le périodique étudie le sujet dans divers articles sur la garantie de l’espace, les acteurs et leur influence, l’efficacité des microhubs, la cyclologistique du dernier kilomètre etc. Plus d’informations

Forum, le bulletin des Professionnelles en Environnement, aborde le sujet de la construction durable avec divers articles sur les 12 règles de la durabilité, le réemploi des matériaux, la biodiversité, la ville-éponge, des maisons en paille, les objectifs climatiques etc. Plus d’informations

CECB, Minergie, SNBS – les organisations responsables et l’Office fédéral de l’énergie ont réorganisé et harmonisé les labels suisses dans le secteur du bâtiment. Mais l’objectif commun demeure inchangé : une meilleure protection du climat, plus d’efficacité énergétique et davantage de durabilité.
Seuls deux labels subsistent pour les bâtiments et les quartiers, en plus du certificat des cantons (CECB). Le label Site 2000 watts sera remplacé par deux nouveaux labels : Minergie-Quartier et SNBS-Quartier. Les associations et organisations impliquées ainsi que l’Office fédéral de l’énergie s’étaient accordés sur ces points le 17 mars 2022. Les bases servant à calculer la consommation d’énergie et les émissions qui impactent l’environnement ont été harmonisées. Concrètement, cela concerne la consommation d’énergie et les émissions de CO₂ dues à l’exploitation du bâtiment. Désormais, toutes les méthodes de calcul se fondent sur la normalisation du CECB. Une plateforme unique permettra de saisir et de soumettre toutes les demandes de certification dès l’automne 2023. Plus d’informations

D’où viennent les personnes qui fréquentent les rues et les commerces de centres-villes et par quel moyen de transport ? Une étude fait la lumière sur ces questions dans six villes moyennes de Suisse romande : Bulle, Carouge, Fribourg, Lancy, Vevey et Yverdon-les-Bains. L’enquête s’est intéressée aux petits commerces, confrontés à des défis plus élevés que les grandes surfaces. Une rue commerçante a été retenue dans chaque ville en fonction d’enjeux locaux. Les auteur·e·s dressent des recommandations afin d’inciter les gens à venir au centre-ville. L’enjeu d’y avoir plus de monde étant commun aux municipalités comme aux commerces. Plus d’informations

Les aménagements temporaires de l’espace public, qui favorisent la marche et le séjour, ont gagné en importance ces dernières années dans toute la Suisse. En tant qu’instruments de planification de la ville, ils répondent de manière ciblée aux besoins de la population, souvent dans le cadre de processus participatifs.
Des interventions dans l’espace public, limitées à quelques semaines, mois ou années, permettent d’apporter une réponse à des situations bloquées depuis longtemps. Ces aménagements donnent la possibilité d’expérimenter la ville, de se l’approprier et de l’améliorer en continu. Plus d’informations

Mutation structurelle, manque de personnel, présence du loup : l’économie alpestre fait face à de gros défis. Pour aider l’avenir des alpages d’ovins, Pro Natura appelle les acteurs concernés à élaborer ensemble des concepts régionaux à partir de solutions globales.
Crise climatique, manque de main-d’œuvre et présence du loup mettent le pastoralisme alpin à rude épreuve. Chaque année, le nombre d’alpages recule de 2% et des centaines d’hectares de pâturage sont abandonnés. Les alpages ovins qui accueillent moins de 50 animaux sont les premiers à jeter l’éponge. Les causes sont multiples : sites isolés et peu accessibles, infrastructures vétustes, absence de repreneur, disette de personnel et de moyens financiers. Dans le même temps, les grandes exploitations alpestres se tournent de plus en plus vers un élevage intensif. Le cheptel ovin en estive n’a pas donc pratiquement pas diminué ces dernières années, malgré la disparition d’un certain nombre d’alpages. Plus d’informations

Deux concessions importantes à la protection de la biodiversité doivent impérativement être corrigées. Premièrement, la protection des biotopes ne doit pas être vidée de sa substance. Deuxièmement, l’obligation de mener des évaluations préalables minutieuses pour les « zones à potentiel » (éoliennes et grandes installations photovoltaïques au sol) doit être ancrée dans la loi. Il ne faut pas perdre de vue que le projet de loi contient déjà de nombreuses concessions en matière de droit environnemental. Ces décisions mettent en péril le soutien à l’ensemble du projet et doivent donc être corrigées d’urgence par le Conseil national afin de s’assurer que la loi puisse obtenir une majorité. Plus d’informations

Rts écrit : Le National a adopté un nouveau système d’imposition du logement. La valeur locative est supprimée, y compris pour les résidences secondaires. En contrepartie, les frais d’entretien ne sont plus déductibles. La décision est tombée par 158 voix contre 31. Actuellement, toute personne qui possède un bien immobilier doit payer un impôt sur le montant théorique qu’elle pourrait en retirer si elle le mettait en location. En contrepartie, les intérêts de la dette hypothécaire et les frais d’entretien et de rénovation de l’immeuble peuvent être déduits. Les tentatives pour abolir cette valeur locative ont fait plusieurs fois chou blanc dans les urnes et au Parlement depuis le début des années 2000. Cette fois, la commission du National a présenté un nouveau projet plus équilibré.
Il comporte trois points principaux : la suppression de la valeur locative autant pour les logements principaux que pour les résidences secondaires, la limitation de la déductibilité des intérêts passifs et la suppression de la déduction des frais d’entretien. Plus d’informations

Depuis 2020, les communes vaudoises peuvent préempter des immeubles. Cet outil contre la spéculation a été validé en votation populaire en 2017, mais il est remis en cause par la droite. Plus d’informations

Contrairement à un avis de ka Chambre immobilière vaudoise, Genève a un fort intérêt à préempter des parcelles. Or, l’existence du droit de préemption permet6 d’éviter qu’une transaction ne soit effectuée à un prix de vente spéculatif et empêche le développement de projets de logements à prix abordable. Plus d’informations

Les six demandes des partis et groupes politiques lausannois
Bluewin écrit : Les partis et groupes politiques lausannois ont formulé six demandes à l’Office fédéral des transports (OFT) et aux CFF en lien avec l’important retard du chantier de la gare. Dans une lettre, ils exigent des actions concrètes et des dédommagements. Plus d’informations

Le Courrier écrit : Environ 5500 mètres cubes, soit 5’500’000 litres: c’est la quantité d’eau potable utilisée chaque mois pour arroser les 46 hectares du golf club de Genève. Ce chiffre équivaut à la consommation mensuelle de 1300 personnes à Genève … Le directeur du golf tempère: «Nos membres sont très sensibles à la problématique de l’eau et nous avons décidé depuis 2017 de changer notre système d’arrosage, ce qui permet d’optimiser l’irrigation par souci écologique et économique».
Les SIG, eux, se montrent plus sceptiques. La régie publique a notamment pointé du doigt les coûts importants nécessaires à la mise en place d’un double réseau d’eau potable ou non. Des coûts qui, selon Pierre Nicollier, président du Parti libéral-radical et député au Grand Conseil, «permettraient néanmoins de réaliser des économies à plus long terme». Le projet de loi-cadre sur le climat, déposé par le Conseil d’Etat en décembre dernier, contient notamment une modification de la loi sur les eaux, stipulant que l’exécutif cantonal pourrait, en cas de sécheresse trop importante, «suspendre ou même modifier l’utilisation de l’eau, en totalité ou en partie, pour une durée limitée, et sans indemnité». Pour l’heure, le texte est encore entre les mains de la commission de l’environnement.
Dans certaines communes de Suisse romande, l’heure est déjà aux restrictions. Depuis lundi, la Ville de Nyon a interdit à la population d’arroser les pelouses ou de remplir les piscines. Plus d’informations

Swissinfo écrit : Les constructions hors zone à bâtir doivent être mieux réglementées. Le National a adopté sans opposition la révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT). Il a réduit la portée de certaines dérogations décidées par le Conseil des Etats.
Durant l’examen de détail de la loi, la droite a échoué à maintenir plusieurs exceptions qu’avait introduites le Conseil des Etats pour autoriser les constructions hors des zones à bâtir. La gauche et le PVL ont souligné que plusieurs d’entre elles auraient remis en question le principe même de stabilisation. Plus d’informations

Ghi écrit_ Les Verts’libéraux en Ville de Genève lancent une paire d’initiatives en faveur de la qualité de vie des habitant.es. L’une propose l’aménagement d’une zone de baignade en plein cœur de la ville, près de la Place du Rhône, et l’autre propose d’incorporer plus davantage de verdure à l’espace public. Plus d’informations

SWI écrit : Les loyers vont continuer leur progression, tirant l’inflation à la hausse en 2024. Mais cela ne doit pas remettre en question le resserrement monétaire. La mesure vise à contrôler le renchérissement sur le long terme, indique la Banque nationale suisse (BNS).
« Une hausse du taux directeur entraîne celle des taux hypothécaires et par conséquent également du taux d’intérêt de référence pour les loyers », a rappelé dans son discours Thomas Jordan, directeur de la BNS. Plus d’informations

Rts écrit : La Municipalité de Lausanne souhaite renouveler le protocole d’accord avec l’aéroport de la Blécherette. Deux études évaluant ses impacts économiques et sur la santé nourriront sa réflexion.
Réalisée par l’Université de Genève, l’évaluation d’impact sur la santé conclut qu’il n’est pas possible d’attribuer des cas de maladies ou de décès aux nuisances sonores diurnes générées par l’activité aéroportuaire. Néanmoins, elles sont à l’origine d’une gêne auditive, parfois marquée dans certains périmètres. Celle-ci péjore la qualité de vie et est susceptible, sur le long terme, de se traduire en des problèmes de santé plus marqués.
Quant aux retombées économiques annuelles calculées elles par l’Université de Neuchâtel, elles s’élèvent à 20 millions à l’échelle du canton de Vaud, mais sont marquées par des fuites importantes hors canton. Le 75% est généré par l’activité de l’aéroport alors que le reste résulte des dépenses du personnel. L’étude souligne par ailleurs que l’aéroport apporte un service important en matière de formation de pilotes professionnels (400 formés par année), bien avant l’aviation « plaisir » (60 pilotes amateurs formés par an). Plus d’informations

Le livre de Cornelia Hummel et David Wagnières traite de ce lieu banal, parfois méprisé, car associé à la culture populaire et aux vacances « sur place », la piscine municipale a une vie plus que discrète en sciences sociales. Ce livre propose une ethnographie estivale d’une piscine municipale, en plongeant dans un microcosme au sein duquel le « vivre ensemble » s’exerce au quotidien et où se noue du lien social. L’immersion dans ce « commun modeste », absent des débats sur la ville innovante et inclusive, dévoile tant un espace de mixité où une partie des signes de classement social tombent en même temps que les habits que l’on laisse au vestiaire, qu’un espace de coexistence des générations. Plus d’informations

Le projet immobilier dit de La Croix d’Or, sur la commune d’Hauterive, impliquerait, s’il venait à être réalisé, la destruction de la quasi-totalité des riches milieux naturels de la parcelle. Des espèces menacées, notamment des orchidées et des reptiles, seraient gravement touchées. Présenté comme une densification urbanistique, le projet ne touche pourtant le vieux bourg d’Hauterive que par l’extrémité ouest. Les organisations attendent des instances cantonales chargées de faire respecter les intérêts et le droit de la protection de la nature davantage d’exigences dans le traitement de tels dossiers, alors que la biodiversité autour de l’espace bâti est devenue si précieuse. Plus d’informations

Pro Natura Jura, la SSNPP, l’ATE Jura ainsi que BirdLife Suisse critiquent vivement les projets de développement sportif et de loisirs au Banné à Porrentruy, qui ne respectent pas la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire. En effet, ils contreviennent directement aux principes de densification du bâti et de revitalisation des centres qui conduisent l’actuelle politique d’aménagement du territoire. Plus d’informations

Blick écrit : Le Parlement donne un coup d’accélérateur aux projets de parcs éoliens déjà bien avancés. Le National a rejoint le Conseil des Etats sur les derniers points du projet visant notamment à accélérer les procédures d’autorisation de construction. L’autorisation de construire pour les éoliennes d’intérêt national et bénéficiant d’un plan d’affectation déjà entré en force sera délivrée par le canton, alors que la tâche revient aux communes actuellement. Les voies de recours contre cette décision seront raccourcies. Les communes d’implantation ne seront toutefois pas oubliées. Elles devront déjà avoir approuvé les projets dans une phase de planification antérieure, sauf si les cantons ont déjà transféré au niveau cantonal la compétence en la matière, comme c’est le cas dans le canton de Neuchâtel. La procédure accélérée s’appliquera aux projets éoliens d’intérêt national jusqu’à ce qu’une puissance supplémentaire de 600 MW soit installée. Plus d’informations

La diversité des espèces est riche en Suisse, mais subit des pressions. Ainsi, 17 % de toutes les espèces sont « au bord de l’extinction » ou « en danger ». En outre, 16 % sont vulnérables : leurs populations ont reculé de 30 % ces dix dernières années. Nombre de milieux précieux sur le plan écologique ont vu leur surface diminuer ou leur connectivité entravée. Telles sont les conclusions de deux rapports publiés par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) lors de la Journée internationale de la diversité biologique le 22 mai 2023. Plus d’informations

20 minutes écrit : La Ville met de l’eau dans son vin : on roulera à 30 km/h dans les quartiers résidentiels et à 50 km/h sur les routes principales…. La réduction de vitesse de 22h à 6h du matin, elle, est maintenue telle quelle. Plus d’informations

20 minutes écrit : Les bouchons en direction du sud ont atteint 20 kilomètres de long samedi. En 10 ans, les embouteillages ont triplé dans la région. Les localités avoisinantes en font les frais.
Bientôt des péages? Un conseiller national uranais a d’ailleurs déclaré qu’il voulait demander d’introduire une telle taxe à certaines périodes de l’année. Le canton d’Uri a de son côté déposé une initiative cantonale pour que la Confédération étudie un système numérique d’annonce préalable pour traverser le Gothard par la route. Plus d’informations

Le taux hypothécaire de référence valable pour la détermination des loyers dans toute la Suisse a augmenté de 0,25 point de pourcentage par rapport à sa dernière publication et se situe désormais à 1,5 %.
Le taux d’intérêt de référence est publié en quart de pour cent. Il est établi sur la base du taux d’intérêt moyen pondéré des créances hypothécaires en Suisse. Le taux d’intérêt moyen établi le 31 mars 2023, jour de référence, a passé de 1,33 % au trimestre précédent à 1,44 %. Le taux d’intérêt de référence déterminant pour les loyers se situe donc désormais à 1,5 % selon les règles de l’arrondi commercial et s’applique à partir du 2 juin 2023. Il restera à ce niveau jusqu’à ce que le taux d’intérêt moyen des créances hypothécaires descende en dessous de 1,38 % ou monte au-dessus de 1,62 %.
Si le loyer est encore basé sur un taux d’intérêt de référence de 1,5 %, une augmentation de loyer motivée par la hausse du taux d’intérêt de référence n’est pas admissible. Plus d’informations

Ce guide présente les principales dimensions de la promotion du vélo. Il décrit comment rendre un territoire accueillant pour la pratique du vélo (infrastructures et aménagements) et comment encourager la pratique du vélo au sein des différents groupes de population (promotion et incitation). Le guide concerne avant tout le vélo comme moyen de transport (vélo utilitaire). Il ne propose pas des recettes toutes faites, mais plutôt une liste d’ingrédients à contextualiser. Le guide invite à se montrer ambitieux afin de rendre le territoire cyclophile et de tirer parti du potentiel du vélo ! Plus d’informations

Après une première phase pilote, de 2019 à 2021, couronnée de succès en ville de Vernier, cet outil démocratique novateur permet à toujours plus d’habitantes et d’habitants de faire émerger des idées concrètes et d’avoir un impact sur la politique communale, notamment avec le développement de nouveaux projets. Etape-clef dans l’agenda : des Assemblées constitutives, en ligne ou en présentiel, qui permettent aux habitantes et habitants de proposer des thèmes, de voter pour les deux sujets les plus importants et enfin de participer aux deux Tables délibératives de 25 personnes qui débattront des propositions qui en ressortiront. Le canton et la Confédération accentuent leurs soutiens aux communes pour toute la durée du projet (2023-2024). Plus d’informations

20 minutes écrit : « L’écologiste bernoise Natalie Imboden (V/BE) a interrogé le conseiller fédéral Albert Rösti en charge des Transports. Elle voulait savoir précisément quelles surfaces de terres cultivables allaient être perdues, si l’autoroute A1était élargie à six pistes de bout en bout. Le Conseil fédéral a bien l’intention de défendre l’élargissement à six voies de l’autoroute A1 « entre Genève et Lausanne et entre Berne et Zurich dans le cadre du programme de développement stratégique des routes nationales ». Selon Albert Rösti, les coûts d’un tel projet à l’heure actuelle sont «estimés à 9,45 milliards de francs». Il a expliqué que le contournement de Morges était particulièrement cher à hauteur de 3,19 milliards de francs: «Il convient de noter, a-t-il ajouté, qu’il s’agit d’un projet à très long terme et que certains tronçons ne seront réalisés que vers 2040 ou plus tard. Vous pourrez également voter sur tous les tronçons ici au sein du Parlement. Un premier paquet avec cinq tronçons est actuellement bien avancé». Les autres projets seront présentés peu à peu au Parlement: «Ces élargissements seront mis en œuvre en prenant le moins d’espace possible tout en respectant les spécifications de sécurité et de respect de l’environnement. Lorsque des surfaces d’assolement seront nécessaires pour les routes nationales, les pertes devront être compensées dans la même mesure et en tenant compte de la même qualité». Plus d’informations

Rue de l’Avenir écrit : La limitation de vitesse à 30 km/h ne freine pas les transports publics (TP). C’est à cette conclusion qu’aboutit une étude réalisée par Metron Verkehrsplanung AG, sur mandat de l’ATE Association transports et environnement. Elle révèle que le 30 km/h influence le temps de parcours des TP, mais que ces effets sont faibles et qu’ils peuvent être corrigés ou supprimés par des mesures appropriées. Plus d’informations

Après deux années influencées par la pandémie de COVID-19, le volume de trafic est revenu à la normale. Celui-ci a continué d’augmenter en 2022 pour retrouver quasiment son niveau de 2019. Telles sont les conclusions du dernier rapport de l’Office fédéral des routes (OFROU) sur l’évolution et la fluidité du trafic. Le nombre d’heures d’embouteillage sur le réseau des routes nationales s’est lui aussi accru. La moitié de ces heures ont été comptabilisées dans les agglomérations de Zurich, Bâle, Genève, Berne et Lausanne, ainsi que dans la région du Tessin. Pour fluidifier la circulation, l’OFROU mise sur la gestion du trafic, sur l’amélioration des interfaces au niveau des jonctions entre les réseaux et sur des aménagements ponctuels, conformément au programme de développement stratégique (PRODES). Plus d’informations

20 minutes écrit : L’écologiste genevoise Isabelle Pasquier-Eichenberger a monté les tours contre les projets d’élargissement des autoroutes. Mais la majorité bourgeoise a voté en bloc pour élargir sept tronçons, dont celui de Nyon. Membre de la Commission des transports et des télécommunications (CTT) du Conseil national, la Verte genevoise Isabelle Pasquier-Eichenberger (V/GE) a eu une journée très chargée mardi en plénum. Lors de la discussion sur les 5,2 milliards de crédits d’engagement visant à élargir certaines portions d’autoroutes, dont celle de Vengeron-Coppet-Nyon, elle a perdu tous ses combats contre les bouchons. Plus d’informations

20 minutes écrit : Des sondages sur le terrain dans six villes de Suisse romande montrent que les clients qui viennent à pied sont le premier contingent d’acheteurs.
Yverdon (VD), Carouge (GE), Fribourg, Vevey (VD), Bulle (FR) et Lancy (GE): six villes romandes ont été passées au crible par une étude de la HEIG-VD et l’association Mobilité piétonne Suisse. Les enquêteurs ont interrogé commerçants et clients. Les résultats, qui viennent d’être publiés, l’affirment sans détour : «Les commerces surestiment presque systématiquement l’importance de leur clientèle venue en voiture.» Plus d’informations

20 minutes écrit : La plus grande base aérienne de l’armée se trouve à Payerne. Mais les emplois générés par l’aviation militaire sont principalement à Emmen (LU). Le Parlement vaudois veut un rééquilibrage. Plus d’informations

En vertu de l’art. 19 de la loi fédérale sur les résidences secondaires (LRS), l’Office fédéral du développement territorial (ARE) et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) sont tenus de présenter périodiquement au Conseil fédéral un rapport sur les effets et l’exécution de la LRS. Un premier rapport a été établi quatre ans après l’entrée en vigueur de la LRS.
La réaffectation des résidences principales en résidences secondaires augmente, les changements structurels dans les régions de montagne progressent
La loi fédérale sur les résidences secondaires (LRS) a des effets. L’Office fédéral du développement territorial (ARE) et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) ont pu, grâce à leur monitoring, constater l’arrêt presque total des constructions de nouvelles résidences secondaires. La LRS n’a que peu d’effets sur les secteurs de l’hôtellerie et de la construction. En revanche, les autochtones et les travailleurs des régions de montagne peinent à trouver un logement abordable, ce qui n’est toutefois pas seulement dû à la LRS, mais aussi aux bas salaires dans beaucoup de professions exercées dans les aires touristiques. Plus d’informations

Le numéro 2/23 du périodique du développement territorial COLLAGE s’intéresse au sujet de l’aménagement du territoire comme formation. En effet, le manque de personnel qualifié est patent- un article est consacré à une vue d’ensemble des possibilités de formation en Suisse, un autre souligne l’importance de l’interdisciplinarité, d’autres détaillent les cours de formation donnés à Unige/EPFL, au Tessin et à Rapperswil. Une interview avec Joris Van Wezemael sur les compétences essentielles clôt le cahier. Plus d’informations

Mobilité piétonne écrit : À quelques voix près, la Suisse s’embarquait il y a quelques semaines sur le chemin d’un Masterplan sur la marche visant à définir la stratégie nationale de promotion des déplacements à pied. Le postulat déposé par Marionna Schlatter est passé si proche de la victoire que nous en sortons confiants: la prochaine fois sera la bonne. L’initiative s’inspire de stratégies nationales de pays voisins, notamment l’Autriche avec son Masterplan Gehen 2030. Plus d’informations

Le dernier magazine de pro Natura insiste sur le fait qu4 la Suisse doit urgemment agrandir le nombre de ses espaces naturels protégés ainsi que de sortir de la « politique de l’escargot » qui met en péril nos bases alimentaires. Plus d’informations

Six ans d’occupation temporaire par la coopérative Ressources Urbaines prennent fin à la fin mai 2023. Ce délai était connu d’avance. Ressources Urbaines expérimente depuis l’été 2017, la transformation de l’ancienne Manufacture de quadrants de montres Stern Frères à Genève, en laboratoire pour la création artistique et l’innovation culturelle et sociale. La CODHA (Coopérative de l’Habitat Associatif) et La Ciguë, en charge de la construction et de la gestion d’un futur bâtiment de logement sur ce site, ont proposé à Ressources Urbaines de développer un projet d’occupation temporaire. Malgré la dimension éphémère de ce projet, le défi d’organiser l’installation de 70 particuliers et 18 collectifs ou associations dans le lieu a été relevé. Plusieurs membres de la coopérative ont en effet répondu par appel à candidatures et se sont vus confier 45 espaces et ateliers entre juillet et octobre 2017. Avec la collaboration de APRÈS-GE (La Chambre d’économie sociale et solidaire), 15 espaces supplémentaires ont été réservés puis attribués à des projets engagés et éco-conscients. L’ensemble de ce processus a débouché sur la signature de 62 contrats de bail de sous-location.
Le projet continue, dans des espaces décentralisés, à offrir des ateliers artistiques, des espaces à bas prix non soumis à la logique du marché. Plus d’informations

Les forêts suisses sont fortement impactées par le changement climatique et les phénomènes extrêmes. Ces dernières années, la sécheresse, la canicule, les tempêtes, les gels tardifs ont affaibli les arbres, les rendant plus vulnérables aux maladies et aux insectes ravageurs. La combinaison de ces facteurs se répercute sur la forêt en tant que ressource essentielle à la vie. La Confédération, les cantons, les propriétaires forestiers, l’industrie du bois travaillent de concert pour maintenir un écosystème diversifié, résilient et apte à s’adapter. Le 4 mai 2023, lors d’une conférence de presse en Ajoie (JU), le Canton du Jura, la Conférence pour la forêt, la faune et le paysage (CFP) et l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) ont présenté la situation et les défis à relever. Plus d’informations

Rts écrit : La fronde contre le futur horaire des CFF est désormais passée de quatre à seize communes, regroupant Genève, Morges et le réseau des villes de l’Arc jurassien (RVAJ). Ensemble, elles demandent aux instances fédérales de revoir leur copie.
La divulgation de l’horaire 2025 des CFF suscite la grogne dans seize communes. Pour cause de travaux, il réduit fortement la desserte directe entre les villes du pied du Jura et Genève.
Au départ de Bienne, de Neuchâtel ou d’Yverdon, il faudra, sauf aux heures de pointe, descendre à Renens et changer de train pour atteindre la gare de Genève ou encore son aéroport.  Il ne s’agit pas de prendre en considération des intérêts particuliers, mais bien ceux de toute cette région de la Suisse. Selon le président de la Conférence des transports de Suisse occidentale Jean-François Steiert, la Suisse romande souffre de son matériel ancien. « Nous avons des rails qui sont plus vieux que la moyenne suisse, nous avons 40% de plus de retards que la moyenne suisse, nous avons donc une situation qui n’est pas bonne. Plus d’informations

Le film « L’îlot » brosse le portrait du quartier des Faverges bordé par un petit bois où coule la Vuachère. Grand prix de Visions du Réel en 2022. Montré avec des performances et une installation vidéo jusqu’au 9 juillet. Plus d’informations

Le Courrier écrit : Les inquiétudes climatiques se reflètent de plus en plus dans les textes contemporains, aussi dans le roman « Le jour des silures », le fruit d’un projet financé par les Fonds nationale de la recherche scientifique. Comment la fiction et l’imaginaire d’une ville immergée sous les flots peuvent-ils ouvrir à de nouvelles manières d’habiter le territoire ? Plus d’informations

Rts écrit : Le canton de Vaud et la ville de Lausanne veulent prendre les devants pour optimiser et assurer la réalisation des projets de métros M2 et M3 malgré les retards annoncés du chantier de la gare de la capitale vaudoise. Le nouveau concept de la gare de Lausanne et le retard de sa mise en service ont un impact important sur le projet de développement du métro M2 et de construction du M3. Face à ce nouveau contexte, le canton et ses partenaires, les Transports publics lausannoise (TL) et la Ville de Lausanne, lancent une démarche d’optimisation et d’analyses afin de limiter au maximum les effets générés par les retards de la gare de Lausanne. Plus d’informations

RTS écrit : Le Tribunal fédéral invalide une initiative fribourgeoise visant la gratuité des transports publics
La gratuité des transports publics est contraire à la Constitution, ont estimé les juges du Tribunal fédéral. Ils ont confirmé l’invalidation par le Grand Conseil fribourgeois d’une initiative cantonale dans ce sens. La décision aura des conséquences dans d’autres cantons.
Le Tribunal fédéral rejette le recours déposé contre la décision d’invalidation par Les Verts, le Parti socialiste et trois privés. Il rappelle que la Constitution fédérale stipule, à son article 81a alinéa 2, que « les prix payés par les usagers des transports publics couvrent une part appropriée des coûts ».
Le texte de cette disposition, votée en 2014 et entrée en vigueur en 2016, est clair, souligne la 1ère Cour de droit public. Sa genèse plaide aussi contre l’initiative.

La gratuité ferait exploser la demande
Selon le message du Conseil fédéral, l’article constitutionnel poursuit deux objectifs contradictoires. D’une part, la mobilité ne doit pas être trop bon marché, ce qui ferait exploser la demande et induirait des coûts de plus en plus élevés qui pourraient finir par étouffer le système, écrit le tribunal.
D’autre part, les transports publics ne doivent pas être trop chers, car cela entraverait le transfert des voyageurs de la route au rail. Cette recherche d’un équilibre exclut que les usagers des transports publics ne supportent aucun frais. Plus d’informations

Les installations photovoltaïques au sol dans les Alpes peuvent-elles être compatibles avec le paysage?  C’est la question que soulèvent la centaine de projets lancés actuellement en Suisse. Comme ni le législateur, ni l’administration fédérale n’ont défini de critères pour le choix des sites, la construction et l’aménagement de ces centrales solaires, la SL-FP a entrepris de combler cette lacune. Elle est la première à présenter un catalogue d’exigences pour que l’offensive solaire tienne compte de la grande vulnérabilité paysagère des milieux alpins. Plus d’informations

La Commission de l’environnement du Conseil national (CEATE-N) a désormais terminé les délibérations sur la deuxième révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT2) concernant la construction hors zones à bâtir. Les initiant·e·s de l’initiative paysage sont satisfait·e·s des décisions prises par la commission, dans la mesure où elles sont connues jusqu’à présent, en particulier les décisions concernant les buts de stabilisation des constructions hors zones ainsi que leur mise en œuvre. L’initiative paysage se réjouit de voir que la commission a apporté des améliorations sur d’importants points par rapport à la version du Conseil des Etats. Plus d’informations

Une équipe de chercheuses de l’EPFL a mené des sondages sur l’impact du confinement. Ce dernier a modifié la manière dont les gens perçoivent leur lieu de vie. Nombre d’habitant.es souhaitent des espaces plus favorables au partage, il y a un vrai besoin d’espaces communs pour avoir accès à des activités sociales. 38% des personnes sondées ont modifié leur appartement pour s’adapter à l’exécution du télétravail. Les personnes d’un niveau d’éducation élevé (disposant généralement d’appartements plus grands) ont eu moins de peine à s’adapter que les mères de famille exerçant un travail rémunéré et que les personnes moins bien formées. Plus d’informations

Les Professionnelles en Environnement consacrent leur revue forum à la question de savoir si la protection du paysage et de la biodiversité sont compatibles avec le développement des énergies renouvelables. Les articles traitent des paysages alpins, des panneaux solaires, du prix de l’électricité et comment gérer sa vie en accord avec le climat. Plus d’informations

Comment voulons-nous vivre et travailler à l’avenir ? Où produire de l’énergie, par où faire passer les flux de transport ? Où y a-t-il de l’espace pour la nature et l’agriculture ?
Le sol est l’une des ressources les plus précieuses et les plus convoitées en Suisse. Pour l’utiliser de manière optimale, la Confédération, les cantons et les communes ont décidé de mettre à jour le Projet de territoire Suisse. Un nouveau site Internet présente des informations sur l’avancement des travaux. Plus d’informations

En 2021, la population résidante suisse a consacré environ 43% de ses déplacements en Suisse aux loisirs, qui restent ainsi de loin le principal motif de déplacement. La distance journalière moyenne par personne s’est élevée à 30,0 kilomètres, soit 6,8 de moins que lors de l’enquête de 2015. Cette évolution est à mettre en lien avec la pandémie de COVID-19. Tels sont les chiffres qui ressortent du microrecensement mobilité et transports, la plus importante enquête suisse sur le comportement de la population en matière de mobilité, réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Plus d’informations

La possibilité de travailler davantage hors du bureau usuel détermine entre autres facteurs où et comment nous habiterons demain. L’étude « Influence du télétravail sur le choix du lieu et du mode d’habitation » montre que le contexte social demeure important pour le choix du lieu d’habitation. Le souhait de disposer de plus d’espace pourrait entraîner une décentralisation, et les centres de taille petite à moyenne connaître un nouvel essor en tant que « villes moins chères » bien desservies. L’étude a été menée par EBP sur mandat de l’Office fédéral du logement (OFL) ainsi que de plusieurs cantons et organismes privés. Plus d’informations

Blick écrit : Les opposants au projet de géothermie profonde dans le canton du Jura, prévu sur la commune de Haute-Sorne, ne baissent pas les bras. L’association Citoyens Responsables Jura a présenté mardi une synthèse de ses arguments, exigeant l’arrêt immédiat du projet. Plus d’informations

La CTT-N écrit : L’étape d’aménagement 2023 proposée par le Conseil fédéral dans le PRODES des routes nationales est contesté au sein de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national ; cette dernière l’a toutefois approuvée, par 14 voix contre 10 et 1 abstention. La commission a en revanche largement soutenu les mesures définies dans le cadre du Programme en faveur du trafic d’agglomération. Plus d’informations

20 minutes écrit : Pour coller aux cycles hormonaux des jeunes, un collège zurichois va décaler les horaires. En Valais aussi, l’idée est en voie de concrétisation.
Dans plusieurs cantons, les cours ne commencent pas avant 8h00. «La recherche montre que les élèves en âge de fréquenter l’école secondaire ne sont pas encore vraiment performants tôt le matin», explique la directrice à Uetikon. Selon les médecins, ce serait dû au fait que la puberté modifie la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Chez les adolescents, elle n’est sécrétée que plus tard dans la journée.
Retarder les cours peut aussi avoir un avantage en matière de mobilité. En Valais, au Collège de l’Abbaye de Saint-Maurice, des aménagements d’horaires avaient été introduits il y a trois ans en collaboration avec les transports publics. Et le tout a donné satisfaction. Contacté, Jean-Philippe Lonfat, chef du service de l’enseignement, explique que face aux excellents retours, il est prévu de faire la même chose pour les autres établissements scolaires du secondaire 2. Plus d’informations

Dans toutes les grandes villes de Suisse, les logements ne sont pas assez nombreux. Conséquence: de plus en plus de Suisses décident de vivre en périphérie, là où les liaisons de transports publics sont bonnes. Cet exode provoque une hausse des loyers en périphérie. Plus d’informations

RadioLac écrit : Des mesures visent à repousser le trafic de transit. Des travaux vont prochainement débuter à Cornavin. La ceinture urbaine, telle que voulue par la Loi sur la mobilité cohérente et équilibrée, est désormais fonctionnelle à Genève. L’idée de cette ceinture : permettre aux véhicules motorisés de se déplacer d’un quartier vers un autre en contournant le centre-ville. Parmi les aménagements récents, l’axe Nations-Charmilles achevé fin 2022. Une ceinture urbaine qui a pris environ un an de retard, car il a fallu, pour convaincre certaines autorités communales, procéder à des tests. L’axe Nations-Charmilles a nécessité et nécessitera quelques aménagements. Prochaine étape, le réaménagement du périmètre de la gare Cornavin pour favoriser le report du trafic de transit du centre-ville vers la ceinture urbaine. Les premiers travaux auront lieu cet été. Plus d’informations

Le Journal de l’immobilier écrit : Le sujet de la préemption – un outil très clivant – revient sur le devant de la scène avec le cas de la Ville de Lausanne : celle-ci a fait usage de son droit de préemption une dizaine de fois depuis 2020, acquérant ainsi onze immeubles d’environ 200 logements, pour un investissement total de 91 millions de francs. La Municipalité compte aujourd’hui octroyer un droit de superficie sur ce parc immobilier à des sociétés d’utilité publique, qui verseraient une rente à la commune de Lausanne. Création de logements à loyers abordables ou dérive d’un dispositif ? Interview avec Frédéric Dovat, secrétaire général de l’Union suisse des professionnels de l’immobilier Vaud (USPI Vaud). Plus d’informations

L’UNIL a examiné les préaux sous l’aspect du genre : Le préau est un lieu d’apprentissage et de reproduction de la polarité de genre. Les groupes de pairs y sont souvent exclusifs ; les filles avec les filles, les garçons avec les garçons. Rares sont les amitiés entre filles et garçons, sauf entre enfants ayant une même origine migratoire. Certains groupes de garçons construisent leurs jeux autour de la masculinité5, notamment dans les jeux sportifs. Toutefois, tous les garçons ne sont pas égaux dans les pratiques de la masculinité. En découle une hiérarchie entre les garçons considérés comme plus ou moins masculins. Ces pratiques de la masculinité s’expriment également par les remarques sexistes adressées aux filles, leur marginalisation et leur exclusion des espaces et des cercles masculins. La totalité des filles mettent en place des stratégies d’évitement des espaces masculins et sont reléguées aux marges du préau. Elles jouent dans des espaces restreints. Elles apprennent également à montrer les traits de la féminité dominante, tels que prendre soin de son apparence et ses vêtements. Les résultats indiquent que l’ordre du genre est intériorisé depuis petit·es et qu’il conditionne les enfants dans des rôles prédéfinis, associés à des inégalités et des violences déjà à l’entrée à l’école. Bien que le préau soit considéré comme un espace de jeu, d’amusement et de plaisir, il participe également à la production d’identités genrées, des inégalités et des violences qui y sont associées. Plus d’informations

24 h écrit : Les garçons ont tendance à s’installer au milieu des cours d’école. La Ville les réagence différemment pour que les filles ne soient pas reléguées dans les bords. Plus d’informations

Les Verts genevois écrivent : Dans le contexte du développement du canton, les Vert-e-s continuent à mener des réflexions et faire des propositions pour soutenir la construction d’habitats à but non-lucratif, coopératifs, de qualité et à loyer abordable, tout en faisant le meilleur usage des bâtiments existants. En ce sens, les Vert-e-s ont déposé deux projets de loi qui visent, pour l’un, à renforcer le soutien aux coopératives d’habitation (PL 13 203) et, pour l’autre, à s’assurer que les nouvelles surfaces de bureaux construites soient convertibles en logements (PL 13 206). Plus d’informations

Les député·es au Grand Conseil envisagent un nouveau mécanisme pour faciliter l’accès à ce mode d’habitation à davantage de personnes. L’Etat pourrait servir de garant dans le cadre de prêts hypothécaires pour l’achat de parcelles. Plus d’informations

L’ATE Vaud écrit : En février et mars 2023, l’ATE Vaud a réalisé une étude de terrain de l’application du 30 km/h de nuit (22h-06h) en Ville de Lausanne. Cette étude a permis de mettre en exergue que dans la plupart des situations, rouler à 30 km/h de nuit permet de circuler plus rapidement qu’à 50 km/h. De quoi remettre en question certaines critiques de la mesure, comme son caractère « anti-commerce », « anti-voitures » ou encore péjoratif pour les personnes travaillant de nuit. L’ATE met également en exergue les bénéfices de la mesure pour la santé publique. Plus d’informations

Le Nouvelliste écrit : Les contours de la fusion entre Sion et Veysonnaz sont connus. Les enjeux aussi. Désormais, on en connaît un peu plus sur les contours de la fusion entre Sion et Veysonnaz. Les deux communes décideront le 18 juin prochain si elles veulent unir leur destin. Plus d’informations

Rtn écrit : Avec les périodes de sécheresse, les conflits d’usage de l’eau vont augmenter. Les Verts veulent une gestion concertée par bassin versant. Ils ont déposé un postulat dans les cantons de Berne, Vaud et Neuchâtel et une motion dans celui de Fribourg. Plus d’informations

Les mesures prises pour enrayer le coronavirus ont fortement influencé les comportements de mobilité de la population. Une analyse de Mobilité piétonne Suisse montre que les déplacements à pied ont gagné en importance durant la pandémie. Il est ainsi important de faire comprendre que la marche est un besoin fondamental de l’être humain, et qu’il est nécessaire de lui accorder une place suffisante dans la planification. Plus d’informations

Lfm écrit : Les partisans d’un tunnel pour les piétons entre la gare de Lausanne et celle du Flon reviennent à la charge. Une motion a été présentée devant le Grand Conseil vaudois pour demander au Conseil d’Etat d’étudier la faisabilité d’une telle liaison, déjà souvent abordée par le passé. Plus d’informations

La Plateforme Habitat à stationnement réduit(HSR) est un projet de l’ATE Association transports et environnement visant à promouvoir la planification et la construction de projet d’habitations avec moins de places de stationnement et à optimiser l’offre de mobilité dans les quartiers existants. Elle se positionne comme pôle d’expertise pour l’intégration des thématiques de mobilité liées à l’habitat et offre des conseils. Depuis 2023, la Plateforme intègre le projet Gestion de la mobilité dans les quartiers d’habitation (MOHA). Plus d’informations

Patrimoine Suisse écrit : Le Conseil des États a rejeté la motion «Promotion de la culture du bâti de haute qualité». La motion demande d’ancrer dans la loi la promotion d’une culture du bâti de qualité dans le cadre du Message culture et répond ainsi à une demande importante de l’Initiative biodiversité. Par sa décision, le Conseil des États ne rejette certes pas la culture du bâti en soi, mais empêche son inscription dans la loi, pour laquelle tant le Conseil fédéral que le Conseil national s’étaient engagés. Plus d’informations

Quatre associations de défense de la nature partent en guerre contre une réalisation envisagée au milieu des vignes, à Hauterive. Le Matin écrit : En zone viticole, à Hauterive, le projet immobilier dit de « La Croix d’Or » ne passe pas à travers les filtres des associations BirdLifeSuisse, Pro Natura Neuchâtel, WWF Neuchâtel et ATE Neuchâtel. Sa réalisation impliquerait «la destruction de la quasi-totalité des riches milieux naturels de la parcelle », selon les opposants. « Présenté comme une densification urbanistique, le projet ne touche pourtant le vieux bourg d’Hauterive que par l’extrémité ouest », accusent les opposants, en invitant les services cantonaux et communaux à une meilleure prise en compte des enjeux liés à la biodiversité et à la mobilité douce. Deux barres d’immeubles ainsi que leur accès feraient disparaître 3000 m2 de boisements et 2000 m2 de biotopes sous protection, selon les opposants. Avec ses 165 places de parc privées, le projet favorise selon eux l’utilisation de la voiture. Plus d’informations

Rts écrit : Les pendulaires romands qui transitent par Lausanne devront s’armer de patience. En effet, selon des informations de la RTS, le chantier de la gare pourrait prendre 4 à 5 ans supplémentaires et accuser un total de 13 ans de retard sur le calendrier initial. On parle maintenant de 2038. C’est un coup dur pour la mobilité ferroviaire en Suisse romande. En effet, la fin des travaux de la gare de Lausanne, initialement prévue pour 2025, a encore pris du retard. Ce nouveau calendrier enflamme le monde politique vaudois et au-delà, jusque sous la Coupole fédérale, alors que les CFF doivent présenter vendredi le nouveau planning des travaux. Plus d’informations

Le magazine Pro Natura écrit : « De Lausanne à Bâle, en passant par Berne, les campagnes sont tristes : un vert standardisé, uniforme, des champs à perte de vue sans petites structures. Mais où sont les corridors biologiques essentiels pour la faune sauvage ? Mais où sont les haies, les grands arbres ? Köbi Gantenbein, chercheur en sciences du paysage, qui a fait le voyage de Zurich à Lausanne en InterCity, partage cet avis. Il plaide pour une Suisse davantage tournée vers la biodiversité que vers les grues et les gabarits de construction, les zones d’habitation et les commerces XXL en pleine campagne. Plus d’informations

Le journal de l’Asloca « Droit au logement » publie dans son numéro 260 un dossier sur le règne du béton, qui se fissure un peu. Globalement le secteur de la construction émet env. 20% des émissions totales de CO2 du pays. Dans ce bilan le gros œuvre prend la part du lion avec dalles, murs, parkings etc., tous en béton. Or, la production de ce matériau universel génère force gaz à effet de serre. Son recyclage n’est pas encore la règle. Sans recyclage on remplit les rares carrières dans notre pays. Plus d’informations

Le bulletin de mars du Forum des Professionnelles en Environnement s’intéresse à la question de la crise énergétique et si elle existe réellement et quelles nouvelles décisions la nouvelle situation exige. Le bulletin traite aussi de l’implantation d’énergies renouvelables dans les Alpes et les paysages préservés ainsi que des raisons pour la hausse parfois massive des prix de l’électricité. Plus d’informations

La Tribune de Genève écrit : Trois études de l’EPFL montrent l’impact psychologique qu’a eu le semi-confinement du printemps 2020 sur la population. Les femmes et les étudiants ont le plus souffert. La vision du logement idéal a évolué.
La première étude, publiée dans Frontiers in Psychology, indique que la hausse de stress était en moyenne 42% plus élevée chez les femmes que chez les hommes et 29% plus élevée chez les étudiants que chez les travailleurs, les personnes sans emploi et les retraités. Concernant les femmes, une hypothèse est que « le semi-confinement a exacerbé les inégalités structurelles dans le travail domestique, ainsi que la violence au sein de la sphère privée », a expliqué à Keystone-ATS Livia Fritz, co-autrice de l’étude. Quant aux étudiants, ils ont pu souffrir du manque d’interactions sociales, « particu-lièrement importantes chez les jeunes adultes ». Livia Fritz évoque aussi la crainte de voir leur future carrière négativement impactée. Le type de logement a joué un rôle important. Les personnes dont l’habitation comprenait plusieurs espaces extérieurs, comme un jardin, un balcon ou une terrasse, ont présenté un stress psychologique 23% moins élevé que celles qui n’en avaient aucun. En revanche, le fait d’habiter en ville ou à la campagne n’a pas été déterminant. Une autre étude parue dans la Revue des politiques sociales et familiales s’est intéressée à la « plasticité » du logement, soit la manière dont les personnes ont pu adapter leur espace à la nouvelle situation. Les scientifiques ont distingué six vécus différenciés du semi-confinement basés sur les cantons de Genève, Vaud et du Valais. À un extrême se trouve la catégorie des « éprouvés », soit de jeunes actifs de moins de 44 ans en télétravail et vivant le plus souvent avec des enfants en bas âge. Ce sont eux qui ont dû le plus adapter leur logement à la situation, les contraintes de l’espace domestique redoublant les difficultés liées à la vie professionnelle et familiale. Cette catégorie comprend en majorité des femmes (67%) et des personnes avec un faible niveau de formation. À l’opposé se trouvent les « relâché s», soit les personnes ne souffrant ni d’isolement ni de surcharge de travail. Dans cette catégorie, les hommes sont surreprésentés (55%), de même que les personnes âgées de plus de 55 ans et les détenteurs d’un diplôme d’études supérieures. Les « relâchés » ont plus souvent déclaré avoir vécu de meilleures conditions de travail qu’à l’ordinaire durant le semi-confinement. Plus d’informations

Le Courrier écrit : L’association Poterie Riposte combat le projet d’implantation d’un centre commercial géant à Ferney-Voltaire, en France voisine. L’association livre les grandes lignes de sa lettre ouverte adressée à l’ensemble des élu·es du Grand Genève, signée par près d’une trentaine de personnalités de la région. Plus d’informations

Mobilité piétonne écrit : Comment habitantes et habitants peuvent-ils utiliser davantage les rues de leur quartier au quotidien ? Mobilité piétonne Suisse s’est penchée sur cette question en aménageant temporairement une zone de rencontre existante à Zurich et une autre à Berne durant l’été 2022 au moyen de mobilier en bois, de fresques et de végétation. Les premiers résultats de l’évaluation le montre : les riverains ont davantage interagi et entrepris d’activités pendant la durée du projet. Des interventions simples et peu coûteuses peuvent donc contribuer à améliorer la qualité de vie dans les quartiers d’habitation. Une vidéo illustre les chantiers participatifs et les premiers résultats sont disponibles. Plus d’informations

De Johannesburg à Dakar, l’Afrique est en proie à une frénésie immobilière. Si la question de l’«accaparement des terres» mobilise, les transactions désordonnées sur le foncier périurbain des métropoles suscitent nettement moins de débats. Plus d’informations

En Ville de Genève, le plan localisé de quartier (PLQ) Bourgogne est accepté par 55,94% des votants dimanche. Attaqué par voie référendaire, le projet visant à construire 450 logements va voir le jour dans le quartier des Charmilles. Plus d’informations

msn écrit : La pénurie de logements dans les villes rend la recherche de logements abordables de plus en plus difficile. La classe moyenne en ressent désormais les effets, et est petit à petit poussée vers les périphéries. Un phénomène risqué en terme économique. Plus d’informations

La Chambre du peuple a décidé d’accélérer les procédures d’autorisation de construire des parcs éoliens et de raccourcir les procédures des recours en justice. Plus d’informations

Le numéro 1/23 de Collage, le périodique du développement territorial, s’intéresse au boom des petites villes, en dressant le portrait orienté de 5 villes (Bulle /FR, Le Grand-Saconnex /GW, Risch Rotkreuz /ZG, la Transagglo et le territoire fribourgeois ainsi qu’Êcublens (VD). Plus d’informations

Imaginer, proposer, inspirer la vie locale ! C’est l’objectif des nouvelles assemblées citoyennes de la commune de Neuchâtel, nouvel outil de démocratie participative déployé dans le cadre de la fusion. Dès ce printemps, sept assemblées seront réunies deux fois l’an sur l’ensemble du territoire. Chaque habitant-e de la ville pourra y soumettre des idées et des projets de proximité. Valangin ouvrira les feux le 29 mars. Plus d’informations

Le Courrier écrit : En près de quinze ans, la loi sur les surélévations aura accouché de quelque 1500 logements, loin du potentiel escompté. Mais les projets divisent dans les quartiers. Plus d’informations

20 minutes écrit : Quelques dizaines de militants ont planté leur camp sur un terrain communal de Vufflens-la-Ville (VD) pour protester contre le chantier d’un potentiel gisement de gravier.
… Ce groupe de militants a installé tentes, câbles et cabanes dans les arbres pour signaler leur désaccord avec un futur chantier potentiel d’excavation de gravier mené par le groupe Orllati. «Après Holcim, parlons enfin d’Orllati», résume le communiqué envoyé samedi par le collectif. Plus d’informations

Les voyageurs fréquents des heures creuses qui utilisent l’application de tarification par géolocalisation Fairtiq se verront offrir un rabais
Intégrée dans plusieurs applications de transport en Suisse, la start-up Fairtiq lance une nouvelle option disponible dans la communauté tarifaire genevoise Unireso, qui pourrait faire économiser quelques sous aux usagers. L’application, qui permet de payer son trajet par géolocalisation plutôt que d’acheter un ticket fixe, va proposer des rabais aux voyageurs fréquents des heures creuses, pour aider à désengorger les heures de pointe. Plus d’informations

Le parc des Molliers est désormais ouvert au public. Couvrant plus de 8 ha, il est un des plus grands espaces verts du canton de Genève. Sa réalisation a été possible grâce à un financement lié au projet d’agglomération franco-valdo-genevois. Plus d’informations

Le Courrier écrit : En Suisse, face à l’augmentation des charges, la demande pour des appartements plus petits augmente. Les locataires devront se serrer la ceinture. Selon l’enquête de Credit Suisse sur le marché immobilier publiée hier, les loyers pourraient augmenter de 4%. L’Office fédéral du logement a maintenu le taux d’intérêt de référence hypothécaire à 1,25%. La banque table cependant sur un relèvement à 1,5% en septembre. Si moins de la moitié des bailleurs pourront faire valoir cette hausse, tous sont autorisés à répercuter sur les loyers 40% de l’inflation ainsi que l’augmentation des autres coûts. Et les ménages se chauffant aux énergies fossiles doivent s’attendre à une flambée des charges à hauteur de 40%, à laquelle viendront s’ajouter les hausses de l’électricité de 30% en moyenne, avec toutefois de fortes disparités selon les communes. Plus d’informations

La Liberté écrit : Il est urgent de renoncer aux énergies fossiles et de développer les énergies renouvelables en Suisse, «mais cela ne doit pas se faire sur le dos de la nature», a insisté lundi une coalition regroupant le WWF Valais, le Club alpin suisse et la Fédération suisse de pêche. Actuellement la Loi fédérale sur l’énergie interdit toute construction, y compris pour de la production d’énergie renouvelable, dans les biotopes d’importance nationale. Mais en septembre, le Conseil des Etats a biffé cette interdiction de son projet de réforme de la loi.
Par ailleurs, un nouveau parc solaire alpin, le sixième, est à l’étude en Valais. Celui-ci est projeté sur le domaine skiable de Grimentz-Zinal à 2450 mètres d’altitude. ATS. Plus d’informations

L’OFL écrit : Le taux d’intérêt de référence reste au même niveau que lors de sa dernière publication, à 1,25 %. Il est valable pour la fixation des loyers dans toute la Suisse. Plus d’informations

La Grève du Climat Suisse écrit dans le Courrier : Depuis quelques mois, la Grève du climat conteste l’édification de la nouvelle centrale à gaz à Birr (AG), censée répondre à la crise énergétique qui a effrayé l’Europe. S’il est de première importance de s’intéresser à la production et la distribution des énergies fossiles, un regard du côté de la consommation de ces précieuses ressources est aussi instructif : les gaz à effet de serre suisses proviennent pour environ un tiers de la mobilité, un tiers de l’industrie et un dernier tiers des ménages, en particulier à travers le chauffage. C’est sûrement cette large part consacrée au chauffage, ainsi que l’existence de solutions facilement réalisables, qui expliquent que les volontés de rénovation et de remplacement des systèmes de chauffage font consensus.
… Un modèle prometteur est celui de la campagne allemande Deutsche Wohnen & Co. Enteignen [exproprier Deutsche Wohnen & Co, une société de logement], qui est parvenue à exproprier les entreprises immobilières de Berlin possédant plus de 3000 appartements pour créer une aire municipalisée de l’immobilier. En réaction à une réelle pénurie et à une hausse des prix du logement à Berlin, cette mobilisation a obtenu une éclatante victoire en référendum populaire il y a deux ans. Lorsque cette loi entrera en vigueur, l’argent des loyers n’ira ainsi plus à des actionnaires, mais à une nouvelle structure socialisée où il pourra servir à des rénovations qui à leur tour permettront de réduire la consommation d’énergie, et donc les factures. Loyers abordables et rénovation écologique, n’est-ce pas un exemple phare de l’intersection entre une dynamique sociale et environnementale ? Plus d’informations

La dépendance des stations à la neige artificielle fait exploser le coût des sports de glisse et leurs impacts sur l’environnement. Eclairage. Les quatre problèmes essentiels en sont : 1) augmentation rapide des besoins en eau  2) paysage balafré 3) des coûts qui explosent et 4) des conflits d’utilisation pour l’accès à l’eau. Le ski serait-il un sport de riches subventionné ? Plus d’informations

Rts écrit : A Genève, un projet de loi visant à garantir un cheminement le long des rives du lac a été enterré. La majorité du Grand Conseil a refusé l’entrée en matière sur ce texte. Le débat pourrait rebondir au niveau fédéral par le biais d’une initiative. L’entrée en matière a été refusée par 54 voix contre 27 et 14 abstentions. Pour la majorité de droite, ce projet de loi ne favorisera pas la biodiversité, en raison du flux de personnes qui pourraient se promener le long des rives et déranger la faune. Autre argument : le nombre d’ambassades installées au bord du lac et qui sont protégées par le droit international. Enfin, les expropriations envisagées généreraient des dépenses « abyssales », selon le PLR. Le projet de loi vise à garantir un chemin de rive continu d’au moins deux mètres de large sur l’ensemble du territoire cantonal. « Il est indispensable pour mettre en oeuvre l’article constitutionnel qui prévoit ce principe », a relevé la socialiste Amanda Gavilanes. « Alors que les périodes de canicule se multiplient, la population a le droit de pouvoir se rafraîchir : ça ne doit pas être un luxe », a-t-elle ajouté. Les partisans de ce projet de loi ont souvent cité l’exemple du cheminement créé en France voisine le long du lac entre Hermance et Evian…. Pour le premier auteur du projet de loi, le député socialiste Cyril Mizrahi, ce texte se base sur le droit fédéral qui stipule que les rives sont publiques. L’association Rives publiques est d’ailleurs en train d’élaborer une initiative sur le plan fédéral qui devrait être lancée prochainement. Pour l’heure, le débat parlementaire est clos à Genève. Plus d’informations

20 minutes écrit : Depuis 2020, la Ville a fait usage de son droit de préemption une dizaine de fois. Afin de garantir des loyers attractifs, elle va revendre les biens immobiliers à des sociétés d’utilité publique. Plus d’informations

Le Dauphiné écrit : Le 1er février, le gouvernement genevois a fait état de la poursuite des études sur ce projet cette année, avec une participation financière fédérale à hauteur de 60 %. L’objectif est d’étudier un péage de cordon au niveau de la “ceinture urbaine” genevoise, soit légèrement au-delà du centre-ville. Environ 300 000 déplacements quotidiens en transports individuels motorisés seraient ainsi concernés par le péage. Selon les tests, un tel dispositif pourrait faire baisser de plus de 50 % les déplacements en voiture dans le centre-ville. Mais avant une éventuelle mise en place qui n’aura pas lieu de toute façon avant au moins 2030, il s’agit « de réexaminer en profondeur les impacts potentiels d’un tel dispositif. Des rabais ou exonérations seront notamment à intégrer pour certains types d’usagers » indique le Conseil d’État, comme les professionnels, ou les personnes à mobilité réduite. Plus d’informations

Les «dark kitchens» arrivent en Ville de Genève. Le Courrier écrit : En Ville de Genève, le plan d’utilisation du sol permet d’éviter que des arcades ouvertes au public se transforment en vitrines borgnes. Exemple concret avec une cuisine de l’ombre. Cependant le modèle des dark kitchen est appelé à s’étendre, car il permet d’économiser sur les coûts de locaux publics et d’employés. La nourriture produite derrière ces vitrines borgnes destinée à être livrée via des plateformes telles qu’UberEats etc. Plus d’informations

Des loyers qui explosent, un manque drastique de logements à un prix abordable, et maintenant encore l’augmentation des prix de l’énergie et la hausse du taux d’intérêt de référence. Depuis des années, la pression sur les locataires ne cesse de se renforcer.  Parallèlement, les groupes immobiliers profitent des rendements très élevés : un ménage locataire a payé 370 francs de trop en 2021, tous les mois. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) formule une série de revendications politiques. Plus d’informations

À la demande du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), la Commission fédérale de géologie (CFG) a élaboré une stratégie du « sous-sol ». Elle sera soumise aux autorités qui peuvent prendre position jusqu’à fin avril. Cette «Stratégie Sous-Sol Suisse» de la CFG est un document de base pour établir un plan d’action. La conseillère fédérale Viola Amherd, cheffe du DDPS, a chargé swisstopo d’élaborer un plan d’action fondé sur cette stratégie en collaboration avec tous les acteurs concernés. Plus d’informations

Le Conseil fédéral a adopté lors de sa séance du 15 février 2023 une mise à jour de l’Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse (ISOS) pour les cantons de Genève et des Grisons. La liste des sites nationaux a été modifiée et les relevés de site actualisés. Cette adaptation marque la fin de la révision pour Genève. Dans les Grisons, l’actualisation se poursuit. Plus d’informations

Il devrait être désormais possible, dans le cadre de la nouvelle politique régionale, de soutenir certains petits projets d’infrastructure par le biais de contributions à fonds perdu. Les projets concernés peuvent fournir de précieuses impulsions en faveur du développement économique des zones rurales et des régions de montagne. Plus d’informations

Le Matin écrit : Une élue a déposé une proposition, pourtant déjà refusée par le parlement très récemment. Selon elle, la hauteur des éoliennes va croître et il faut un cadre légal. Plus d’informations

Bluenews écrit : Les milieux écologistes fustigent les investissements annoncés par le Conseil fédéral dans les infrastructures de transport, notamment pour des extensions d’autoroutes. Différentes associations menacent de lancer un référendum si le Parlement ne stoppe pas le projet. Les Vert-e-s envisagent un soutien. Plus d’informations

msn écrit : Construction de trois bâtiments, plantation de dizaines d’arbres, ouverture d’une artère piétonne, création de logements, de commerces, de bureaux: à l’est de la gare de Lausanne, le quartier de la Rasude va se métamorphoser. Aujourd’hui dédié uniquement à des activités administratives et logistiques, il va être rendu aux habitants. Plus d’informations

Le canton de Saint-Gall entend améliorer la coordination entre transports et urbanisation. Pour ce faire, il a adapté son plan directeur, y intégrant sa nouvelle stratégie globale en matière de transport. Le Conseil fédéral a approuvé ce remaniement lors de sa séance du 15 février 2023. Plus d’informations

Non à la production d’énergie dans les régions de montagne presque intactes : le résultat d’une enquête récente réalisée en Suisse est clair. Les zones déjà utilisées de manière intensive à proximité de domaines skiables ou de centrales électriques existantes se prêteraient mieux au développement des énergies renouvelables. Plus d’informations

La Slovénie et la Suisse joueront cette année un rôle décisif dans la coopération internationale entre les États et les régions de l’espace alpin : la Slovénie prend la présidence de la Convention alpine, et la Suisse est le premier pays non-membre de l’UE à présider la Suera. Plus d’informations

La Val Calanca si offre il Parco. Plus d’informations

Radio-Lac écrit : Ce plan découle de l’urgence climatique déclarée par la Ville en 202. Il présente 30 objectifs et 9 axes stratégiques qui se déclinent en 78 mesures.ces émissions. L’administration municipale a beaucoup travaillé pour élaborer cette stratégie transversale.  La stratégie climat prévoit également la végétalisation de la Ville pour lutter contre les îlots de chaleur. Les neufs axes concernent la mobilité, l’assainissement des bâtiments, l’aménagement mais aussi l’alimentation. La stratégie prévoit de faire passer la ville de Genève à un régime semi-végétarien. L’alimentation est responsable de 16% de la production de gaz à effet de serre. Les biens et services représentent le 43% des émissions carbone, l’énergie et les bâtiments le 30% et la mobilité le 27%. La consommation pour le numérique, y compris le streaming, représente le 4% de la consommation mondiale, soit davantage que le trafic aérien de l’aviation civile. La stratégie climat prévoit l’émission de fonds obligataires verts. Plus d’informations

rts écrit : Après des années d’attente, les travaux de transformation du site des Jeunes-Rives, à Neuchâtel, vont démarrer. La première phase s’étendra jusqu’en 2025. Une fois terminé, ce projet signera la disparition d’un parking de 300 places et le retour de la verdure sur les rives du lac. Plus d’informations

Swissinfo écrit : Après le solaire, le Parlement veut avancer sur l’énergie éolienne. Une commission propose d’accélérer les procédures d’autorisation de construction et raccourcir celles des recours en justice. Désormais, l’autorisation de construire pour les projets éoliens d’intérêt national et bénéficiant d’un plan d’affectation déjà entré en force devrait être délivrée par le canton. Contre cette décision, les voies de droit pour les recours doivent être raccourcies. Plus d’informations

L’approvisionnement en chaleur de la Suisse doit être neutre en carbone d’ici 2050. Avec la Stratégie Chaleur 2050, l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) montre quelles mesures permettront d’atteindre cet objectif. Plus d’informations

L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) décerne pour la seizième fois le prestigieux Watt d’Or, le prix suisse de l’énergie. L’édition 2023 distingue les lauréats suivants: l’Azienda Elettrica di Massagno (AEM) SA avec la Haute école spécialisée de la Suisse italienne (Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana, SUPSI) ainsi que les entreprises Hive Power SA et Optimatik AG (catégorie Technologies énergétiques), Limeco à Dietikon (dans la même catégorie), 3S Swiss Solar Solutions AG à Gwatt dans la région de Thoune (catégorie Énergies renouvelables), EVTEC AG avec sun2wheel AG de Kriens-Obernau (catégorie Mobilité économe en énergie), la chaire d’architecture et des systèmes de construction avec Zurich Soft Robotics GmbH / Solskin (catégorie Bâtiments et espace), ainsi que deux organisations non gouvernementales bernoises Solafrica et Root & Branch (prix spécial du jury). Plus d’informations

Le Conseil fédéral a reçu des informations concernant le rapport qui porte sur la modélisation, dans le cadre d’une étude, de la capacité de production et de la capacité systémique (adéquation du système ou system adequacy) de la Suisse dans le domaine de l’électricité. Cette étude analyse les impacts de différents scénarios sur la sécurité de l’approvisionnement en électricité aux niveaux suisse et européen à l’horizon 2040. Elle montre que trois facteurs sont essentiels pour la sécurité d’approvisionnement de la Suisse : l’hydraulique, la capacité d’importation et le développement européen dans son ensemble. En cas de combinaison harmonieuse des deux premiers facteurs, des insuffisances de couverture côté suisse ou côté européen, même importantes, n’auront pas de graves conséquences. Plus d’informations

Avec le développement des énergies renouvelables, non seulement la sécurité de l’approvisionnement, mais aussi la protection du paysage sont en jeu. Le dernier numéro de la revue «Forum du développement territorial» nous éclaire sur ces défis. Plus d’informations

Canalalpha écrit : Le texte a occupé le Grand Conseil neuchâtelois une bonne partie de l’après-midi du 24 janvier. Le plan climat était sur les tables de l’hémicycle, ce mardi, avec une question centrale : la date de la neutralité carbone. La gauche neuchâteloise la souhaiterait à 2030. Le Conseil d’État la proposait, à l’origine, à 2050. Après de nombreuses séances de commission, un compromis a été trouvé : 2040, mais certains jugent cette date encore trop proche. Plus d’informations

Keystone écrit : Le nouveau règlement d’exploitation de l’aéroport de Genève, qui fixe notamment une limite de bruit admissible et introduit un système de quotas pour les vols retardés après 22h00, fait l’objet d’un recours auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF). Les auteurs du recours ont expliqué leur démarche. Deux éléments majeurs les poussent à amener le dossier devant les juges fédéraux. D’une part, le nouveau règlement exposerait environ 30’000 personnes vivant dans le territoire à des nuisances sonores trop élevées. D’autre part, il induit, sur le plan de l’aménagement, qu’une partie de la rive droite devient inconstructible. Plus d’informations

Le magazine de Pro Natura est consacré à la transition énergétique et se pose la question pourquoi elle se ferait en pleine nature plutôt que sur nos toits. La Suisse se décide enfin – beaucoup trop tard – à abandonner les énergies fossiles. Elle veut en faire payer inutilement le prix à la nature. En effet, un tiers de l’électricité produite en pure perte. Le gaspillage est un problème majeur, et pas seulement dans le secteur énergétique. Mais il a fallu la menace d’une pénurie d’électricité hivernale et l’envolée des prix de l’énergie l’automne dernier pour que le grand public soit invité à réfléchir à la question. Hélas, cela fait longtemps que notre société de surconsommation n’a plus l’habitude d’utiliser les ressources avec modération. Des restrictions s’avèrent soudain indispensables et c’est la levée de boucliers. Or, c’est précisément dans la gestion de cette surconsommation que réside une grande partie de la solution. Plus d’informations

Le site planifié pour fin 2025 s’étendra autour de la Maison Cailler. Un investissement de plus de 80 millions de francs. Nestlé et le groupe d’investisseurs bullois Jogne Invest SA ont présenté mercredi les contours d’un futur parc sur le chocolat, construit à l’intérieur et autour de la Maison Cailler, à Broc. Leur ambition, faire de cette institution, déjà le troisième musée le plus visité en Suisse (400’000 visiteurs annuels), une destination touristique incontournable en doublant sa fréquentation. Plus d’informations

OPINION. Le député au Grand Conseil valaisan Florian Chappot prévient : privilégier des sites invisibles aux automobilistes ou skieurs pour implanter du photovoltaïque va achever les derniers espaces vraiment naturels. Plus d’informations

Les étudiantes et étudiants en première année d’architecture de l’EPFL investissent les espaces publics genevois. Ainsi, le Musée International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’ouvre dans le Jardin des Nations. À Onex, l’avenue des Grandes Communes se transforme en un espace piétonnier animé. Des constructions éphémères à découvrir et à s’approprier tout l’été de 2022. Plus d’informations

Dans le cadre de son projet de master en architecture à l’EPFL, Olivier Lalancette propose des aménagements légers qui permettraient à l’agglomération de Brigue-Viège-Naters de mieux résister aux sécheresses et aux fortes pluies attendues d’ici 2050. Son étude vise à ouvrir le débat sur le futur de cette région. Ses propositions d’aménagements légers sont situées dans le Haut-Valais : l’une à Brigue et l’autre, sur l’ancien site industriel de Lonza. Elles visent à rendre ces territoires plus résilients et adaptés aux événements météorologiques extrêmes, tout en privilégiant les espaces de rencontres et le bien-être de ses habitantes et habitants. Durant son étude préparatoire, l’étudiant a consulté plusieurs spécialistes, dont Tony Arborino, ingénieur responsable de la troisième correction du Rhône, et les cheffes de projets de l’agglomération Brigue-Viège-Naters, afin d’inscrire ses propositions dans la réalité du contexte analysé. Plus d’informations

Estefania Mompean Botias consacre son travail de thèse à la thématique de l’architecture dans les situations d’urgence. L’architecte-urbaniste conçoit notamment un Atlas mondial de l’urgence qui regroupe des pratiques de communautés locales. L’architecte choisit de réaliser des recherches sur les processus de gestion de l’urgence. Cela prend en compte les mesures de réduction des risques avant une catastrophe, les mesures d’adaptation et tout ce qui touche à la résilience ou à la planification d’un rétablissement après l’événement. S’agissant d’un domaine transdisciplinaire, Estefania Mompean Botias est amenée à parcourir la littérature d’une grande variété de disciplines : architecture, urbanisme, sociologie, politique ou encore écologie et philosophie. Plus d’informations

Les milieux économiques et politiques et la société civile uniront leurs forces pour un meilleur aménagement des villes, des villages et des paysages. La deuxième conférence des ministres européens de la culture, qui s’est tenue du 14 au 16 janvier 2023 à Davos à l’invitation du président de la Confédération Alain Berset, a été marquée par le lancement de l’Alliance de Davos pour la culture du bâti. Celle-ci sera présidée par la Suisse pour une durée de cinq ans. Son secrétariat est assuré par le Forum économique mondial. Plus d’informations

ATS écrit : L’extension de la carrière du Mormont (VD) par le cimentier Holcim a été validée par le Tribunal fédéral (TF). La zone détruite devra toutefois être comblée, ont estimé les juges, admettant ainsi partiellement le recours de trois associations environnementales.
Dans son arrêt, le TF indique que l’intérêt public lié à la production de ciment doit l’emporter, mais qu’il ne faut pas non plus ignorer la richesse de la colline du Mormont. « Le permis d’exploiter ne peut ainsi pas être délivré en l’état », soulignent jeudi Helvetia Nostra, Pro Natura Vaud et l’Association pour la sauvegarde du Mormont, qui avaient saisi la haute cour pour s’opposer à l’extension de la carrière. Avant de délivrer ce permis, il faudra que les propositions de comblement du site soient entérinées, notamment par la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage. Plus d’informations

Les Vert-e-s genevois-es ont écrit avoir déposé le 9 janvier au Service des votations et élections leur initiative législative cantonale « Initiative piétonne : pour un canton qui marche » munie de 7’555 signatures, soit 2’000 signatures de plus que le nombre minimum requis par la Constitution genevoise !  Ce succès démontre l’engouement de la population genevoise pour la mobilité durable et piétonne en particulier. L’initiative offre une bouffée d’air aux Genevois.es car elle constitue un changement de paradigme nécessaire en matière de mobilité dans notre canton. Plus d’informations

La Suisse réalise des progrès notables dans de nombreux domaines environnementaux. Mais l’environnement subit toujours de fortes pressions. Les changements climatiques, le déclin de la biodiversité et la surexploitation des ressources naturelles sont parmi les défis les plus importants à relever. Une gestion plus durable de la mobilité, du logement et de l’alimentation offre des opportunités à l’économie, à la science et à la société. Plus d’informations

Citrap écrit : Dans le cadre de la perspective Rail 2050, le Conseil fédéral est chargé de se concentrer avant tout sur la réalisation et l’achèvement de la « Croix fédérale de la mobilité ». Il doit accorder une attention toute particulière à une vision d’ensemble, afin de planifier et de réaliser tous les tronçons manquants des transports de longue distance de frontière à frontière, sur l’ensemble du territoire suisse, aussi bien du nord au sud que d’est en ouest. L’achèvement rapide de la « Croix fédérale de la mobilité » doit être mis en perspective avec le réseau international de transport de voyageurs et avec la politique de transfert.» La motion 22.4258 a été ado5tée par le Conseil national le 12 décembre à une large majorité de 126 voix contre 47. C’est un premier pas vers la réalisation de Croix fédérale de la mobilité, projet porté par l’association SwissRailvolution dès sa création en décembre 2021. Le dernier mot appartient au Conseil des Etats qui se prononcera au début de 2023.
Le Conseil national a également adopté, dans la même séance, la motion 22.4257, déjà approuvée par le Conseil fédéral (16 novembre 2022) : cette motion soutient l’aménagement des tronçons Lausanne–Berne et Winterthour–Saint-Gall pour réduire sensiblement le temps de parcours. Cette motion sera également examinée par le Conseil des Etats en 2023. Plus d’informations

20 minutes écrit : Crise énergétique, pénurie de ressources, inflation. Face à ces phénomènes qui minent le secteur de la construction, la question du réemploi de matériaux est plus que jamais d’actualité. Alors que cette pratique est sur toutes les lèvres depuis quelques années, surtout pour des questions écologiques, «ce n’est que maintenant, avec les problèmes d’importation et de délais d’attente, qu’il y a une réelle prise de conscience de la valeur du bâti», constate François Guisan, directeur d’Osmia, spécialiste dans l’immobilier durable. Mais selon la codirectrice de Matériuum « le réemploi ne s’improvise pas. On ne peut pas l’intégrer à un projet en cours de route. Cela doit être planifié dès le début. » Et même si cela était possible, tous les spécialistes s’accordent à dire que la Suisse n’est pas prête à appliquer cette démarche à large échelle. Déconstruire, transporter, stocker, reconditionner : « Tout ce processus reste à créer », résume François Guisan. Plus d’informations

Heidi-news écrit : Vous l’aurez compris tout au long de notre exploration: les glaciers déclinent inéluctablement, en Suisse comme ailleurs, en Arctique ou dans l’Himalaya. Mais dans le monde scientifique aussi, on rencontre des têtes brûlées. Comme dans les Grisons, où on s’emploie à faire « repousser » le glacier déclinant, en expérimentant avec les low tech. Plus d’informations

Arcinfo écrit : La population suisse devrait bien se prononcer sur le contre-projet du Parlement à l’initiative sur les glaciers. L’UDC a annoncé lundi avoir réuni plus de 80’000 signatures contre ce texte qui prévoit d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.
Le contre-projet indirect du Parlement à l’initiative sur les glaciers, jugée trop extrême par une majorité du Parlement et retirée depuis, prévoit le remplacement des chauffages polluants, l’assainissement énergétique des bâtiments, et une offensive sur le solaire qui facilitera la construction de grands parcs solaires alpins. Plus d’informations

Le Conseil fédéral a approuvé le projet général de renforcement des capacités autoroutières entre Lugano et Mendrisio, dit PoLuMe. Ce dernier prévoit la réaffectation de la bande d’arrêt d’urgence aux heures de pointe pour désengorger le trafic. Les investissements nécessaires se montent à quelque 1,7 milliard de francs au total. Le projet s’inscrit dans le programme de développement stratégique (PRODES) des routes nationales. Plus d’informations

Lors de sa conférence de presse du Nouvel An sur l’exploitation agricole de la famille Balsiger à Gerzensee, l’Union suisse des paysans a appelé le Parlement à voir la révision de la loi sur l’aménagement du territoire comme une opportunité de fixer un cadre juridique dans lequel l’agriculture peut être innovante et entrepreneuriale. En effet, il s’agit d’une opportunité dont tout le monde saurait profiter : les animaux disposeraient d’étables plus grandes, avec plus de lumière, d’aération et d’espace pour bouger, les familles paysannes pourraient travailler plus efficacement et toucheraient de meilleurs revenus et la population pourrait acquérir des denrées alimentaires locales à prix abordables. C’est pourquoi il convient de rejeter l’initiative paysage et d’y opposer un contre-projet indirect plus judicieux. Plus d’informations

Patrimoine Suisse écrit : La ville de Lichtensteig (SG) reçoit le Prix Wakker en 2023. Durant des siècles, Lichtensteig a été un centre urbain cossu au cœur du Toggenburg rural. Le commerce régional s’y est développé et l’on y produisait pour le marché national et international.
Dès les années 1970, l’économie locale a connu un tournant critique : des centaines de postes de travail ont disparu dans l’industrie, le commerce et les services. Jusqu’à récemment, la population a été en constant recul. Résultat : des échoppes vides au centre-ville et des friches industrielles sous-utilisées en périphérie.  Alliant audace et innovation, la cité du Toggenburg fait désormais revivre ces lieux. La ville soutient les initiatives qui font renaître les surfaces commerciales au centre et qui explorent de nouvelles voies afin de trouver des affectations adaptées pour les grands espaces et les zones industrielles. Plus d’informations

20 minutes écrit : Le Tessin a affiché de loin la plus forte progression devant le Grand Zurich et la région lémanique, selon le Swiss Marketplace Group. Plus d’informations

Alimentation, mobilité, habitat : à eux seuls, ces secteurs représentent 64 % de notre impact environnemental. Ils offrent des leviers puissants pour développer une économie plus durable. Ce dossier explore des solutions qui ont fait leurs preuves et présente une trentaine d’initiatives prometteuses qui se développent en Suisse et ailleurs. Plus d’Informations

Msn écrit : Le Conseil d’Etat valaisan sollicite un crédit d’engagement de 39 millions dans le cadre de la troisième correction du Rhone. Ce montant doit permettre de financer la première étape des travaux de sécurisation dans le cadre de la mesure prioritaire Vernayaz-Evionnaz.
Dans le détail, ces 39 millions sont destinés à l’établissement du dossier de mise à l’enquête publique, à l’acquisition de terrains, ainsi qu’à la réalisation anticipée de mesures agricoles ou de travaux préliminaires, indique lundi le gouvernement valaisan dans un communiqué.
Le crédit d’engagement correspond au quart du coût total de la mesure prioritaire, estimée à 155 millions de francs. La part nette du canton s’élèvera à 12,6 millions de francs. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et l’Office fédéral des routes (OFROU) ainsi que les communes contribueront à hauteur de 25.6 millions de francs.
La mesure prioritaire s’étend sur plus de cinq kilomètres, jusqu’à Lavey (VD). Elle vise à sécuriser 486 hectares menacés en cas de crue du Rhône. Sur cette surface, 260 hectares se situent en zone de danger élevé, dont 59 hectares de zones à bâtir. Plus d’Informations

En Suisse, la démolition de constructions produit plus de 500 kilos de déchets chaque seconde. Le secteur de la construction est donc responsable de 84 pour cent des déchets en Suisse. L’exposition doit inciter à la réflexion.
La dernière exposition du Musée suisse de l’architecture s’est posé les questions suivantes : Quels bâtiments sont détruits et combien de ressources sont ainsi perdues ? Quelle est la motivation des propriétaires ? Quel est le rôle des lois et des normes ? Et que cela signifie-il pour notre environnement et notre avenir ? C’est sur ces questions que se penche l’association «Countdown 2030», une association pour une culture du bâtiment durable. Elle organise à l’automne 2022 l’exposition « La Suisse: une démolition » au S AM Schweizerisches Architekturmuseum. Plus d’Informations

Le 12 décembre 2012, le canton de Vaud publie une vidéo d’une trentaine de minutes sur la place de la Riponne au centre de Lausanne avec les chapitres suivants : intro, le positif, l’addiction, autres problèmes, rap de Las-Nik à côté de la Grenette, la Grenette, projet pour rendre la place plus verte, la police, vos solutions, outro. Plus d’Informations

Cipra écrit : Canons à neige, remontées mécaniques, pistes, retenues collinaires : le ski consomme de l’espace, des ressources et de l’énergie. Comment les domaines skiables réagissent-ils à l’explosion des coûts énergétiques ?
Après la crise, c’est encore la crise : la pandémie de coronavirus a mis les remontées mécaniques à l’arrêt dans de nombreuses régions alpines, et la crise énergétique aggrave encore la situation. L’association nationale des remontées mécaniques italiennes a tiré la sonnette d’alarme il y a déjà plusieurs mois. Elle a notamment souligné que la hausse des prix de l’énergie mettait surtout en péril les petits domaines skiables, et réclamé des aides de l’État. L’augmentation des coûts freine le boom de la construction dans les Alpes. Pour la première fois depuis 20 ans, les États-Unis dépassent l’Autriche en matière d’investissements dans les domaines skiables. Les stations autrichiennes envisagent désormais de produire plus d’électricité elles-mêmes, par exemple en installant des éoliennes, ou encore en transformant en centrales de pompage-turbinage les retenues collinaires destinées à la production de neige artificielle. Le développement durable implique aussi de démanteler les domaines skiables là où leur exploitation n’a plus de sens, comme cela a été le cas récemment dans le village français de Saint-Firmin, dans les Hautes-Alpes. Fin octobre 2022, le petit téléski de la commune a été démonté après être resté à l’abandon pendant des années en raison du manque de neige. Plus d’Informations

The Fondazione Teatro dell’architettura is pleased to announce that Xu Tiantian – DnA Design and Architecture (China) is the winner of the eighth Swiss Architectural Award (2021-2022).

  • Xu Tiantian, founder of DnA Design and Architecture (China) wins the eighth edition of the Swiss Architectural Award, with 26 candidates from 14 countries.
  • The eighth edition of the Swiss Architectural Award, promoted by Fondazione Teatro dell’architettura with the organisational and operative support of Università della Svizzera italiana – Academy of Architecture, confirms the collaboration between the three Swiss Schools of Architecture (Università della Svizzera italiana – Academy of Architecture; Swiss Federal Institute of Technology Lausanne – ENAC, Section d’Architecture, Federal Institute of Technology Zurich – Departement Architektur), represented in the jury by their deans/directors.

The Swiss Architectural Award is one of the most prestigious and endowed architectural awards, by virtue of an advisory committee consisting of internationally renowned architects and critics. Plus d’Informations

CIPRA écrit : Les montagnes sont de plus en plus fréquentées, par des personnes qui restent de moins en moins longtemps. Ce qui provoque des problèmes de trafic et d’environnement. Plusieurs territoires pilotes en Italie, en Autriche, en Slovénie et en Allemagne veulent changer la donne. Dans le cadre du projet speciAlps2, qui s’achève cette année, ils ont pris de premières mesures pour maîtriser la fréquentation touristique. Plus d’Informations

Blick écrit : Dans le canton du Valais, la loi sur l’aménagement du territoire fait de grands perdants. Des entrepreneurs, à l’instar du carrossier Robert Cicognini, risquent de perdre des millions de francs. Plus d’Informations

L’ASLOCA écrit : En Suisse, les bailleurs et bailleresses profitent de rendements locatifs trop élevés qui ne sont peu ou pas du tout contrôlés. Des milliards de francs sont ainsi soustraits chaque année aux locataires. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) déplore la décision du Conseil national qui a rejeté une intervention pour un contrôle efficace des loyers. En Suisse, les locataires sont soumis à une forte pression financière, et pas seulement en raison de l’explosion actuelle des frais de chauffage. Dans une enquête mandatée par l’Office fédéral du logement (Sotomo, 2020), 91 % des personnes interrogées considère que les prix des loyers en Suisse sont trop élevés. Une étude récente (BASS, 2022) confirme ce qu’avait démontré une étude antérieure de la Banque Raiffeisen : il existe un écart important sur le marché locatif. Alors que les loyers auraient dû baisser au cours des 15 dernières années en raison de l’évolution des principaux facteurs de coûts, les locataires ont payé au total 78 milliards de francs de trop durant cette période.
Le droit du bail permet aux bailleurs et bailleresses d’obtenir un rendement limité : actuellement, le rendement net autorisé est de 3,25 %. Mais, en réalité, les rendements sont souvent bien plus élevés que ce qui est autorisé. Il s’agit d’une pratique abusive, mais qui n’est peu ou pas contrôlée. Mehr Info

Le premier rapport rendant compte de la durabilité de l’administration fédérale montre une augmentation de son efficacité énergétique et une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. Une amélioration reste possible en matière de consommation de papier et de voyages en avion. Le Conseil fédéral a adopté ce rapport sur les résultats de 2021 lors de sa séance du 16 décembre 2022. Mehr Info

Les sites des futurs ateliers de maintenance des trains prévus à Oberburg, Bätterkinden et Yverdon/Aigle sont désormais intégrés dans le plan sectoriel des transports de la Confédération, partie Infrastructure Rail. Le Conseil fédéral a approuvé lors de sa séance du 9 décembre 2022 l’actualisation en ce sens de cet instrument de planification et de coordination. Mehr Info

En Suisse, la surface des zones à bâtir est restée presque stable au cours des cinq dernières années. La population ayant augmenté en parallèle, la surface utilisée par habitant au quotidien a diminuée. C’est la conclusion à laquelle parvient la nouvelle statistique des zones à bâtir de l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Mehr Info

mlemedia.ch écrit : Alors que la COP15 sur la biodiversité s’active à Montréal, un expert se montre critique sur la politique suisse en la matière. Il accuse Berne de soutenir la destruction de la biodiversité et dénonce un blocage au Parlement. Avec 162 subventions différentes et plusieurs dizaines de milliards de francs, la Suisse soutient toujours la destruction de la biodiversité, affirme Thomas Wirth, chef de projet Biodiversité au WWF Suisse dans l’édition de mercredi du quotidien La Liberté. Et les moyens pour changer cet état de fait sont à ses yeux trop faibles. « En politique nationale, les idées dominantes visent à affaiblir encore plus la protection déjà insuffisante », résume-t-il. Or un tiers des espèces est menacé en Suisse. La faute à un manque de mesures comme la protection de zones spécifiques et à une agriculture intensive, qui émet des quantités d’azotes et de pesticides trop élevées, assure Thomas Wirth. Alors que les dépôts d’azote dans les écosystèmes sont parmi les plus élevés au monde, le Parlement empêche toute tentative d’agir dans ce domaine, argumente-t-il. A ses yeux, Berne a, sous la pression de certains groupes comme l’Union suisse des paysans, adopté une politique internationale privilégiant une exploitation sans entraves au détriment de la protection de la biodiversité. Mehr Info

msn écrit : Payer pour rouler en ville, sauf pour se rendre directement dans un parking collectif, c’est une idée qui fait son chemin. La Confédération a retenu hier une tarification de la mobilité planifiée par les autorités biennoises. L’intégration de ce péage urbain dans un projet pilote n’est pasne utopie, mais elle passe par une étude de faisabilité pour une mise en œuvre d’ici quatre à sept ans. Le coût et le bénéfice d’un péage urbain doivent être analysés, tout comme son efficacité, avec pour objectif de réduire la masse de trafic motorisé dans la cité en poussant les conducteurs sur les axes de contournement. «Les gens qui traversent simplement le centre-ville pour aller ailleurs devront payer», a martelé le maire Erich Fehr. Déposé ce printemps, le projet prévoit la perception d’une redevance sur le trafic individuel motorisé de manière à investir le gain dans des mesures favorables aux déplacements écoresponsables. La taxe est censée fluidifier et de soulager le trafic en zone urbaine. Il est prévu de varier le tarif selon les heures. Mehr Info

Léman Bleu écrit : ll y aura peut-être bientôt un péage urbain à Genève. L’idée revient sur la table. La Confédération a retenu le projet du canton pour tester la taxation des voitures à l’entrée et à la sortie du centre-ville. Une étude de faisabilité sera rendue dans un an. Payer 2,50 CHF aux heures de pointes, 1 franc en heure creuse pour pénétrer dans le centre-ville. Une réalité peut-être bientôt pour les voitures de tourisme et de livraison. Objectif, réduire la congestion routière et diminuer la pollution. Selon une étude commandée par le Grand-Conseil en 2019, cela pourrait réduire de 75% le trafic au centre-ville et rapporter 130 millions de francs par an. Mehr Info

Blick écrit : Des centres de recherche petits mais efficaces attirent des scientifiques internationaux et des entreprises innovantes au Tessin. Dans le sud du canton, des techniques révolutionnaires y sont développées et un Swiss Innovation Park est en train de voir le jour. Mehr Info

20 minutes écrit : L’Office fédéral des transports (OFT) a approuvé, lundi, la première étape du développement du métro lausannois, visant à construire un nouveau tracé de la ligne m2 (Ouchy – Epalinges) entre les stations Grancy et Lausanne-Flon, ainsi qu’à réaliser une nouvelle ligne m3 entre Lausanne-gare et Lausanne-Flon. Une deuxième étape de développement suivra quant à la construction du nouveau m3 entre le Flon et la Blécherette, au nord de Lausanne. La Confédération soutient les projets de développement du m2/m3 à hauteur de quelque 161 millions de francs, dans le cadre de son programme en faveur du trafic d’agglomération. Dans le même temps, la Confédération a donné son feu vert aux modifications de la section ouest de la ligne du futur tram, qui reliera Lausanne à Renens. Mehr Info

L’Union des villes suisses se mobilise en faveur de la généralisation de la limitation à 30 km/h dans les agglomérations. Cette vitesse « doit devenir la norme » afin de réduire le bruit et autres nuisances, exige-t-elle dans une prise de position. Mehr Info

Les propriétaires de chalets peuvent s’estimer heureux. Les prix n’ont connu qu’une seule direction ces dernières années : vers le haut. L’exemple de Verbier montre comment certains ont pu tirer un profit supérieur à la moyenne malgré la Lex Weber. Mehr Info

De jeunes adultes ont, dans l’incubateur Next Generation, développé et testé pendant trois mois des projets ou des modèles commerciaux innovants pour leur région. Dans ce contexte, ils ont été soutenus par des coachs en innovation de l’équipe regiosuisse ainsi que par des managers régionaux. Les équipes ont travaillé sur leurs idées de projets pendant l’incubateur et ont réalisé les premiers tests de marché :

  • FahrApp: une application destinée à améliorer la mobilité dans l’Oberland bernois.
  • Regiochörbli: un panier contenant des produits régionaux et saisonniers ainsi qu’un livret avec des conseils sur la région, qui doit permettre aux touristes de visiter d’autres endroits que les sites touristiques traditionnellement les plus courus.

Le troisième projet vise à visibiliser la commercialisation directe de produits locaux en intégrant des offres régionales dans des applications ou des cartes existantes. Mehr Info

Choisir le meilleur emplacement pour ouvrir son magasin devient plus facile avec l’Observatoire du commerce : ce nouvel outil cartographie tous les commerces genevois existants. Il facilitera la prise de décision grâce à la mise à disposition d’informations pertinentes et régulièrement actualisées. Il a été développé conjointement par le département de l’économie et de l’emploi (DEE), le département du territoire (DT) ainsi que des faîtières du commerce genevois. Mehr Info

Bluewin écrit : Le Conseil communal de Lausanne a validé le principe de la généralisation du 30 km/h en ville, de jour comme de nuit. Mais la mesure sera appliquée de manière échelonnée, en commençant par les quartiers. Le principe du 30 km/h est désormais inscrit dans le Plan directeur communal (PDCom), tout comme l’interdiction des voitures thermiques. Mais la ville n’a pas la compétence pour imposer partout ces deux mesures, car certains aspects relèvent du droit cantonal, voire fédéral en ce qui concerne les véhicules thermiques. Pour résumer, la ville comprend grosso modo 200 kilomètres de routes et de rues, dont plus de la moitié se situent dans les quartiers d’habitations. Les autres axes sont des routes de desserte plus ou moins importantes, ainsi que les pénétrantes. Ces artères sont parfois de compétence cantonale, parfois de compétence communale. Mehr Info

Le Courrier écrit : Dans son nouveau Plan directeur communal en cours d’élaboration, la Ville de Genève a décidé de prendre à bras le corps la question de la « ville productive ». A savoir l’idée qu’il est nécessaire de reconsidérer la place accordée dans nos villes aux activités manufacturières, artisanales et industrielles. On part pourtant de loin puisque, à l’échelle du canton, la part du secteur secondaire en termes d’emploi est passée de 45% en 1920 à 14% en 2020 (6% en Ville de Genève). Dans les années 1960, comme le rappelle le spécialiste du patrimoine industriel Benedict Frommel, on produisait encore, jusqu’au cœur de la ville, des chaussures, du tabac, de l’électrotechnique, de l’ameublement, etc. Des biens manufacturés que l’on importe aujourd’hui des quatre coins du monde. Une question émerge alors : est-il possible désormais de reconstituer, comme pour les produits agricoles, des circuits courts d’approvisionnement manufacturier ? Mehr Info

20 minutes écrit : Le Législatif lausannois souhaite que le terminus du métro m2 aille jusqu’au Chalet-à-Gobet et que celui du futur m3 atteigne un quartier à cheval entre Lausanne et Le Mont. Mehr Info

Les conditions pour l’agrandissement, transformation ou la reconstruction des bâtiments érigés selon l’ancien droit seront plus flexibles. La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national met en consultation l’avant-projet de modification de la loi sur les résidences secondaires allant dans ce sens. Dans les communes dont la proportion de résidences secondaires est supérieure à 20 %, les bâtiments érigés selon l’ancien droit ne peuvent actuellement être rénovés que de manière limitée si leur mode d’habitation doit rester libre. Avec son avant-projet, la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national (CEATE-N) souhaite assouplir la loi fédérale sur les résidences secondaires. Les propriétaires des habitations déjà construites ou autorisées avant l’adoption de la loi sur les résidences secondaires en 2012 devraient bénéficier de nouvelles options lors de l’agrandissement de la surface utile principale et de la division en plusieurs logements. Mehr Info

En Suisse, la surface des zones à bâtir est restée presque stable au cours des cinq dernières années. La population ayant augmenté en parallèle, la surface utilisée par habitant au quotidien a diminuée. C’est la conclusion à laquelle parvient la nouvelle statistique des zones à bâtir de l’Office fédéral du développement territorial (ARE.) Mehr Info

Des crédits de plus de 61 millons de francs ont été votés vendredi par le Grand Conseil genevois afin de réaliser la première étape de la renaturation de la Drize et l’Aire, dans le quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV). Ces investissements permettront de mettre 450 mètres de rivière à ciel ouvert. Le projet de loi a été accepté à la quasi-unanimité, soit par 79 voix, contre un non et une abstention. Selon Antonio Hodgers, chef du Département du territoire, la Drize sera « la colonne vertébrale de ce nouveau quartier qui préfigure d’un urbanisme nouveau ». Cette première étape devrait être terminée en 2025. Le projet final prévoit 2,5 kilomètres de rivières à ciel ouvert au centre-ville. « Les enjeux de remettre à jour des cours d’eau de l’Aire et de la Drize ont été rapidement compris par les députés », a relevé le député PDC Olivier Cerutti, rapporteur de commission. « Le développement d’un nouveau secteur de la ville ne peut ignorer les changements climatiques », a-t-il ajouté. Mehr Info

Bluewin écrit : A Genève, le plan du canton pour lutter contre le bruit routier, qui généralise la limite de vitesse à 30 km/h sur près de 300 axes, est attaqué sur plusieurs fronts. Le PLR, le MCG et l’UDC ont déposé des recours, suspendant l’entrée en vigueur de cette stratégie. Mehr Info

Wuest Partner écrit : De nombreuses études scientifiques prouvent que la valeur de l’espace public est grande pour la société et l’écologie. Il contribue de manière déterminante à la qualité de vie dans les villes et reflète l’identité urbaine. Dans leur forme la plus simple, les espaces publics sont des lieux librement accessibles à tous, qui peuvent être utilisés collectivement sans obligation de consommation et dans lesquels se déroule la vie publique. L’étude empirique mentionnée ci-dessous s’intéresse à la plus-value économique de l’espace public. Les locataires sont-ils prêts à payer des loyers plus élevés pour des logements situés à proximité d’espaces publics attrayants? Une meilleure compréhension des mécanismes liés à la plus-value économique des espaces publics permet de mieux cibler les investissements dans ce domaine et de favoriser le développement de ces espaces. Mehr Info

20 minutes écrit : Le complexe prévu à Saint-Genis-Pouilly, qui cristallise de nombreuses critiques, a essuyé un revers devant la justice française. Le voilà en sursis. L’immense centre commercial Open, prévu à Saint-Genis-Pouilly, dans le Pays de Gex (F), a du plomb dans l’aile. Alors qu’il dispose d’un permis de construire depuis 2017, le projet est aujourd’hui à l’arrêt. Ainsi que le rapporte la «Tribune de Genève», le Conseil d’Etat français, la plus haute juridiction de l’Hexagone, a annulé en juin dernier deux décisions de la Cour administrative lyonnaise qui donnait son feu vert aux promoteurs. Il a estimé que ces arrêts étaient insuffisamment motivés. Rien ne sortira donc de terre avant au moins douze à dix-huit mois, le temps de mener à bien de nouvelles procédures judiciaires. Pour rappel, Open essuie de très nombreuses critiques: non seulement celles de la société détenant tout proche le centre commercial de Val Thoiry, mais aussi celles du Conseil d’Etat genevois, qui craint que le tourisme d’achat aggrave l’engorgement routier, et celles des écologistes suisses et français, qui redoutent un impact sur la nappe phréatique de l’Allondon. Mehr Info

Le Journal de l’immobilier écrit : Voies vertes, canopées, écoquartiers ou encore renaturation des rivières… Sur le front pour combattre le réchauffement climatique, les communes helvétiques s’activent et multiplient les mesures concrètes. Autrefois jugé barbare, le concept d’aménagement du territoire captive aujourd’hui les foules. Notamment pour sa dimension durable. Et pour cause, les chiffres annoncés par les autorités (+7°C en Suisse d’ici 2100), les crises successives, mais aussi les récentes intempéries (crues, sécheresses, manque de neige), nous rappellent sans cesse l’urgence d’agir. Afin de répondre à ces enjeux climatiques et aux angoisses grandissantes de la population, les approches urbanistiques se veulent toutes plus variées qu’innovantes. Certaines allant jusqu’à rémunérer les habitants pour les inciter à planter des arbres chez eux… C’est ainsi que nos quartiers mutent peu à peu et changent de visage. Les chantiers s’emparent de chaque coin de rue, les communications se verdissent et le mot durable surgit à chaque nouveau projet. Mehr Info

20minutes écrit : Alors que le PLR lance une initiative « Pour un centre-ville apaisé et accessible à tous», la Ville propose des abonnements avantageux pour les parkings-relais. Le même mercredi où le PLR lausannois annonce officiellement le lancement de son initiative « Pour un centre-ville apaisé et accessible à tous », la Ville annonce de son côté la mise en place d’une « offre de stationnement attrayante » pour les Lausannois. En bref, le texte du PLR propose la création d’un hypercentre piéton, autour de la rue Centrale, avec aménagements pour cyclistes. Entourant celui-ci, une « petite ceinture » ouverte à la circulation permettrait d’accéder à différents axes conçus pour entrer et sortir de la ville rapidement. La vitesse maximale ne pourrait y être abaissée à 30 km/h, contrairement aux quartiers résidentiels. Il y a quelques jours, la municipale Florence Germond a annoncé à la RTS que son intention est de limiter la vitesse en ville à 30 km/h de jour comme de nuit. La Ville a quant à elle revu à la baisse les tarifs des parkings-relais (P+R) le samedi pour « faciliter l’accessibilité au centre-ville et soutenir le commerce local ». Mehr Info

Le Conseil d’Etat écrit : développement du réseau ferroviaire local et régional est une priorité politique du Conseil d’Etat. Il est indispensable pour atteindre les objectifs du plan climat cantonal, au moyen d’un report massif du transport individuel motorisé sur les transports publics et les mobilités douces. Après le succès avéré du Léman Express, il convient d’ores et déjà de préparer l’avenir et, en particulier, de compléter ce réseau par une liaison diamétrale qui permettra de desservir des zones denses en habitats et en emplois dans le canton de Genève. Mehr Info

Le Conseil d’Etat écrit : Il est aujourd’hui indispensable d’accélérer la transition écologique et de renforcer très significativement les programmes d’assainissement énergétique du parc immobilier de l’Etat de Genève. A cette fin, le Conseil d’Etat a adopté à l’intention du Grand Conseil un projet de loi ouvrant un crédit d’un montant total d’un milliard de francs, qui permettra de financer jusqu’en 2036 un ambitieux programme d’optimisation et de rénovation énergétique et écologique. Mehr Info

Lfm écrit : La Confédération manque d’ambition pour le rail. C’est l’avis exprimé par le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne, dans le cadre de la consultation fédérale sur l’avancement des programmes d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire et la perspective Rail 2050. Le nœud du problème : l’axe stratégique Genève-Fribourg- Lausanne-Berne. Canton et capitale demandent la mise en place de mesures urgentes pour réduire le temps de parcours. Parmi les mesures proposées : un nouveau tronçon en tunnel à double voie entre Morges et Perroy, 1ère étape d’une nouvelle ligne Lausanne-Genève. Ceci en lieu et place d’une troisième voie entre Morges et Allaman. Mehr Info

msn écrit : Le Tribunal fédéral a admis le recours du comité de l’initiative cantonale « Pour un urbanisme plus démocratique à Genève ». Le Conseil d’Etat genevois avait supprimé une disposition prévoyant une votation sur les plans localisés de quartier. La cour a rendu sa décision par trois voix contre deux. La majorité a constaté que l’institution d’un référendum communal afin de départager plusieurs plans localisés de quartier (PLQ) n’était prévue ni par la Constitution fédérale, ni par celle du canton de Genève. Pour autant, cette extension des droits politiques n’est pas interdite. Comme elle sera soumise au vote populaire en même temps que le reste de l’initiative, les juges ont considéré qu’elle jouirait d’une légitimité suffisante en cas d’acceptation. Mehr Info

Une étude de la Raiffeisen estime que la hausse des loyers se situera vers 10% d’ici 2024. Cette situation est due à la rareté des objets à louer (en particulier dans les agglomérations), l’inflation et la hausse des taux d’intérêt. S’y ajoute (Citation) l’envolée des coûts de la construction qui a mis à mal les incitations restantes pour la future production de logements. En même temps, le manque de main d’œuvre qualifiée et la guerre en Ukraine attisent l’immigration. La Suisse découvre à présent les limites de la croissance, car notre modèle économique basé sur l’immigration a son prix: la prolifération urbaine et une densification extensive. Qui veut une croissance dynamique doit également créer les conditions pour une urbanisation fonctionnelle, que ce soit vers l’intérieur ou vers l’extérieur. Il est grand temps de lancer le débat public sur la future offre de logements pour espérer redresser la barre. Mehr Info

Le Conseil fédéral a adopté le message relatif au crédit d’engagement pour l’élimination des munitions se trouvant encore dans l’ancien dépôt de Mitholz. Il demande donc au Parlement d’approuver la somme de 2,59 milliards de francs suisses prévue pour mener à bien ce projet. L’objectif du Conseil fédéral est de créer les conditions de base nécessaires afin que la population du village de Mitholz puisse entrevoir un avenir à la fois sûr et prospère. Mehr Info

CIPRA International écrit : Plus des deux tiers de la population alpine vit dans des villes. Celles-ci jouent un rôle central pour le développement durable : la prospérité économique et l’innovation, la qualité de vie, la mise en place de structures de mobilité efficientes, l’action climatique et la protection de l’environnement dépendent dans une large mesure des villes. Grâce à leurs liens avec la campagne environnante, elles peuvent agir sur des territoires plus vastes et impulser des changements. Le neuvième Rapport sur l’état des Alpes (RSA9) se penche sur ce rôle des villes, et sur la manière dont elles influencent le développement des Alpes : sources de défis tels que l’urbanisation, la consommation de ressources et les flux de personnes et de biens, elles jouent aussi un rôle essentiel dans l’identification de solutions durables pour l’avenir. Mehr Info

L’« Alliance du Simplon », un plan d’action signé par les ministres des transports et de l’environnement des pays alpins[1], a été lancée le 27 octobre 2022 à Brigue (Suisse). Les défis ne manquent pas : avec 30 % des émissions, le secteur des transports est l’un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre de l’arc alpin, comme le rappelle le texte dans son introduction. Le document signé à Brigue a pour objectif de « rendre la mobilité neutre pour le climat et résiliente au changement climatique d’ici à 2050 ». Le vaste éventail de mesures, qui couvre les domaines du transport de marchandises, du transport de personnes et de la mobilité de loisirs et affirme la volonté de poursuivre le modèle « éviter – déplacer – améliorer », témoigne de la complexité des enjeux. Le trafic de marchandises transalpin est au cœur des objectifs de transfert modal. Le plan d’action souligne notamment la nécessité d’éviter les trajets de camions à vide. Présent à l’origine dans le texte, le principe de la gestion conjointe des capacités dans les corridors de transit alpins a été affaibli et remplacé par une « coordination conjointe ». Pour libérer les autoroutes des grandes vallées alpines de l’énorme pression engendrée par les flux pendulaires, le plan prévoit la mise en place de billets flexibles et transfrontaliers pour les transports publics, valables dans toutes les Alpes. Dans le cadre du projet « AlpTick », le Conseil des jeunes de la CIPRA s’engage depuis six ans pour la mise en place d’un tel billet transalpin. Des mesures d’encouragement prévoient entre autres une meilleure desserte des destinations touristiques par les transports publics, la facilitation et la promotion des voyages neutres pour le climat, notamment par le biais d’offres touristiques tout-en-un, ainsi que le renforcement des infrastructures pour les cyclistes et les piétons avec le soutien de plans directeurs régionaux et de programmes d’investissement. Mehr Info

Géothermie écrit : La Suisse doit atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Pour réduire les émissions de CO2, toutes les mesures possibles doivent être exploitées. Parmi elles, l’utilisation de la chaleur et des rejets thermiques produits toute l’année, par exemple par les usines d’incinération des ordures ménagères, les processus industriels, les datacenters ou les installations géothermiques. Cette chaleur s’évapore en été sans être utilisée, car le stockage intermédiaire pour les mois d’hiver est fortement limité par la réglementation actuelle sur la protection des eaux, tant dans les nappes phréatiques que dans le sous-sol. Pourtant, un stockage saisonnier de la chaleur contribuerait considérablement à la réduction des émissions de CO2 et permettrait de réduire les besoins supplémentaires en électricité en hiver de jusqu’à 3 térawattheures (TWh), soit jusqu’à 30%. Mehr Info

Allnews écrit : Le Collectif des associations d’habitantEs et de quartiers (CAHQ) a décidé de lancer un référendum contre le plan localisé de quartier (PLQ) Acacias 1, adopté le 4 octobre par le Conseil municipal de la Ville de Genève. La récolte des signatures commencera jeudi. « Encore un quartier trop dense », relève le comité de soutien au référendum dans un communiqué publié mercredi, tout en dénonçant un « urbanisme au profit des promoteurs ». Le PLQ Acacias 1, situé dans le vaste périmètre d’urbanisation de Praille-Acacias-Vernets (PAV), manque par ailleurs de logements et comprend trop de locaux commerciaux chers, estime-t-il. Cinq grandes tours sont destinées aux hauts revenus, avec vue, soleil, calme ; les autres logements sont dans des cours fermées, sombres et bruyantes, devenant des îlots de chaleur en été, indique le collectif. L’école et son préau sont trop petits et aucun parc n’est prévu, dénoncent les référendaires. Mehr Info

Le thinktank Avenir Suisse écrit : Au cours des dix dernières années, la Suisse a réussi à densifier de manière significative ses zones urbaines. Une évaluation par canton révèle toutefois de grandes disparités. Ce sont les trois cantons urbains de Zurich, Genève et Bâle-Ville qui ont réalisé la plus forte densification… Les cantons de Genève et de Zurich, dont la densité d’habitation hypothétique pour les nouveaux sites s’élève à près de 20’000 utilisateurs de surface par km2, ont réussi une densification. Le canton de Zoug, en plein essor, suit à bonne distance, avec une augmentation de 16 % des utilisateurs de surfaces entre 2007 et 2016, contre une croissance des surfaces affectées à l’urbanisation de seulement 6,9 %. Mehr Info

L’ASLOCA écrit : Le projet de résiliation facilitée pour cause de besoin propre de la partie bailleresse (18.475) amènerait à un affaiblissement massif des droits des locataires. Le lobby immobilier poursuit ainsi avant tout un objectif : permettre aux bailleurs et bailleresses de résilier les baux plus facilement et plus rapidement – afin d’augmenter ensuite les loyers.  Le Conseil fédéral a également recommandé de ne pas entrer en matière sur la réglementation plus restrictive de la sous-location (15.455). Ce projet introduirait une série de motifs unilatéraux et arbitraires pour refuser une sous-location. Les bailleurs et bailleresses pourraient même résilier, pour de simples formalités, le contrat de bail de la personne qui sous-loue son logement. L’ASLOCA s’opposera à toute détérioration de la protection des locataires en Suisse, si nécessaire en lançant un ou plusieurs référendums. Plus d’infos

Notre cadre de vie influence notre santé psychique et physique. Dans sa dernière édition, le magazine « Forum du développement territorial » soulève la question de l’aménagement des villes et des villages qui est nécessaire pour que nous nous sentions bien et en bonne santé. Plus d’infos

Le périodique Collage de la FSU est consacré à la thématique des infrastructures de transport. La fonction de mobilité est largement hébergée sur le domaine public (en particulier dans l’urbain), lequel constitue le terrain d’action privilégié en vue de donner des réponses rapides pour accompagner la transition. Le numéro traite du développement du RER neuchâtelois, du transport de marchandises au cœur de la planification, des corridors ferroviaires, de la ligne sud Léman, des projets de routes nationales et de la NFLA. Plus d’infos

L’aménagement de l’infrastructure ferroviaire met la Suisse face à d’importants défis, notamment compte tenu de la stratégie climatique de la Confédération à l’horizon 2050. Selon les estimations du canton, il ne sera possible de proposer une offre équilibrée pour 2035 qu’en ajoutant des éléments d’infrastructure au niveau du nœud ferroviaire de Berne, sur la ligne Berne-Lausanne et sur la ligne Bienne-Lausanne. Des moyens financiers supplémentaires à cet effet dans le message prévu pour 2026. Dans le cadre de l’étape d’aménagement 2035, le canton de Berne soutient en priorité l’aménagement complet du tunnel de base du Lötschberg, qui présente de nombreux avantages par rapport à l’aménagement partiel. Par ailleurs, le Conseil-exécutif soutient également le projet de nouvelle ligne ferroviaire du Grimsel entre Innertkirchen et Oberwald, ainsi que le regroupement de deux infrastructures (voies ferrées et lignes à haute tension). Le projet améliore l’accessibilité des régions d’Oberhasli et d’Obergoms, est favorable au tourisme et améliore la protection du paysage. Plus d’infos

Sans efforts soutenus, les châtaigneraies deviendraient des forêts denses en quelques années. De nombreuses personnes, institutions publiques et entreprises s’engagent en faveur de cet héritage culturel riche en traditions. En lui décernant le Prix Schulthess des jardins 2022, Patrimoine suisse distingue l’Associazione dei castanicoltori della Svizzera italiana, qui fédère ces efforts depuis 1999. Plus d’infos

Dans un contexte peuplé d’incertitudes, acteurs publics et privés doivent compenser sur un territoire suisse en pleine mutation, notamment pour faire cohabiter ruralité et urbanisation. Plus d’infos

Compte-rendu sur la Quinzaine de l’urbanisme et les concepts de ville accessible dans un périmètre de 15 minutes et d’agréables espaces publics. Plus d’infos

La livraison d’ici à l’été 2023 du bâtiment Alto constituera l’achèvement du quartier à Lancy construit entre 2017 et aujourd’hui, avec à la clé près de 5000 places de travail. Plus d’infos

Le transport dans l’espace alpin doit devenir climatiquement neutre d’ici 2050. Les ministres de l’environnement et des transports des pays alpins se sont mis d’accord sur cet objectif lors d’une conférence tenue aujourd’hui à Brigue (VS). À l’initiative de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, ils se sont réunis en une « Alliance du Simplon » et ont élaboré ensemble un plan d’action comprenant des mesures concrètes. Il pourra s’agir par exemple d’un abonnement aux transports publics valable dans tout l’arc alpin, d’une multiplication des stations de recharge pour véhicules électriques, de la promotion des trains de nuit ou encore d’un label accordé aux destinations neutres en CO2. Plus d’infos

Le canton du Tessin dispose de zones à bâtir plus grandes que nécessaire pour répondre à la croissance démographique prévisible des quinze prochaines années. En conséquence, les communes tessinoises doivent réexaminer leurs zones à bâtir et le cas échéant les réduire à l’occasion de la révision de leur planification locale. Tel est le principe que le canton a fixé dans son plan directeur et que le Conseil fédéral a encore précisé en approuvant le plan directeur cantonal tessinois lors de sa séance du 19 octobre 2022. Plus d’infos

Le 1er juin 2022, on dénombrait 61 496 logements vacants en Suisse, ce qui représente 1,31% du parc de logements (maisons individuelles comprises). Le taux de logements vacants a donc diminué de 0,23 point de pourcentage en un an. Voilà vingt ans qu’il n’avait plus baissé de manière aussi marquée en l’espace d’un an. Au total, on a dénombré 9869 unités de moins que l’année précédente, ce qui correspond à une baisse de 13,8%. Ce sont là quelques résultats du dénombrement des logements vacants réalisé par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Plus d’infos

Swissinfo écrit : Le Conseil d’Etat vaudois et la ville de Lausanne sont particulièrement fâchés du report des travaux en gare de Lausanne. Ils sollicitent une entrevue urgente avec la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, qui a convié les parties à un échange. La cheffe du Département fédéral des transports « comprend la déception du canton de Vaud et de la ville de Lausanne. La gare de Lausanne est cruciale pour la Suisse romande et tout le pays ». « Pour cette raison, il est d’autant plus important qu’il n’y ait pas de manquements au niveau de la statique. La sécurité a la priorité absolue », note-t-elle dans une prise de position écrite. Simonetta Sommaruga a été informée lundi soir des retards que subira l’avancement du projet. « Au vu de l’importance de la gare pour toute la Suisse, elle a décidé d’inviter les représentants des CFF, du canton, de la ville et de l’OFT à un échange », ajoute-t-elle. Cette situation retarde la mise en service des nouveaux quais, mais aussi celle du nouveau tunnel du m2 et du m3, expliquent-ils. Les répercussions négatives sont nombreuses : pour les riverains, les commerçants et les usagers de la gare. Pour la collectivité qui devra payer les coûts de ce retard. Pour les entreprises qui doivent replanifier leurs engagements, énumèrent les autorités vaudoises dans leur communiqué. Plus d’infos

Bluewin écrit : Holcim veut se racheter une image. Souvent considérée comme l’entreprise la plus polluante de Suisse, malmenée durant la ZAD du Mormont, la cimenterie a ouvert ses portes aux médias à Eclépens (VD) pour expliquer ses efforts en matière de durabilité. Le groupe zougois, champion suisse du ciment et dont Eclépens est l’une des trois usines du pays, a réduit ses émissions de CO2 de près de 40% depuis 1990. Il faudra toutefois en faire beaucoup plus pour devenir une entreprise à zéro émission nette de CO2 en 2050. Pour y parvenir, Holcim mise notamment sur l’économie circulaire en réutilisant des matériaux issus par exemple d’un chantier. Holcim compte aussi accélérer la combustion de divers déchets pour alimenter son four. Amélioration de la logistique, avec notamment un recours accru au train, production renforcée d’énergie photovoltaïque ou encore projet de géothermie profonde à Eclépens figurent parmi les autres « leviers » d’Holcim pour réduire son empreinte carbone. Sachant que les deux tiers des émissions de CO2 sont liés à la cuisson de la roche – un processus inévitable pour produire du ciment -, Holcim ne pourra pas remplir ses objectifs sans un captage du carbone. Ces différents projets à Eclépens restent toutefois suspendus à un arrêt du Tribunal fédéral (TF) sur l’extension de la carrière du Mormont. Une extension combattue en justice, mais aussi entre 2020 et 2021 lors de l’occupation de la colline par des activistes de la première Zone à défendre (ZAD) de Suisse. Si la justice ne donne pas son feu vert à l’agrandissement de la carrière, Holcim n’aura pas de solution pour poursuivre son activité à Eclépens, encore moins pour atteindre ses objectifs en matière de durabilité. Outre cette décision de justice, Holcim jouera gros avec l’initiative « Sauvons le Mormont », sur laquelle les Vaudois devront voter et qui vise à inscrire la protection du site dans la Constitution cantonale. Plus d’infos

GHI écrit : Le premier coup de pioche du chantier « Quai Vernets » a été en présence des entreprises pilotes, des maîtres d’ouvrage et des autorités cantonales et municipales. L’occasion pour les responsables de saluer un projet de quartier qualifié d’« engagé et écologique », qui abritera notamment 1355 logements, 8000 m2 de surfaces dédiées à l’économie «sociale et solidaire», un groupe scolaire et 3000 places de vélos. Avec deux tiers de logements d’utilité publique (LUP) et un tiers en loyers contrôlés, le nouveau quartier « Quai Vernets », combattu pendant de nombreuses années par des associations, a été pensé de sorte à favoriser la mixité et le bien vivre ensemble. « Avec ce chantier, c’est le PAV (Praille-Acacias-Vernets) qui démarre » souligne le conseiller d’Etat chargé du Département des infrastructures. Plus d’infos

RTS écrit : Le projet controversé d’extension de porcherie, qui prévoyait d’abriter 1670 bêtes aux Ponts-de-Martel (NE), est à l’arrêt. L’agriculteur a retiré sa demande de permis de construire lundi. Le canton lui a demandé de revoir ses plans. Si le projet est trop redimensionné, cela ne va pas régler pour autant le problème de surplus de petit-lait et il ne permettra pas de faire vivre « mes fils sur l’exploitation », a ajouté l’agriculteur. Pour Pierre-Ivan Guyot, chef du Service de l’agriculture, une diminution de l’effectif du cheptel prévu est « indispensable » pour que l’extension soit en accord avec la loi. « Depuis juin 2015, le canton de Neuchâtel a une des réglementations les plus exigeantes de Suisse en matière de protection des eaux », a expliqué Laurent Favre, chef du Département du développement territorial et de l’environnement, pour motiver le refus du permis de construire. Avec la forte hausse du nombre de cochons, la concentration de lisier sur une même exploitation aurait posé problème. Plus d’infos

L’UDC a officiellement lancé mardi le référendum contre le contre-projet indirect à l’initiative pour les glaciers. A cette occasion, le parti a réitéré que ce texte « est dangereux et aggravera la crise énergétique actuelle ». Le contre-projet indirect est « un poison pour notre économie, pour notre prospérité et un fléau pour tous les habitants de la Suisse », a indiqué le président de l’UDC Marco Chiesa devant les médias à Berne. L’UDC a jusqu’au 19 janvier 2023 pour récolter les 50’000 signatures nécessaires, selon les indications publiées mardi dans la Feuille fédérale. Le parti avait déjà fait part de son intention de lancer le référendum après l’adoption finale du texte lors de la session d’automne. Pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, ce dernier prévoit des programmes de soutien pour le remplacement des chauffages polluants, l’assainissement énergétique des bâtiments et l’encouragement à l’innovation dans les entreprises. Il a été complété avec une offensive sur le solaire qui facilitera la construction de grands parcs solaires alpins et obligera les nouvelles grandes constructions à se doter de panneaux solaires. Plus d’infos

L’ATS écrit : Géodonnées : Le National a tacitement soutenu une motion d’Ursula Schneider-Schüttel (PS/FR) demandant que les géodonnées relatives aux zones protégées communales, cantonales et nationales, ainsi que les dispositions qui y sont applicables, soient publiées selon le classement de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Le Conseil des Etats doit se prononcer.
Energie : La Suisse devrait mieux exploiter le potentiel géothermique du sous-sol. Le National a tacitement accepté vendredi une motion de Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG) qui demande de pouvoir modifier au-delà de 3 degrés la température des eaux souterraines résultant du stockage de chaleur. L’eau potable ne serait pas touchée. La limite de température en Suisse est particulièrement basse. En Autriche, en France, en Allemagne et Grande-Bretagne, la limite est comprise entre 6 et 11 degrés. Le Conseil fédéral s’est montré d’accord. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. Plus d’infos

Le Conseil fédéral écrit : … Des zones de verdure peuvent être un instrument approprié pour garantir, au niveau de la planification, la revalorisation souhaitée de la frange urbaine. Elles doivent toutefois être conçues en conformité avec le droit fédéral. Il importe donc de clarifier dans chaque cas de figure, s’il s’agit d’une zone à bâtir ou d’une zone non constructible. Si une zone de verdure est considérée comme zone à bâtir, le droit fédéral n’impose pas de restrictions spécifiques quant à son aménagement. En revanche, si une zone de verdure est considérée comme zone non constructible, celle-ci ne doit pas dépasser les limites fixées par la loi sur l’aménagement du territoire en matière de construction en dehors des zones à bâtir. Il incombe aux autorités cantonales d’approbation de vérifier que les plans de zones communaux sont conformes, entre autres, au droit fédéral. Si ce critère n’est pas rempli, l’approbation doit être refusée. Plus d’infos

Damian Jerjen, économiste et aménagiste, directeur d’EspaceSuisse, écrit : Durant la session d’automne, le Parlement a traité plusieurs objets à la vitesse de l’éclair, afin d’encourager la production d’électricité par des énergies renouvelables. La protection de la nature et du paysage en a fait les frais. Bilan sous l’angle de l’aménagement du territoire. Plus d’infos

La population suisse peut compter sur une très bonne infrastructure de transport. Cependant, les nouveaux calculs de l’Office fédéral du développement territorial (ARE) montrent que la surcharge des routes et des trains coûte chaque année plusieurs milliards de francs à l’économie, notamment en raison des retards dus aux embouteillages. Plus d’infos

Forum, le magazine des Professionnelles en environnement, est consacré à la biodiversité, aux objectifs de biodiversité, aux subvention, à l’infrastructure écologique, aux sources, à la pollution lumineuse, aux efforts des églises et les randonnées dans des réserves tessinoises. Plus d’infos

La directrice de l’OFEV écrit : La découverte de sources lumineuses artificielles a contribué à la prospérité de l’humanité, et l’éclairage électrique nous permet de travailler et de nous adonner à nos loisirs à toute heure du jour ou de la nuit. Notre société, active 24 h/24 h, entraîne toutefois inévitablement une augmentation des émissions lumineuses, en ville comme dans les zones rurales. La gestion de l’éclairage artificiel doit cependant obéir au principe de nécessité, à savoir n’éclairer que les lieux qui doivent l’être. Il s’agit de faire coexister éclairage et obscurité, en quantité suffisante et aux endroits appropriés. Ainsi, certaines grandes villes de Suisse disposent actuellement de plans lumière afin de gérer l’éclairage de l’espace public et de redéfinir l’orientation, la couleur et la luminosité des sources lumineuses. Le canton de Genève a en outre introduit la notion de trame noire, à savoir un réseau de zones et de corridors obscurs permettant de mieux protéger la faune et la flore de la lumière artificielle. Or, trouver l’équilibre adéquat entre éclairage et obscurité est une tâche complexe qui requiert la collaboration de nombreux acteurs différents. Et le chemin est encore long d’ici à ce que les animaux nocturnes récupèrent leur habitat et que l’être humain se sente moins incommodé et puisse à nouveau admirer la magie du ciel nocturne. Plus d’infos

Du fait des changements climatiques, les fortes précipitations deviennent plus intenses et plus fréquentes. En milieu toujours plus imperméable en raison de l’urbanisation vers l’intérieur, le risque d’inondation lié au ruissellement après des pluies intenses augmente. Le développement urbain adapté aux changements climatiques et fondé sur les risques intègre la gestion durable des eaux pluviales. Conjuguant évaporation, infiltration, rétention, inondation temporaire et corridors d’écoulement de secours, le concept de ville éponge se veut une approche intégrée visant à prévenir les dommages provoqués par le ruissellement et à atténuer l’impact de la chaleur. Le présent rapport indique des stratégies et des mesures et les étoffe par des exemples de mise en oeuvre. Plus d’infos

Le Conseil fédéral veut réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 et, ainsi, atteindre l’objectif climatique fixé pour 2030. À cette fin, il a adopté le message relatif à la révision de la loi sur le CO2 pour la période de 2025 à 2030. Le projet répond aux préoccupations exprimées lors de la dernière révision et ne contient pas de nouvelles taxes ou de taxes plus élevées. Au lieu de cela, il mise sur des encouragements ciblés pour orienter les investissements vers des solutions respectueuses du climat. L’accent est mis sur les mesures qui permettent à la population de réduire les émissions de CO2. Parallèlement, le projet renforce l’approvisionnement énergétique de la Suisse et réduit la dépendance de la Suisse vis-à-vis du pétrole et du gaz naturel. Plus d’infos

Prilly/VD : Le Conseil communal de Prilly se déchire sur le destin d’un terrain à 62 millions
Rts écrit : Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, la droite du Conseil communal de Prilly a tout tenté mardi soir pour empêcher l’Exécutif de faire usage de son droit de préemption afin d’acquérir un terrain au centre-ville. Le préavis est finalement passé in extremis. Le scénario de mardi a été presque identique à jeudi dernier, à un détail près: deux élus bourgeois (contre un mardi) ont décidé de rester dans la salle avec les 35 élus de gauche, permettant au quorum d’être atteint in extremis. La majorité de gauche est parvenue à faire passer la rampe au préavis, alors qu’il s’agissait du tout dernier moment pour respecter le délai légal. Plus d’infos

Msn.com écrit : L’UDC ne veut pas du contre-projet bricolé par le Parlement à l’initiative glaciers. Le parti veut faire voter la population, assimilant le texte à «du gaspillage d’électricité». Pour le comité derrière «l’initiative pour les glaciers», c’était une victoire: le Parlement a adopté un contre-projet indirect au texte, qui veut inscrire dans la Constitution l’objectif de zéro émissions nettes d’ici 2050. La version validée sous la Coupole va certes moins loin que le scénario espéré, mais suffisamment pour que les initiants retirent leur texte. Mais le peuple pourrait tout de même voter. L’UDC a annoncé ce mardi qu’elle lancerait un référendum contre les modifications de la loi. Le parti qualifie le texte de «gaspillage d’électricité». «C’est un paquet irresponsable ficelé par la gauche», a dénoncé le chef du groupe parlementaire, Thomas Aeschi, devant la presse. Pour l’UDC, à l’heure où la pénurie d’électricité guette, on ne peut pas voter une loi qui rendrait la Suisse encore plus dépendante. Il faut d’abord assurer l’approvisionnement en électricité avant de pouvoir parler de décarbonisation. Le contre-projet sur lequel le Conseil national et le Conseil des Etats se sont mis d’accord s’oriente également vers l’objectif de ramener les émissions de gaz à effet de serre en Suisse à zéro net d’ici 2050. Pour y parvenir, différents objectifs intermédiaires sont fixés, et ce dans différents secteurs. En outre, 2 milliards de francs au total doivent être mis à disposition sur dix ans pour le remplacement des chauffages à gaz et à mazout et 1,2 milliard supplémentaire pour un programme de promotion des nouvelles technologies. Plus d’infos

L’association SOS Patrimoine CEG milite pour un changement radical à Genève. Interview avec deux de ses membres qui prônent notamment l’arrêt total de toutes les constructions. Au bas de la page réponse de l’urbaniste cantonale Ariane Widmer, qui estime que le développement en soi n’est pas une mauvaise chose. Plus d’infos

Alerte, le bulletin d’art public patrimoine, écrit dans son numéro 161 : Depuis le début des années 2000, le périmètre du PAV (Prailles-Acacias-Vernets) a fait l’objet de plusieurs projets d’urbanisme, concours, idées directrices, PLQ, etc. L’objectif recherché de toutes ces études est d’imaginer la métamorphose de ce vaste territoire, à l’origine agricole, puis périphérie industrielle et aujourd’hui totalement intégré à au tissu urbain de la ville… Sur la base des cartes et projet élaborés, Patrimoine suisse Genève a constaté un manque de réflexion plus approfondie sur le bâti existant et son potentiel de réutilisation. La société a alors constitué un groupe de travail consacré au PAV et réalisé sa propre carte du « Patrimoine PAV » afin de repérer les bâtiments dignes d’être sauvegardés, au total une quarantaine, dont dix bénéficiaient déjà d’une mesure de protection. Plus d’infos

La Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs (Nagra) a annoncé son intention de construire le dépôt en couches géologiques profondes prévu pour les déchets radioactifs sur le site «Nord des Lägern» (cantons d’Argovie et de Zurich), et l’installation de conditionnement des éléments combustibles sur le site de l’actuel dépôt intermédiaire centralisé, à Würenlingen (canton d’Argovie). Selon la Nagra, par rapport aux autres sites qui ont fait l’objet d’une analyse approfondie (Jura-est et Zurich nord-est), le sous-sol de Nord des Lägern offre le meilleur effet de barrière géologique, la meilleure stabilité des couches rocheuses et une flexibilité élevée pour la disposition du dépôt souterrain. La Nagra va maintenant préparer les demandes d’autorisation générale puis les soumettre, dans deux ans environ, à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Les autorités fédérales compétentes en matière de sécurité procéderont ensuite à l’examen détaillé des dossiers. Plus d’infos

Sous la pression de l’urbanisation, de la déforestation, de l’exploitation agricole et du réchauffement climatique, la faune et la flore disparaissent en nombre. Les scientifiques estiment même qu’une sixième extinction est à l’œuvre et qu’elle menace à terme la survie de notre espèce. Pour répondre à ce péril Paul Jepson, et Cain Blythe envisagent une solution révolutionnaire: le réensauvagement. Plus d’infos

Espacesuisse écrit : Au cours de ces dernières semaines et de ces derniers mois, plusieurs guides, brochures et rapports des plus intéressants ont été publiés. Ils abordent, la question des stratégies climatiques, du trafic cycliste, de la gestion des eaux pluviales, de l’ISOS, ou jettent un coup d’œil par-delà nos frontières. Plus d’infos

Crédit Suisse écrit : Une période apparemment sans fin de taux d’intérêt bas a fait grimper les valeurs immobilières à des sommets vertigineux. Comment la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine ont mis un terme à l’ère des taux bas et ce que cela signifie pour le marché immobilier suisse. Le Moniteur de l’immobilier T2 présente les conséquences pour les propriétaires, les locataires et les entreprises du bâtiment. Plus d’infos

GHI écrit : D’après la plateforme PillierPublic.com, le nombre de projets de constructions est en hausse. Une tendance qui pourrait se poursuivre estime la Chambre de commerce immobilière. «Un record historique». D’après la plateforme PilierPublic.com, qui compile les données officielles publiées en vrac sur Internet et analyse les chiffres de l’Etat, le constat est flagrant. Le nombre de projets de constructions à Genève n’a jamais été aussi important: +70% par rapport à la même période en 2021, qui constituait déjà un record. «L’année a été exceptionnelle dans tous les cantons romands après le creux pour cause de Covid. En 2022, seuls Genève et Vaud continuent de progresser, alors que les autres cantons romands sont en légère baisse». Plus d’infos

Batimag écrit : Les groupes de touristes visitant Lucerne d’ici quelques années pourront accéder plus facilement au centre-ville depuis le parking pour cars à proximité de l’hôpital cantonal. Ils le feront en empruntant un tunnel piétonnier de 800 m. A partir de 2030, les touristes ne devraient plus descendre du bus au centre-ville. Leurs cars s’arrêteront au parking cars près de l’hôpital cantonal et les principales attractions seront accessibles par un tunnel de 800 m. Dans le cadre du processus stratégique «Carregime», le Conseil municipal lucernois a passé en revue 59 propositions de solutions différentes pour mieux gérer la circulation des autocars. Une question devenue politique parce que le tourisme lucernois a connu une forte croissance avant la pandémie et que le nombre de groupes de touristes a augmenté. Finalement, c’est la solution «Stadtpassage» qui a été retenue. Le projet prévoit la construction de deux tunnels: le premier, routier de 200 m de longueur, mènera de la zone Sedel/Friedental près de la sortie d’autoroute Emmen Sud à un nouveau parking sous l’hôpital cantonal. De là, le second, un tunnel piétonnier de 800 m de long, qui devrait être équipé d’un tapis roulant, dirigera les groupes de voyageurs vers la Hertensteinstrasse. Le nouveau parking devrait pouvoir accueillir 30 à 40 cars de tourisme et être intégré au nouveau complexe immobilier que l’hôpital cantonal de Lucerne est en train de réaliser sur son site. Le Conseil municipal estime que les coûts d’investissement pour le Stadtpassage se situent entre 90 et 120 millions de francs. Plus d’infos

Le Matin écrit : Destiné aux sportifs d’élite de l’armée, un projet piétine
Un immeuble projeté dans un cadre militaire est contesté par des riverains qui veulent voir les Alpes. Budgétisée à 27 millions de francs, la construction prévue à Macolin est conçue pour héberger 140 sportifs d’élite de l’armée. Les opposants ont diffusé leur propre image de synthèse, en affirmant combattre la construction d’une tour haute de 23,8 mètres, longue de 39 mètres et large de 20 mètres. L’école est accessible en voiture, mais aussi et surtout en funiculaire, la station inférieure étant proche du lac de Bienne. Les opposants à un projet immobilier destiné aux sportifs d’élite de l’armée ont convaincu 635 signataires de dire non à la construction d’une caserne de 24 mètres de haut. C’est beaucoup, dans une agglomération liée à la commune d’Évilard pour un total de 2680 habitants. Plus d’infos

Blick écrit : La faune et la flore devraient être mieux protégées en Suisse. Malgré l’opposition d’une partie du camp bourgeois, le National est entré en matière mardi, par 106 voix contre 78, sur le contre-projet à l’initiative dite biodiversité. Plus d’infos

L’économie circulaire est déjà à l’agenda écologique depuis des décennies. Elle est depuis devenue un concept mûr et global pour la gestion durable, qu’il s’agit maintenant de mettre en œuvre dans l’ensemble de l’économie. Il doit également inspirer le développement régional dans le cadre de la Nouvelle politique régionale (NPR). Le magazine regioS y consacre un numéro. Plus d’infos

Pour la sixième fois, la Suisse et le Liechtenstein ont décerné le 16 septembre 2022 le prix d’architecture « Constructive Alps » qui récompense la rénovation et la construction durables dans les Alpes. Parmi les quelque 240 projets en lice, issus de sept pays, le jury a retenu onze ouvrages remarquables. Ces bâtiments font une utilisation parcimonieuse du sol, recourent au bois comme matériau de construction et autoproduisent leur électricité. Plus d’infos

Le numéro 4/22 du périodique d’aménagement territorial s’attache à montrer l’importance pour les communes et villes d’avoir des lieux de convivialité tels que places, centres ou espaces verts. Les articles sont consacrés à la mobilité à Beyrouth, lieux de rencontre en centre-ville, développer des espaces publics de rencontre par le dialogue, ouverture signifie aussi acceptation des changements, projets pour des centres plus vivants, Piazza Aperte à Milan, action régionale pour valoriser des espaces de rencontre, biodiversité dans les zones d’habitation. Plus d’infos

L’écoquartier des Plaines-du-Loup, qui accueillera 11’000 personnes à terme, a ouvert ses portes à Lausanne. Depuis le début de l’été, 200 habitants ont emménagé dans les deux immeubles déjà réalisés. Jamais un projet d’une ampleur aussi importante n’a été réalisé à Lausanne, a souligné devant la presse le syndic de Lausanne. L’arrivée des premiers habitants va permettre de voir si les ambitions et objectifs fixés sur le plan environnemental, architectural, de mixité fonctionnent et répondent à leurs besoins. Des adaptations seront menées si besoin, a-t-il ajouté. Plus d’infos

Espacesuisse.ch écrit : Le projet « La nature a besoin de la ville : davantage de biodiversité à Berne » a été récompensé par le Prix Binding pour la biodiversité (2e édition). Les responsables du projet – la ville de Berne, des particuliers ainsi que différentes organisations – ont uni leurs efforts afin de rendre l’espace urbain plus naturel. Plus d’infos

Pro Natura dédie son dernier magazine au sujet de la revitalisation des cours d’eau :
La Suisse est en retard sur le mandat légal de revitalisation de ses cours d’eau.
Christine Weber, chercheuse à l’Eawag : « Nous avons besoin de plus d’espaces de rétention naturels».
Pro Natura s’engage à différents niveaux pour plus de paysages aquatiques naturels.
Quatre raisons écologiques de voter oui à l’initiative contre l’élevage intensif.
La biodiversité dans les grandes cultures est enfin renforcée.
A Feldis, dans les Grisons, une amélioration foncière menace la diversité des espèces.
Le contre-projet indirect à l’initiative sur les glaciers est un premier pas dans la bonne direction. Plus d’infos

La revue d’Espacesuisse 2/22 est consacrée à la jurisprudence 2021 du Tribunal fédéral, avec un résumé des principaux jugements rendus l’année dernière dans le domaine du droit de l’aménagement du territoire et de l’environnement. Ces arrêts portent notamment sur le dimensionnement des zones à bâtir et sur la protection des biotopes. Plus d’infos

La revue d’Espacesuisse  2/22 traite des thèmes suivants:

  • Transition énergétique : la protection de la nature et du paysage est d’intérêt national, à l’instar de la production d’énergies renouvelables. Les projets doivent ainsi faire, au cas par cas, l’objet d’une pesée des intérêts.
  • Jubilé COSAC : le 50eanniversaire de la COSAC a donné lieu à un échange épistolaire.
  • Quoi de neuf sur densipedia.ch ? EspaceSuisse souhaitait souligner, par l’image, l’importance d’un développement vers l’intérieur de qualité.
  • Zoom sur la petite ville de Steckborn TG qui est parvenue à créer des logements abordables.
  • La parole à Lea Gerber, de Coopératives d’habitation Suisse.
  • Depuis le 1erjuillet 2022, il est plus facile d’obtenir une autorisation pour une installation photovoltaïque hors zone à bâtir. A quelles conditions ?

Plus d’infos

24 h écrit : Le Tribunal fédéral admet deux recours des Offices fédéraux de l’agriculture et du développement territorial contre la Commune de Valeyres-sous-Montagny et le canton de Vaud. Le nouveau plan général d’affectation, qui étend la zone à bâtir sur des terrains agricoles de qualité, n’est pas conforme à la législation sur l’aménagement du territoire. Saisi par la Commune, le Tribunal cantonal a estimé que, de par leur pente et leur étendue, ces parcelles ne constituaient pas matériellement des surfaces d’assolement (SDA). Particulièrement précieuses pour l’agriculture, ces terres sont considérées comme une ressource non renouvelable, protégée par la législation sur l’aménagement du territoire. Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal administratif fédéral rappelle que le plan sectoriel de la Confédération établi en 1992 exige du canton de Vaud qu’il garantisse une surface minimale de 75’800 hectares de SDA. Or les réserves du Canton n’ont cessé de diminuer. Dans ces conditions, la marge de manœuvre du Canton est «quasi inexistante». Son plan directeur prévoit d’ailleurs que la législation fédérale soit appliquée «avec la plus grande rigueur». Le recours aux SDA pour faire place au développement doit être limité et les réserves augmentées. Plus d’infos

Allnews écrit : Les loyers proposés dans les annonces ont augmenté le mois dernier de 0,3% dans le pays. Les disparités régionales restent importantes. Les prix des appartements en propriété ont grimpé de 0,7% en juillet, selon Immoscout, qui s’attend à un ralentissement de cette évolution. Les loyers ont augmenté dans plusieurs régions. Les prix des maisons individuelles ont augmenté de 0,2% le mois dernier par rapport à juin, précise le Swiss Real Estate Offer Index, paru mercredi et établi par ImmoScout24 en collaboration avec le cabinet de conseil immobilier CIFI. Plus d’infos

La CNCI s’entretient avec le délégué à la domiciliation Roland Nötzel. Ce dernier a eu comme première mission de définir une stratégie de promotion de la domiciliation. La stratégie a obtenu une large adhésion lors de sa mise en consultation et a été publiée au mois de mai 2021.  Il s’agit de prendre diverses mesures efficaces, dans un esprit de coopération public-privé, afin de mettre en valeur et améliorer l’attractivité résidentielle du Canton de Neuchâtel dans un processus continu et avec un effet durable. Ce projet vise aussi bien la population déjà résidente que les futur-e-s résident-e-s que le canton cherche à attirer et ancrer davantage. Ces mesures couvrent notamment des aspects de promotion de l’attractivité et de l’image du canton, de facilitation de l’arrivée dans le canton, l’installation dans le canton des nouveaux recrutements et pendulaires en étroite collaboration avec les entreprises, l’amélioration des prestations publiques et privées aux habitants existants afin de les ancrer à moyen et long terme, des démarches d’accueil simples et chaleureuses, etc. Plus d’infos

Notre cadre de vie influence notre santé psychique et physique. Dans sa dernière édition, le magazine « Forum du développement territorial » soulève la question de l’aménagement des villes et des villages qui est nécessaire pour que nous nous sentions bien et en bonne santé. Plus d’infos

L’Académie des sciences naturelles écrit : Souvent, les différentes perceptions que nous avons du paysage rendent difficile un dialogue constructif sur leur développement futur. Le concept des prestations paysagères a vocation à faciliter ce dialogue grâce à une approche participative permettant de trouver un langage commun. Le Forum Paysage, Alpes, Parcs (FoLAP) de l’Académie suisse des sciences naturelles en collaboration avec des chercheuses et des chercheurs des universités de Zurich et de Lausanne, a élaboré une fiche d’information qui présente ce concept. En se basant sur des études de cas, la fiche d’information montre comment l’approche des prestations paysagères peut trouver son utilité dans le cadre de la gestion du paysage, au niveau local ou régional, ainsi que dans la mise en œuvre de la « Conception ‘Paysage Suisse’(CPS) ». Plus d’infos

Espacesuisse écrit : Dans un récent arrêt, le Tribunal fédéral a confirmé que les avantages majeurs résultant de mesures d’aménagement du territoire doivent être compensés, même s’ils proviennent de changements d’affectation ou d’augmentations des possibilités de construire. Le jugement rendu par le Tribunal fédéral sur le cas Meikirch BE est sans équivoque: cantons et communes doivent mettre en œuvre le mandat législatif, qui exige que les cantons veillent à «tenir compte équitablement des avantages et des inconvénients majeurs qui résultent de mesures d’aménagement». Les changements d’affectation et les augmentations des possibilités de construire sont aussi concernés. Plus d’infos

La digitalisation a des incidences sur l’espace et modifie l’aménagement du territoire. Utilisée avec pertinence, la transformation digitale offre toutefois davantage d’opportunités que de risques. C’est une des conclusions à laquelle sont parvenus les milieux suisses de l’aménagement du territoire, rassemblés le 1er juillet 2022, à Soleure, à l’occasion du congrès annuel d’EspaceSuisse. Plus d’infos

Avec l’augmentation du prix de l’essence et l’inflation, en plus du climat, on pourrait s’attendre à voir moins de voitures sur les routes en départ de vacances. Mais il n’en est rien. La RTS interroge Vincent Kaufmann, professeur d’analyse des mobilités à l’EPFL, à ce sujet. Plus d’infos

20 minutes écrit : La Cité de Calvin peine à concrétiser de véritables espaces sans voitures alors que d’autres villes, en Suisse comme en Europe, les ont développés depuis des années déjà. Plus d’infos

La Tribune de Genève écrit : Les habitants de Saint-Gervais veulent un quartier de piétons, pas de voitures. La mobilisation ne fléchit pas. Les changements concrets tardent à voir le jour. L’automobile reste partout présente, à commencer par le quai des Bergues, un axe dont l’usage ne satisfait plus personne. Plus d’infos

24 h écrit : Le budget participatif progresse mais peut mieux faire. Un rapport sur les trois premières éditions conclut que l’outil est « un succès » malgré des biais sociologiques. La Ville acquiesce et poursuit ses efforts. Plus d’infos

Au printemps 2020, la première phase de la crise sanitaire a incité de nombreuses villes à travers le monde à mettre en place des aménagements cyclables temporaires (« coronapistes »). L’objectif était d’éviter un report modal vers la voiture et de garantir la distanciation physique lors des déplacements. La Ville de Lausanne a ainsi créé 7.5 kilomètres d’aménagements cyclables. Une enquête de terrain (intercept survey) a analysé les effets de la crise sanitaire et des coronapistes sur la pratique des personnes se déplaçant à vélo à Lausanne (Suisse). Plus d’infos

Léman Bleu écrit :  Le texte demande que la rénovation écologique des bâtiments soit financée en ponctionnant sur les bénéfices versés par la Banque nationale suisse (BNS) au canton de Genève. Pour aboutir, une initiative législative cantonale a besoin de 5438 signatures valables. Les locataires seraient ainsi protégés face à des hausses de loyers, souligne l’Asloca Genève dans un communiqué. La rénovation du parc immobilier est en effet incontournable si le canton entend réduire ses émissions de CO2 et lutter contre la dérive climatique. Les fenêtres doivent être dotées d’un double vitrage et les énergies renouvelables doivent remplacer le chauffage au fuel et au gaz. Mais ces travaux ne doivent pas entraîner de hausse de loyer, estime l’Asloca, d’où le recours à un fonds alimenté par les bénéfices que la BNS verse au canton de Genève. Plus d’infos

La Suisse a bien avancé dans la réalisation des objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Mais si elle veut les atteindre d’ici 2030, elle doit passer à la vitesse supérieure, a souligné Jacques Ducrest, délégué du Conseil fédéral pour l’Agenda 2030, devant les États membres de l’ONU à New York, lors de la présentation officielle du deuxième rapport national. M. Ducrest, secrétaire d’État représentant la Suisse au forum politique de haut niveau sur le développement durable, a mis l’accent sur trois thèmes prioritaires : la consommation et la production durables ; le climat, l’énergie et la biodiversité ; l’égalité des chances et la cohésion sociale. Le Conseil fédéral a adopté le rapport national de la Suisse le 4 mai 2022. Plus d’infos

Le DDPS a lancé les procédures de consultation et de participation relatives à la troisième série de fiches de coordination du plan sectoriel militaire (PSM). Les communes et les cantons concernés peuvent prendre position d’ici au 26 septembre 2022, tandis que la population peut se prononcer sur les projets jusqu’au 26 août 2022. Plus d’infos

L’ATS écrit : Les constructions hors zone à bâtir doivent être mieux réglementées. Le Conseil des Etats a adopté à l’unanimité une nouvelle révision de la loi sur l’aménagement du territoire qui offre de larges exceptions aux cantons. Cette révision fait office de contre-projet indirect à l’initiative populaire « contre le bétonnage de notre paysage » (initiative paysage). Déposé en 2020, ce texte veut inscrire dans la constitution l’objectif d’une stabilisation du nombre de bâtiments dans les zones non constructibles. La plupart des sénateurs ont reconnu une emprise croissante du bâti sur le paysage, que ce soit pour l’habitat, l’agriculture, la mobilité ou les loisirs. Mais ils préfèrent agir sur la loi en prenant mieux en compte la diversité des régions. La révision de loi (LAT2) proposée par la commission de l’environnement du Conseil des Etats reprend donc d’importantes demandes de l’initiative populaire, notamment l’objectif de stabiliser les surfaces construites hors des zones à bâtir. Les cantons devront présenter un concept global pour atteindre l’objectif de stabilisation. Ils auront cinq ans pour adapter leur plan directeur aux nouvelles dispositions légales. Si un canton ne respecte pas ce délai, tout nouveau bâtiment hors zone à bâtir devra être compensé par la démolition d’un autre. Les cantons et le Conseil fédéral fournissent périodiquement un rapport sur la réalisation des objectifs de stabilisation. Une prime de démolition est prévue. Celle-ci doit inciter les propriétaires à détruire les constructions implantées hors des zones à bâtir. La prime sera financée par les cantons et la Confédération. Plus d’infos

La mobilité de la population suisse cause chaque année des dommages qui se chiffrent en milliards. Ces dommages touchent principalement les domaines de l’environnement et du climat, mais aussi celui de la santé. Selon les derniers calculs de l’Office fédéral du développement territorial (ARE) pour 2019, le trafic a par exemple causé des pertes de récolte de 233 000 tonnes de denrées alimentaires.
En Suisse, le trafic génère en moyenne 1600 francs de coûts dits externes par habitant. Il s’agit des conséquences de la mobilité qui doivent être supportées par la collectivité ou les générations futures. Ces coûts s’élèvent au total à 14 milliards de francs pour 2019. La majeure partie de ces dommages (9,8 milliards de francs) est imputable au trafic privé motorisé sur la route. Viennent ensuite, entre autres, le trafic aérien, le trafic ferroviaire et les déplacements à pied et à vélo, qui y contribuent. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a approuvé l’adaptation de la fiche du champ d’aviation de Courtelary (BE) et les fiches, nouvellement créées, des champs d’aviation de Schindellegi (SZ) et de La Côte (VD). Les fiches formulent les exigences générales de la Confédération regardant l’infrastructure et l’exploitation des aérodromes. Plus d’infos

La revue Collage consacre son numéro 3/22 aux procédures d’assurance de qualité dans le discours architectural, aux concours à une vue d’ensemble des procédures de concours, à leur efficacité, à la nécessité d’une bonne planification pour assurer une réalisation de qualité, à la transformation d’un site industriel et au concours Europan. Plus d’infos

20minutes écrit : Les ambitions de la Confédération en matière de développement du rail sont jugées trop timides et ne permettront pas d’atteindre les objectifs climatiques. Atteindre les objectifs climatiques de la Suisse en passant par le rail : c’est loin d’être gagné. Le Conseil fédéral mise sur le développement de l’offre en courtes et moyennes distances plutôt que d’investir dans les grandes lignes. Selon les calculs de Berne, d’ici à 2050, les projets envisagés feront passer la part des trajets qui sont effectués par voie ferroviaire de 21 à 24% du total.
… La Confédération admet : ces trois points de pourcentage représentent « un transfert loin d’être suffisant pour atteindre l’objectif climatique. Selon une étude, il faudrait une part de répartition modale dans le transport de voyageurs d’environ 40% ». Faire passer les pendulaires de la voiture au rail est une manière de réduire les émissions de CO₂, faire passer les voyageurs de l’avion au train en est une autre. L’association Ouestrail, qui promeut un développement du rail en Suisse occidentale, s’insurge aussi de l’orientation choisie par Berne. En privilégiant le local plutôt que les longues distances, « la Confédération a fait le choix du repli et de l’isolement ». L’argument : alors que de nombreux pays européens veulent développer le réseau à grande vitesse, la Suisse va regarder le train passer. Plus d’infos

Minergie écrit : À partir de 2022, les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration de carbone dans la phase de construction seront justifiées pour toutes les nouvelles constructions Minergie. Afin de limiter la charge des planificateurs, Minergie a développé un justificatif simple basé presque exclusivement sur les propriétés qualitatives du bâtiment décrites à l’aide de menus déroulants. En arrière-plan, l’outil calcule les émissions de gaz à effet de serre de la construction à l’aide des données saisies. Ce justificatif se base sur le cahier technique SIA 2032 et sur la recommandation de la KBOB « Données des écobilans dans la construction » 2009/1:2016 et se trouve dans un onglet « Construction » dans le formulaire justificatif Minergie [lien vers justificatif Minergie]. Plus d’infos

De quoi relèvent notre jugement et le regard porté sur l’architecture de nos villes, et comment mieux la comprendre ? Au-delà de la perception purement personnelle de chacun sur notre environnement construit, l’architecture est le fait de modes et de priorités sociétales qui évoluent au fil des décennies. Plus d’infos

La mobilité douce et les transports publics seront au cœur des projets d’agglomération de la quatrième génération. Le Conseil fédéral a mis en consultation un crédit de 1,3 milliard de francs pour les soutenir. Les agglomérations ont remis 32 projets, représentant un investissement total d’environ 6 milliards de francs, à la Confédération pour obtenir un soutien fédéral. Tous ont été jugés pertinents, indique le gouvernement dans un communiqué. Ils mettent l’accent sur le développement d’un trafic piéton et cycliste sûr et attractif. Les transports publics et les interfaces multimodales seront aussi encouragés. La ligne de tram Nations-Grand-Saconnex sera ainsi prolongée à Genève. Un ensemble de projets, visant l’amélioration de la sécurité du trafic routier, sera mis sur pied à Bienne. Outre-Sarine, les principaux projets se trouvent dans les cantons de Zurich, Coire et Bâle. Le réseau de bus sera électrifié dans la cité rhénane. Le bus cèdera la place au tram dans le quartier d’Affoltern, à Zurich. Un itinéraire cyclable rapide verra le jour dans la vallée de la Limmat. Et une interface multimodale sera mise sur pied à la halte ferroviaire de Coire ouest. La contribution fédérale s’élèvera à 1,3 milliard de francs, soit 37% des coûts d’investissement. Le reste du financement sera assuré par les cantons, les communes et les villes. La consultation court jusqu’au 9 septembre. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a pris acte le 25 mai 2022 du rapport « Suisse 2035 – Les grands défis de demain en 20 questions ». Plusieurs think tanks de Suisse et d’ailleurs y livrent leurs pronostics quant aux grands défis auxquels la Suisse sera confrontée dans les 10 à 15 prochaines années. Le Conseil fédéral s’appuiera sur ses conclusions pour établir le prochain programme de législature. La Chancellerie fédérale a établi un total de 20 questions touchant les domaines du social, de la politique, de l’économie, de la sécurité, du numérique et de l’environnement. Elle a ensuite soumis à chaque fois la même question à deux think tanks d’écoles de pensée différentes, de manière à obtenir des réponses autant que possible variées, sous la forme d’analyses succinctes sur l’état du pays en 2035. Travaillerons-nous jusqu’à 70 ans ? L’approvisionnement en électricité sera-t-il toujours assuré ? La Suisse sera-t-elle encore neutre ? Son agriculture recourra-t-elle au génie génétique ? La classe moyenne se porterat-elle mieux qu’aujourd’hui ? La Suisse aura-t-elle adhéré à l’Union européenne ? Telles étaient, parmi d’autres, les questions posées. Plus d’infos

Afin d’améliorer la situation de la circulation dans les villes et agglomérations et de coordonner le développement des transports et de l’urbanisation, la Confédération soutient depuis près de quinze ans les projets d’agglomération des cantons, des villes et des communes. Pour la 4e génération de ces projets, le Conseil fédéral propose d’en cofinancer 32 au total, pour environ 1,3 milliard de francs. Un des points principaux des projets bénéficiant d’un cofinancement correspond au développement de la mobilité douce et des transports publics. De plus, il est également prévu d’investir dans des interfaces multimodales afin de simplifier le passage d’un moyen de transport à un autre. Le Conseil fédéral a lancé la consultation sur le cofinancement lors de sa séance du 10 juin 2022.

Les projets couvrent toutes les régions du pays. Parmi les plus conséquents, on peut citer :

  • le passage du bus au tram dans le quartier d’Affoltern à Zurich
  • un ensemble de projets visant l’amélioration et la sécurité du trafic routier à Bienne
  • un itinéraire cyclable rapide dans la vallée de la Limmat
  • l’interface multimodale de la halte ferroviaire de Coire ouest
  • le prolongement transfrontalier de la ligne de tram Nations-Grand-Saconnex à Genève
  • l’électrification du réseau de bus à Bâle

Plus d’infos

Le Conseil fédéral accélère la construction de nouvelles installations solaires, adapte la méthode de calcul des catégories d’efficacité énergétique des voitures de tourisme et simplifie les contrôles de sécurité techniques d’anciennes installations intérieures électriques. Lors de sa séance du 3 juin 2022, il a approuvé les modifications apportées à l’ordonnance sur l’aménagement du territoire, à l’ordonnance sur les exigences relatives à l’efficacité énergétique et à l’ordonnance sur les installations à basse tension. Plus d’infos

Horizons, le magazine suisse de la recherche, consacre son numéro 132 de mars 2002 à la ville hier et demain avec divers articles : Planifier intelligent (dans les métropoles du futur ls verdure remplace l’odeur des gaz d’échappement), urbanisation au Moyen-Âge (pourquoi les remparts d’antan étaient des lieux de liberté), campagnards ou citadins (village et centre urbain ne font plus qu’un dans les agglomérations), tout est possible à pied (ce qui Fit la densité urbaine). Plus d’infos

L’avenir du Jardin des Nations au Grand Morillon se dessine petit à petit au gré des différents ateliers d’échange et de dialogue avec les professionnels de l’aménagement urbain, les associations concernées, le propriétaire du terrain (Steiner Investment Foundation), les voisins et le grand public. Une étape décisive s’est déroulée le 10 novembre 2021 au Jardin avec la restitution publique des premières intentions issues de la concertation des 6 premiers ateliers organisés depuis fin août.
Temps fort de cette restitution, la présentation des 4 grands principes retenus pour l’élaboration de l’image directrice :

  1. Un lieu ouvert en relation au contexte environnant
  2. Un espace poreux, un site traversé avec des connexions vertes
  3. Un sol vivant, arboré avec 55% de pleine terre
  4. Un projet avec plusieurs unités bâties assurant une véritable diversité des usages

En résumé, il s’agira de développer un projet qui fait le lien avec les quartiers voisins et propose une véritable interconnexion physique et programmatique (cheminements piétonniers et cyclables + espaces publics + poches vertes + rez-de-chaussée animés) tout en considérant le respect des normes de sécurité des organisations internationales. Le Jardin des Nations portera bien son nom avec un couloir de biodiversité traversant à l’est, un Jardin des Morillons au sud, un parc paysager à l’ouest et une large clairière au centre, soit un espace généreux intégrant la conservation de la végétation actuelle et un aménagement simple que pourront librement s’approprier les employés de la Genève internationale ou les Genevois pour pique-niquer, se détendre ou faire une pause dans la verdure sous les grands arbres. Autre axe majeur de cette co-construction exprimé par les participants : la nécessité que cet espace soit enfin un lieu vivant, convivial, interactif et attractif pour tous les acteurs de la communauté internationale et locale (habitants des quartiers voisins, voire au-delà). Qu’ils puissent y trouver des possibilités de s’y détendre, de se rencontrer et d’échanger, des services de proximité, boire un verre et se restaurer. Le Jardin des Nations devra répondre à ces attentes avec des principes d’aménagement qui feront harmonieusement cohabiter des espaces réservés aux besoins des organisations internationales, un pôle culturel, des services de proximité, des espaces à usage polyvalent ouverts au public et des commerces et services traversant et transparents. Plus d’infos

20 minutes écrit : Nouvelle étape pour l’urbanisation des Grands Esserts, à Veyrier (GE), avec un accord signé entre opposants et canton. Le projet, lancé il y a plus de dix ans, a été contesté maintes fois, jusqu’au refus en novembre du plan localisé de quartier du secteur des Circes par les habitants de la commune. Objets du litige : le calendrier de construction et la mobilité de ce quartier qui accueillera à terme quelque 1200 logements.
Le Conseil d’Etat a annoncé aux habitants avoir trouvé un accord avec les référendaires. Alors que les premiers travaux ont commencé sur le secteur Vessy, le gouvernement s’est engagé à maintenir deux phases d’édification distinctes. A l’horizon 2030, 800 logements devraient être livrés. Puis, dès 2031, les 400 restants commenceront à être construits. Le gouvernement s’est aussi engagé à ce que 50% des futures habitations soient réservées aux habitants de la commune. Concernant la mobilité, le canton s’est engagé à établir une feuille de route pour accompagner le développement du quartier. Une réduction de 6% du trafic individuel motorisé est visée sur le chemin de Pinchat avec le passage d’un bus à haut niveau de service. L’offre de transports publics aux heures de pointe sera augmentée de 55% et des aménagements sécurisés pour la mobilité douce seront construits, tout en veillant à la préservation du patrimoine arboré. Plus d’infos

Swissinfo écrit : Un tronçon de trois kilomètres du Foron, entre Puplinge (GE), Ambilly (F) et Ville-la-Grand (F), a été renaturé afin d’éviter les crues et de favoriser la biodiversité. Le canton de Genève a procédé à des travaux similaires sur plusieurs cours d’eau, dont l’Aire (archives).
La rivière du Foron, qui marque la frontière entre Genève et la France jusqu’à l’Arve, peut reprendre ses aises. Un tronçon de trois kilomètres entre Puplinge (GE), Ambilly (F) et Ville-la-Grand (F) a été renaturé afin d’éviter les crues et de favoriser la biodiversité. Ce projet a été soutenu financièrement à parts égales par la France et la Suisse, pour un montant total de 6,4 millions de francs.
Afin d’éviter des inondations en zone urbaines, le gabarit du Foron a été élargi. Un bras de crue a été conçu en parallèle au lit naturel de la rivière pour recevoir le surplus d’eau lorsque son niveau monte. L’abaissement des digues favorise aussi le développement de la biodiversité. Des castors, des martins-pêcheurs et même des blaireaux ont été observés. Des plages ont été créées, et les plus beaux arbres ont été maintenus. Du côté de Puplinge, les deux piles de l’ancien lavoir communal, en service jusqu’en 1923, ont été conservées au bord de l’eau. La commune de Ville-la-Grand va encore mettre en place des aménagements publics pour les familles et les sportifs le long de la rivière. Plus d’infos

Léman Bleu écrit : La consultation publique sur le futur quartier du PAV Acacias 1 se termine aujourd’hui. Le Canton présente la deuxième version de son projet : un premier plan avait été publié en juin 2021. Si certains constatent des améliorations entre les deux versions, le Collectif des associations d’habitants et de quartiers voit plusieurs défauts dans le plan actuel. Il a réuni ses observations dans un document de 13 pages.
L’objet de la discorde, c’est lui : le Plan localisé de quartier du secteur Acacias 1, situé entre la route des Jeunes et la route des Acacias. Il fait partie du projet d’aménagement prévu par le Canton pour le secteur Praille-Acacias-Vernets, le PAV. Un projet qui ne plaît pas à tout le monde : le Collectif des associations d’habitants et de quartiers souhaite y apporter plusieurs modifications. « Nous proposons de réaliser un parc de plus de 10’000 mètres carrés, qui permet non seulement les activités dont les habitants ont besoin, mais qui est aussi un élément fondamental dans la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, la Confédération a bien indiqué qu’il faut une masse végétale d’au moins un hectare pour assurer le rafraichissement d’un quartier » explique Marc Brunn, architecte à la retraite et membre du Collectif des associations d’habitants et de quartiers (CAHQ). Le Collectif ne s’arrête pas là : il souhaite également réduire le nombre de bureaux prévus dans le quartier, au profit des logements. « Nous construisons un peu plus de logements que le PLQ sur lequel nous avons été amenés à nous prononcer. Nous pouvons le faire parce que nous diminuons le nombre de bureaux. Il faut dire que le grand nombre de bureaux vides à Genève est bien connu. L’urgence c’est donc de faire du logement, pas du bureau » martèle Jean-Pierre Fioux, lui aussi membre du Collectif. Au Département du Territoire, on assure que toutes les remarques transmises seront analysées. Reste à savoir quels éléments seront intégrés au projet. Plus d’infos

La RTS écrit : Les CFF ont inauguré jeudi leur nouveau siège romand près de la gare de Renens. Ces deux bâtiments font partie d’un nouveau quartier baptisé « Parc du Simplon », sorti de terre sur le secteur des anciens entrepôts. Le nouveau quartier construit au sud des voies à Renens (VD) regroupe quelque 270 logements, des bureaux, des commerces, de l’artisanat et le nouveau siège régional des CFF. Le directeur général des CFF Vincent Ducrot, la conseillère d’Etat Nuria Gorrite et la municipale de Renens Tinetta Maystre ont participé à l’inauguration officielle. A cette occasion, un arbre a été planté devant le siège de la compagnie de chemins de fer, qui réunit quelque 800 employé.es. Plus d’infos

Bluewin écrit : A Genève, le projet de réaménagement du site du Vengeron au bord du lac sur les communes de Bellevue et de Pregny-Chambésy se concrétise. Le Grand Conseil a voté un crédit d’investissement de 55,5 millions de francs pour créer un parc public, une plage ainsi qu’un port professionnel sur ce site.
Le projet prévoit aussi des infrastructures nautiques, la renaturation de l’embouchure du Vengeron et la construction de deux îles pour la nature.
Ce crédit d’investissement sera complété par un apport de 7 millions de la part des entreprises qui utiliseront les infrastructures du port professionnel ainsi que de la zone artisanale prévue dans le périmètre. Le site accueillera ainsi les entreprises lacustres localisées sur le quai marchand des Eaux-Vives en aval du Jet d’eau, permettant de complètement dégager cette zone. Plus d’infos

Les terres non bâties sont soumises à une forte pression. Les agglomérations s’étendent et les voies de communication occupent de plus en plus d’espace, au détriment de sols précieux dont nous aurions grand besoin. Les données pédologiques sont essentielles pour mieux protéger les surfaces non bâties et utiliser plus durablement les sols en tant que fondement de notre existence. Plus d’infos

RTL écrit : Oceanix est le nom d’une ville que veut construire l’ONU pour les réfugiés des catastrophes climatiques. Et Oceanix serait une ville flottante…
Plus de 2 milliards d’habitants vivent aujourd’hui sur des côtes menacées par la montée des eaux et par les ouragans. Il faut donc envisager de leur trouver des lieux pour vivre, et donc, pourquoi pas, de construire des villes flottantes. Les Nations unies ont décidé de soutenir le projet d’un cabinet d’architecte danois, Bjarke Ingels. Sa solution : d’immenses plateformes flottantes hexagonales de 15.000 m², la taille de deux terrains de foot. On peut en mettre côte à côte autant qu’on veut.
Sur chacune peuvent vivre 300 personnes. Ces plateformes sont faites avec une sorte de corail très solide qui pousse vite grâce à des courants électriques. Cette ville serait entièrement durable et autonome. Les maisons seraient en bois et en bambous, et elles ne seraient pas très hautes, pour pouvoir résister plus facilement aux ouragans. L’eau de pluie sera récupérée ou l’eau de mer sera dessalée. Seront également prévues des productions agricole et aquacole (il faudra donc aimer les coquillages et les poissons pour y vivre). Enfin, l’électricité sera solaire. Oceanix city serait amarrée à moins de 2 km de la côte et les modules pourront être remorqués en cas de catastrophe. Plus d’infos

Le peuple fribourgeois a plébiscité la politique foncière active du canton, un objet soumis au référendum financier obligatoire.
Les Fribourgeoises et les Fribourgeois devaient se prononcer sur le décret relatif au transfert de propriété et à l’octroi d’une dotation en capital en faveur de l’Etablissement cantonal de promotion foncière (ECPF). L’objet n’a suscité aucune opposition digne de ce nom, tous les partis l’ayant soutenu. Technique, le dossier était porté par le président de l’exécutif cantonal Olivier Curty (économie) ainsi que par deux de ses six collègues, Didier Castella (agriculture) et Jean-François Steiert (infrastructures). L’objet sur lequel le peuple fribourgeois s’est prononcé dimanche comportait deux chapitres. D’abord, un transfert qui consiste en un changement de propriétaire, de l’Etat à l’Etablissement cantonal de promotion foncière (ECPF), pour les sites Elanco et Tetra Pak, acquis via le Fonds de promotion foncière active (Fonds PFA). Sont concernés : AgriCo, à St-Aubin, La Maillarde, à Romont, et Pré-aux-Moines, à Marly. Plus d’infos

L’Association de soutien à l’initiative paysage écrit : La Commission de l’environnement du Conseil des Etats (CEATE-E) a adopté mercredi le projet de révision de la loi sur l’aménagement du territoire concernant la construction hors des zones à bâtir. Dans une première évaluation, l’association de soutien de l’Initiative paysage salue les améliorations proposées, notamment la mise en œuvre de l’objectif de stabilisation par le biais des plans directeurs cantonaux. Elle émet toutefois de grandes réserves quant aux exceptions supplémentaires pour la construction hors des zones à bâtir, telles qu’elles semblent être souhaitées par des minorités de la commission.
La proposition de la majorité de la commission prévoit de stabiliser le nombre de bâtiments dans les zones non constructibles. La CEATE-E reprend ainsi, sous une forme atténuée, l’une des principales préoccupations de l’Initiative paysage. Avec le nouveau mécanisme de mise en œuvre via les plans directeurs cantonaux, des améliorations décisives ont été apportées par rapport à la première proposition de la commission mise en consultation il y a un an. Du point de vue de l’Initiative paysage, la mise en œuvre via les plans directeurs cantonaux est le facteur décisif pour atteindre l’objectif de stabilisation. Plus d’infos

La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie (CEATE-E) du Conseil des États s’est penchée sur le projet présenté par le Conseil fédéral et en a retravaillé plusieurs points importants (18.077). Elle a inscrit dans la loi plusieurs dispositions prévoyant la stabilisation du nombre de bâtiments en territoire non constructible et de l’imperméabilisation des sols (art. 1). Elle a également intégré une prime de démolition visant à inciter les propriétaires à détruire les constructions implantées hors des zones à bâtir (art. 5) et renforcé, pour assurer la mise en œuvre de cette mesure, les exigences concernant les plans directeurs des cantons. Par ailleurs, les cantons doivent élaborer un concept global permettant d’atteindre les objectifs de stabilisation (art. 8d). Ils peuvent en outre désigner dans leur plan directeur, au sein des régions de montagne, des zones spéciales dans lesquelles des utilisations non imposées par leur destination sont admissibles hors zone à bâtir (art. 8c et 18bis). La délimitation de telles zones est cependant soumise à certaines conditions : elle doit contribuer à améliorer la situation globale dans le territoire en question et doit s’accompagner de mesures de compensation et d’amélioration appropriées. Enfin, une disposition habilite le Conseil fédéral à régler les modalités de démolition et de reconstruction des exploitations touristiques hors des zones à bâtir ainsi que leur agrandissement modéré (art. 37a). Plus d’infos

EspaceSuisse écrit : Les cantons sont tenus de veiller à ce que les avantages majeurs en matière d’aménagement du territoire soient équitablement compensés en cas de changement d’affectation ou d’augmentation des possibilités de construire. C’est la conclusion à laquelle est parvenu le Tribunal fédéral dans un arrêt attendu depuis longtemps.
Dans son arrêt, le Tribunal fédéral s’est penché en détail sur le mandat fédéral de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) concernant la compensation de la plus-value. De manière claire, il a considéré que les cantons et les communes sont tenus de mettre en œuvre le mandat législatif général selon lequel les cantons doivent «tenir compte équitablement des avantages et des inconvénients majeurs qui résultent de mesures d’aménagement» (art. 5 al. 1 LAT). Ce mandat inclut les changements d’affectation et les augmentations des possibilités de construire. Plus d’infos

Le bulletin 02/2022 traite entre autres des sujets suivants :

  • Le Conseil national veur prendre position sur les plans sectoriels
  • Château-d’Oex/VD : paysages comme atout positif pour les séniors
  • 17èem Concours Européen pour le renouveau villageois
  • Fret transalpin : la plus forte part ferroviaire depuis 30 ans

Plus d’infos

Le DDPS a ouvert les procédures de consultation et de participation en lien avec la fiche de coordination Mitholz du plan sectoriel militaire. Cette dernière constituera la base légale pour la planification de l’évacuation de l’ancien dépôt de munitions. La population peut s’exprimer sur le projet jusqu’au 1er juin 2022. Les cantons de Berne et du Valais ont jusqu’au 17 août 2022 pour prendre position, avec la participation des communes concernées. Plus d’infos

Berne, 16.03.2022 – S’appuyant sur la décision budgétaire du Parlement, la Confédération investira cette année près de 2,7 milliards de francs dans la construction, l’aménagement, l’entretien et l’exploitation du réseau des routes nationales. Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a adopté le « programme 2022 pour les routes nationales en service » ainsi que le « programme de construction 2022 pour l’achèvement du réseau ». Plus d’infos

La Suisse et la Principauté du Liechtenstein organisent cette année la sixième édition du concours international d’architecture Constructive Alps. Sur les 237 projets soumis, le jury en a présélectionné 31 qui sont autant d’exemples d’une remarquable mise en œuvre de la rénovation et de la construction respectueuses du climat dans les Alpes. Plus d’infos

20 minutes écrit : Un gros projet de réaménagement le long de la plaine de Plainpalais prévoit la suppression des places de parc au profit d’espaces piétons plus grands et de divers végétaux.
L’avenue du Mail va faire l’objet de travaux de réaménagement, dont le début est envisagé en mars 2023.
Les places de stationnement pour voitures seront supprimées et laisseront plus de place aux piétons.
La très bétonnée avenue du Mail va changer d’apparence. La Ville de Genève a annoncé jeudi un projet de réaménagement « d’envergure », qui fera la part belle à la végétation et à la mobilité douce. Le Département de l’aménagement, des constructions et de la mobilité compte en effet proposer un concept de « trottoir-jardin », soit un espace riche en plantes, avec des arbres de différentes tailles, des arbustes variés, une végétation basse, des fleurs, ainsi que du mobilier urbain tel que bancs, fontaines, stationnements pour vélos et abribus. Plus d’infos

20minutes écrit : L’Office cantonal de la statistique estime que la population du bout du lac croîtra de 72’000 à 151’000 unités au cours des trente prochaines années.
La population genevoise va continuer à augmenter jusqu’en 2050, a communiqué ce lundi l’Office cantonal de la statistique. Selon ses projections démographiques, entre 72’000 et 151’000 nouveaux habitants sont attendus au bout du lac à cet horizon, soit une hausse de 14% à 30%. D’après le scénario moyen, le seuil des 600’000 habitants sera atteint en 2044. Au plus tôt, cela devrait arriver en 2038, au plus tard en 2050. Cet essor dépendra surtout du niveau de l’immigration, relève l’Ocstat – qui observe que les personnes arrivant dans le canton étant en général plutôt jeunes, ce mouvement contribuera au rajeunissement de la population et à la hausse du niveau de fécondité. Plus d’infos

Lausanne veut poursuivre la piétonnisation de son centre-ville, inscrite au programme de législature 2021-2026. La Ville prévoit un budget de 12 millions de francs répartis entre quelque 80 projets misant sur la convivialité et l’adaptation au dérèglement climatique. Plus d’infos

La Municipalité lance un concours d’idées, dans le cadre de la requalification des places de l’Europe et Centrale. Urbanistes, architectes-paysagistes, architectes, expertes et experts en mobilité, les participantes et participants auront le même objectif : révéler les potentiels de ces deux espaces publics du centre-ville dont le visage va changer avec l’arrivée du tram et du m3. Appelées à jouer un rôle majeur dans l’armature des espaces publics du centre-ville, la place de l’Europe et la place Centrale font l’objet de fortes attentes de la part de la population et méritent que l’on questionne en profondeur leurs formes, leurs fonctions et leurs usages. Pour cette raison, la Municipalité ambitionne d’élaborer un projet fédérateur pour le réaménagement de ces espaces publics en capitalisant à la fois sur la créativité et l’expertise des professionnelles et professionnels du domaine mais également en s’appuyant sur les besoins et les attentes de la population. Comme le souligne Madame Florence Germond, conseillère municipale en charge de la mobilité et de l’aménagement des espaces publics, « ces places sont amenées à accueillir une interface majeure de transports publics et nous souhaitons également qu’elles deviennent des lieux de vie où les gens ont du plaisir à passer et même à s’arrêter un moment ». Plus d’infos

Le Cercle Bruit Suisse et la haute école zurichoise des sciences appliquées ZHAW ont lancé un nouveau site web (en allemand). Cet outil de travail complet propose des informations et de bons exemples en matière de protection contre le bruit, tant au niveau de la planification que de la construction. Plus d’infos

L’ASLOCA écrit : Une étude actuelle montre l’énorme redistribution qui existe dans le marché immobilier locatif : bien que les loyers auraient dû baisser en raison de l’évolution des principaux facteurs de coûts, ils ont fortement augmenté. Cette évolution mène, entre 2006 et 2021, à une redistribution allant des parties locataires aux parties bailleresses d’un total de 78 milliards de francs. Seulement pour l’année 2021, cela représente 10 milliards de francs. Un ménage locataire a ainsi payé en moyenne 370 francs par mois en trop, ou 26% du loyer. Le Conseil fédéral et le Parlement doivent maintenant agir. L’Association suisse des locataires (ASLOCA Suisse) demande un contrôle effectif des loyers. Plus d’infos

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les effets de la crise climatique sont plus importants que prévu : les glaciers fondent dans les Alpes, les chutes de pierres et les périodes de sécheresse sont plus fréquentes. Comment la situation va-t-elle évoluer dans les Alpes ? Et comment y faire face ?
Fin février, le GIEC a publié la deuxième partie de son sixième rapport d’évaluation sur les conséquences de la crise climatique et sur les stratégies d’adaptation possibles. Le message est clair : sans écosystèmes en bonne santé, la crise climatique ne pourra pas être stoppée, car ils jouent un rôle essentiel dans le stockage du CO2. Un chapitre supplémentaire du rapport du GIEC est consacré aux conséquences de la crise climatique dans les régions de montagne.
Les vagues de chaleur plus longues et plus fortes font de la haute montagne une destination privilégiée pour les vacances. De manière générale, le potentiel du tourisme estival augmente, tandis que l’enneigement de plus en plus aléatoire a un impact négatif sur le tourisme hivernal. L’escalade, l’alpinisme et la randonnée deviennent plus risqués en été sur certains itinéraires. Par ailleurs, la recrudescence des vagues de chaleur et des incendies en Europe perturbe de nombreux processus écologiques.
Dans toutes les Alpes, l’agriculture est également touchée par les fortes pluies ou les périodes de sécheresse prolongées. L’augmentation des épisodes de sécheresse et le recul des eaux de fonte renforcent la concurrence entre des secteurs tels que l’énergie hydraulique, l’agriculture et le tourisme. Après des hivers peu pluvieux, ce phénomène est déjà marqué dans les Alpes italiennes. Pour répondre à la demande croissante en eau, le rapport du GIEC appelle à une gestion de l’eau transparente, socialement et écologiquement équitable. De même, les stratégies de réutilisation de l’eau jouent un rôle de plus en plus important.
Les régions de montagne sont un point chaud de biodiversité, et nous fournissent des services écosystémiques. Elles jouent par conséquent un rôle décisif dans la lutte contre la crise climatique. Les ressources alpines sont indépendantes des frontières nationales. La coopération transnationale est donc capitale pour faire avancer l’adaptation au changement climatique. Des plateformes telles que le Comité consultatif sur le climat alpin (ACB) et le Plan d’action climat de la Convention alpine peuvent accélérer ce processus. Plus d’infos

Coûts de construction élevés, installations sportives inutilisées, grands projets néfastes pour l’environnement : les critiques autour de l’organisation des Jeux olympiques 2026 à Milan et Cortina en Italie ne désarment pas. Nous devons nous demander si de tels événements sportifs ont encore leur place dans les Alpes, déclare Vanda Bonardo, présidente de CIPRA Italie.
Une nouvelle piste de bobsleigh sera construite à Cortina pour les Jeux olympiques de 2026. Son coût est chiffré à 61 millions d’euros, mais ce montant sera certainement dépassé. Les grands équipements tels que les pistes de bobsleigh ou les tremplins de saut à ski sont certes indispensables aux compétitions, mais la plupart du temps abandonnés après les Jeux. Ce qui est d’ailleurs normal, car ces sports ne sont pratiqués que par un très petit nombre de personnes. Or, bien que le CIO recommande d’utiliser les installations existantes, les institutions régionales et locales veulent à tout prix construire de nouvelles installations.
Les Jeux olympiques engendrent aussi d’autres problèmes. Les autorités locales y voient une belle occasion de sortir des tiroirs des projets de toutes sortes. Il s’agit en général de nouveaux projets d’infrastructures routières qui ont rarement une utilité réelle pour les communes. Mais cela ne s’arrête pas là : la région de Vénétie a récemment commandé une étude de faisabilité pour la construction de liaisons inter-stations entre les domaines skiables de Cortina, Civetta et Alta Badia. Ces projets auraient un impact environnemental extrêmement élevé dans des zones de grande valeur naturelle. Présentés – à tort – comme une forme de mobilité durable et qualifiés de « connectés », ils ne sont par ailleurs absolument pas adaptés aux Jeux. Plus d’infos

L’OFS écrit : En 2020, 1,4 million de ménages, soit 36% des ménages privés suisses, étaient propriétaires de leur logement. Un peu plus de la moitié d’entre eux occupaient une maison individuelle. Dans 35% des cas, les maisons individuelles — qu’elles soient louées ou en propriété — étaient occupées par des couples avec enfant(s) et dans 29% des cas par des couples sans enfant. Une maison individuelle sur dix était occupée par une personne seule. Par ailleurs, 2,3 millions de ménages louaient leur logement pour un montant mensuel moyen de 1373 francs. Dans près de 90% des cas, le loyer mensuel était inférieur à 2000 francs. En 2021, près de la moitié des logements loués (47%) étaient la propriété de particuliers. C’était le cas de 44% des logements loués d’une ou deux pièces et de plus de 60% de ceux de cinq pièces ou plus. Deux tiers (66%) des logements construits avant 1946 appartenaient à des particuliers, contre un tiers seulement (35%) de ceux construits après l’an 2000. Plus d’infos

Interview du Fonds national de recherche. Dix minutes entre le logement, le travail et les loisirs. L’architecte et économiste Sibylle Wälty estime que ce serait la densité urbaine idéale. Samuel Schläfli, Docteure en architecture et économiste en immobilier, Sibylle Wälty enseigne et mène des recherches sur l’utilisation mesurée du sol dans les surfaces bâties à l’ETH Wohnforum – ETH CASE de Zurich.
La campagne signifie beaucoup de trafic individuel motorisé, dû aux longs trajets pour se rendre au travail, pour les tâches quotidiennes et les loisirs. Tandis que la ville équivaut à une haute densité d’utilisation et donc à la possibilité d’effectuer toutes les activités importantes dans un rayon de dix minutes à pied…. Mais le développement des centres-villes refoule les habitantes et habitants vers les agglomérations ou encore plus loin dans la périphérie. Il faudrait au contraire créer davantage de logements dans les villes. Le résultat a été une croissance débridée du trafic au cours des vingt dernières années. Nous sommes encore bien loin d’un cadre sain et dense, où on peut atteindre le lieu de travail et les infrastructures d’approvisionnement et de loisir à pied ou à vélo.
… Dans ma thèse, j’ai développé deux critères permettant de satisfaire au principe d’utilisation mesurée du sol inscrit dans la loi. Premièrement, il faut que 10 000 personnes au moins vivent dans un rayon de 500 mètres autour d’un nœud de transports publics. Deuxièmement : dans ce périmètre, le rapport entre habitants et personnes travaillant à temps complet doit être de 2 pour 1. Cela permet d’assurer une distance moyenne de dix minutes à pied entre domicile, travail et loisirs. Plus d’infos

Le Fonds national de recherche écrit : En Suisse, on évoque volontiers une opposition entre les modes de vie urbain et conservateur. Mais qu’en est-il en réalité ? Jürg Steiner.
Depuis les années 1990, elle fait régulièrement surface :  l’opposition ville–campagne. De préférence, les dimanches de votation. « Le fossé ne cesse de s’élargir », déclarait dans les médias Michael Hermann à la mi-juin 2021 après le rejet par le souverain suisse de la loi sur le CO2. Le directeur général de l’institut de recherche Sotomo relevait que les grandes villes avaient clairement approuvé le projet alors que les campagnes s’y étaient en majorité opposées : un schéma typique pour des résultats de vote serrés au cours des trente dernières années.
David Kaufmann, professeur assistant en développement territorial et en politique urbaine et responsable adjoint du Réseau ville et paysage à l’ETH Zurich, distingue un élément caractéristique : la Suisse est « largement urbanisée, mais pas de manière très intensive ». Il n’y a pas de métropoles géantes, mais «de nombreux processus ponctuels d’urbanisation qui peuvent être intensifs aussi bien dans les centres que dans les agglomérations ». David Kaufmann étudie l’acceptation de la densification. Les fréquentes résistances à celle-ci dans la population exprimeraient-elles une volonté de conserver un aspect villageois en ville ? C’est plutôt lié à un scepticisme général contre la transformation du bâti, dit le chercheur. Une situation complexe : les effets positifs de la densification – diminution du mitage – n’apparaissent qu’à long terme et à grande échelle alors que les changements architecturaux touchent les résidents d’un lieu directement et à court terme. Plus d’infos

20minutes écrit : Huit éoliennes s’élèveront ainsi dans les forêts du Jorat, en 2026. Le Tribunal fédéral a validé le plan partiel d’affection voté par le Conseil communal lausannois en 2015. Plus d’infos

Comment « habiter » aujourd’hui sans compromettre le destin des générations futures? Face aux multiples défis auxquels le monde est confronté – changement climatique, épuisement des ressources naturelles, déclin de la biodiversité, vieillissement démographique, etc. -, nos lieux de vie sont amenés à se réinventer. Un ouvrage succinct mais dense, basé sur de nombreux exemples suisses et étrangers, fait le point sur la question. Anne DuPasquier, spécialiste du développement durable, estime que c’est entre autres à l’échelle des quartiers qu’il faut agir, car ces portions de territoire fonctionnent comme des rouages fondamentaux du métabolisme urbain. Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Reconvertir des lieux patrimoniaux, vides ou laissés temporairement en friche, permet, entre autres, de soutenir la culture locale. Par ce biais, les sites en question maintiennent leur essence, tout en accueillant un usage renouvelé. Cette démarche s’inscrit dans une logique propre à l’Etat de Genève, qui consiste à aborder conjointement divers aspects du territoire : patrimoine, aménagement, environnement, culture etc. Plus d’infos

Patrimoine suisse consacre son numéro 1/22 au demi-siècle du Prix Wakker. Cela offre l’occasion de dresser un panorama de l’évolution des sites et de l’urbanisation au cours des dernières décennies. Plus d’infos

Le périodique du développement territorial de la FSU Collage est consacré à la vieillesse. L’espérance de vie n’a jamais été aussi élevée, de même que la chance de pouvoir actif, en bonne santé, autonome et mobile jusqu’à un âge avancé. Le numéro met en évidence ce changement démographique et les questions que cela soulève sur le plan urbanistique. Plus d’infos

Swissolar écrit : La décarbonisation de l’économie et de la société est urgente. L’électricité devient une ressource clé dans ce contexte et la sortie du nucléaire exige de nouvelles solutions. En Suisse, l’énergie solaire fournira l’énergie en grandes quantités, de manière renouvelable, en temps réel et à moindre coût. Pour réussir cette transition, nous devons construire plus et plus vite que ne le prévoit le Conseil fédéral. En 2050, le photovoltaïque devrait fournir 45 TWh d’électricité, soit 15 fois plus qu’aujourd’hui. Swissolar a résumé dans un programme en 11 points ce qu’il faut faire pour atteindre cet objectif ambitieux. Plus d’infos

Cipra écrit : Le tourisme de masse s’est effondré dans les Alpes sous l’effet de la pandémie de COVID-19 qui s’éternise. Les chances de se tourner vers un tourisme respectueux de l’environnement et socialement équitable sont plus fortes que jamais. Mais ces chances doivent aussi être saisies, déclare Hans Weber, directeur de CIPRA Suisse. Plus d’infos

Cipra écrit : Une étude à l’échelle des Alpes analyse les répercussions économiques de la pandémie sur les régions alpines, et montre que la crise offre aussi des opportunités pour une plus grande durabilité écologique et sociale. Plus d’infos

Rue de l’Avenir écrit : Les actes de la conférence en ligne du 3 février « Ville apaisée, nouveaux visages urbains » – « Bonnes pratiques de zones à accès automobile restreint » sont disponibles en deux formats : vidéos et présentations au format PDF.
À relever deux points forts : L’entretien avec Vincent Kaufmann, professeur à l’EPFL « la ville sans voiture est possible » qui a lancé de façon magistrale la conférence en ligne et la table ronde des élu-es a réuni Elke VAN DEN BRANDT – Ministre en charge de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière de la Région Bruxelles Capitale, Frédérique PERLER – Maire de Genève, en charge de l’aménagement, des constructions et de la mobilité et Valentin LUNGENSTRASS – Adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités, de la logistique urbaine et des espaces publics.
La volonté de réduire la circulation automobile peut prendre plusieurs formes. La conférence a présenté 4 niveaux d’interventions : la ville (Gand, Oslo, Groningen), le quartier (la ZTL de Turin), les superîlots de Barcelone), la rue avec des exemples d’interventions citoyennes (Rues aux écoles) et les micro-aménagements dont le programme milanais Piazze Aperte. Plus d’infos

EspaceSuisse écrit : La Confédération avait demandé au canton de réexaminer la situation de ses petites entités urbanisées en rapport avec la loi sur l’aménagement du territoire. Le Conseil d’État a donc modifié le plan directeur en conséquence et a affecté plus de la moitié des petites entités urbanisées hors zone à bâtir. Plus d’infos

La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des États a pris connaissance des résultats de la consultation organisée sur son projet de révision partielle (2e phase) de la loi sur l’aménagement du territoire. Le fait que la commission présente un contre-projet indirect à l’initiative pour le paysage est largement salué. Plus d’infos

La Suisse et la Principauté du Liechtenstein organisent cette année la sixième édition du concours international d’architecture Constructive Alps. Sur les 237 projets soumis, le jury en a présélectionné 31 qui sont autant d’exemples d’une remarquable mise en œuvre de la rénovation et de la construction respectueuses du climat dans les Alpes. Plus d’infos

Ce dépliant donne un aperçu général des recensements de la population et des logements en 2021 dans l’UE. Il met les lecteurs au courant des nouvelles fonctionnalités du cycle de recensement de 2021 et présente des détails tels que les données collectées, comment et quand les données seront publiées et ce qui est fait pour assurer la sécurité des données. Il contient également des informations sur le Census Hub et le contexte juridique du recensement. Plus d’infos

UBS écrit : Le marché helvétique du logement a atteint sur le dernier partiel de 2021 une surévaluation qualifiée jeudi d' »historique » par les économistes d’UBS, à l’occasion de la publication périodique de l’indice de bulle immobilière compilé par la banque aux trois clés. Les experts attribuent le phénomène à un découplage persistant entre les prix des logements d’une part et loyer et les revenus des ménages de l’autre. Les acquisitions à des fins de location ont aussi contribué à l’accroissement de l’indice à 1,49 point, contre 1,42 point trois mois auparavant. Les spécialistes rappellent d’ailleurs que la Banque nationale suisse (BNS) vient de réactiver le volant anticyclique de manière à prévenir le risque accru sur le marché du logement. Les prix des logements ont renchéri de 6% sur un an, une accélération qui n’avait plus été observée depuis 2013. Les revenus des ménages ont, eux, progressé de 1,5%, tandis que l’érosion des loyers demandés s’est établie à 2,6%. Plus d’infos

Swissinfo écrit : La Suisse doit accélérer la production d’énergie solaire pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Couvrir les autoroutes de panneaux solaires semble être la solution idéale. Mais un tel projet se révèle difficile à mettre en œuvre dans le pays alpin. Plus d’infos

Le Courrier écrit : La Ville de Berne pourra fixer des règles plus contraignantes lors de locations de logements de vacances et d’appartements de vacances dans la vieille ville. Les autorités municipales veulent éviter des abus lors de locations aux touristes et aux hommes d’affaire de passages. Plus d’infos

Rjb écrit : La population a dit oui à un crédit d’un peu plus de 12 millions de francs. Ce terrain de 12’074 m2 se situe aux Champs-de-Boujean. Le terrain se trouve le long d’une zone mixte et borde directement une zone d’utilité publique. Pour les autorités cet achat a aussi un aspect stratégique. Elle s’assure ainsi des réserves de terrains afin de disposer, à l’avenir également, de parcelles constructibles pour répondre aux besoins de logements ou de surfaces à octroyer en droit de superficie. Elle se laisse ainsi également la possibilité de réaliser des échanges. Plus d’infos

msn écrit : Les Genevois ont plébiscité le monopole cantonal sur les réseaux thermiques structurants. Par 79,25% de « oui », ils ont accepté d’inscrire ce principe dans leur constitution. Le déploiement et l’exploitation des réseaux thermiques sont nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques cantonaux, avait plaidé le gouvernement. Ce monopole revient aux Services industriels de Genève (SIG) en vertu d’une loi adoptée par le Grand Conseil et qui vise à développer de façon coordonnée l’énergie thermique. Un monopole cantonal dans l’approvisionnement et la distribution d’eau et d’électricité figure déjà dans la constitution genevoise. Il est ainsi étendu à l’énergie thermique. Dans le même ordre d’idée, les réseaux thermiques structurants sont d’utilité publique. Le monopole doit permettre d’accélérer leur déploiement. Plus d’infos

Afin de diminuer les nuisances sonores induites par le trafic motorisé, la limite de vitesse sera abaissée sur quelque 300 routes. Un hypercentre, des quartiers et des localités limitées à 30 km/h, ainsi qu’une vitesse réduite de nuit sur une large partie du territoire, dès fin 2022. Une obligation légale, a relevé le Conseil d’Etat, mais également la volonté de soulager quelque 70’000 personnes, sur les 120’000 exposées à des valeurs trop élevées, qui « pourrissent la qualité de vie » et sont délétères pour la santé. En valeurs absolues, Genève est le troisième canton le plus touché par les nuisances sonores liées au bruit. Plus d’infos

La Liberté écrit : Le télétravail n’a pas vidé les bureaux en Suisse, même si la majorité des salariés sont incités à rester à la maison. Les experts de Credit Suisse estiment que le télétravail sera responsable d’une réduction de 5% de l’occupation de l’immobilier de travail à court terme, la demande devrait pourtant reprendre ces 2 ans à venir, sous l’impulsion du numérique. Seule la Suisse italienne se démarque de cette tendance. A Lugano les analystes prévoient à court terme une baisse de 23% et à Mendrisio une contraction de 29% de la demande en espaces de bureaux. Plus d’infos

24 heures écrit : Les députés ont voté près de 55 millions pour dédoubler la capacité du M2 et étudier une ligne en direction de la Blécherette (M3). Le Grand Conseil a accepté à l’unanimité quatre décrets permettant le développement du réseau de métros. De gauche à droite, les députés ont souligné la nécessité d’augmenter la capacité des transports publics. Plus d’infos

La ministre de l’environnement Simonetta Sommaruga va soumettre « prochainement » au Conseil fédéral un projet visant à accélérer l’autorisation d’installations produisant de l’électricité avec des énergies renouvelables. « Pour les installations hydroélectriques et éoliennes importantes, il ne doit y avoir qu’une procédure d’autorisation. Les recours contre de telles installations doivent rester possibles, mais une seule fois et non pas à chaque étape de la procédure ». Plus d’infos

Le Conseil fédéral a actualisé la partie Infrastructure rail (SIS) du plan sectoriel des transports. Il y a intégré différents projets de l’étape d’aménagement 2035 pour l’infrastructure ferroviaire ainsi que les nouveaux ateliers CFF à Arbedo-Castione. La partie conceptionnelle du SIS a été adaptée à la partie Programme du plan sectoriel des transports, révisée récemment. Plus d’infos

Les cantons se félicitent que tous les participants à la table ronde reconnaissent l’importance de l’énergie hydraulique. Le développement de l’énergie hydraulique d’accumulation est primordial, en particulier pour les mois d’hiver. Il s’agit désormais d’approfondir et de faire avancer rapidement des projets concrets dans ce domaine. Le Parlement est en outre appelé à saisir la balle au vol et à inscrire des mesures de soutien supplémentaires à l’énergie hydraulique d’accumulation dans la loi révisée sur l’approvisionnement en électricité dans le cadre des traitements relatifs à l’acte modificateur. Plus d’infos

La Suisse préside actuellement la Convention alpine et le Processus de Zurich. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga souhaite profiter de cette double présidence pour rendre, avec le concours des autres pays alpins, les transports de marchandises, de voyageurs et touristiques plus respectueux du climat. Une vidéoconférence a eu lieu aujourd’hui dans ce but. Les ministres de l’environnement et des transports des pays alpins se sont mis d’accord pour élaborer un plan d’action d’ici à la prochaine conférence qui aura lieu cet automne à Brigue. Plus d’infos

La Suisse entend mettre en œuvre l’Agenda 2030 et atteindre ses 17 objectifs de développement durable. La Stratégie pour le développement durable 2030 de la Confédération est un instrument clé pour y parvenir. La dernière édition de la revue « Forum du développement territorial » explique à l’aide d’exemples comment les différents niveaux étatiques, l’économie et la société civile s’engagent en faveur de ces objectifs. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a approuvé la deuxième série de fiches de coordination sur la base de la partie programme du plan sectoriel militaire (PSM) de décembre 2017. Cette série porte sur huit emplacements militaires. Les fiches fixent les conditions d’utilisation et le périmètre des emplacements concernés. Elles ont un caractère contraignant pour les autorités fédérales, cantonales et communales. Plus d’infos

L’Office fédéral de la culture (OFC) et l’Office fédéral du développement territorial (ARE) ont élaboré, en collaboration avec un groupe de travail représentatif, des recommandations sur la prise en compte de l’Inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse (ISOS) lors de travaux d’aménagement du territoire. Ces recommandations se basent sur une enquête réalisée dans six villes et communes de Suisse. L’analyse de cas concrets a montré que des lacunes dans l’application des procédures d’aménagement, des erreurs dans l’utilisation de l’inventaire et une pesée des intérêts inappropriée peuvent compromettre la prise en compte et l’acceptation de l’ISOS. Lorsqu’il est correctement appliqué, l’ISOS représente une chance de parvenir à un développement vers l’intérieur de qualité et il apporte ainsi une contribution importante à la qualité de la culture du bâti en Suisse. Plus d’infos

solidaritéS écrit : Alors que les signes du cataclysme climatique n’ont jamais été aussi clairs qu’en 2021, tous les recours contre le projet d’autoroute Thonon-Machilly des autorités genevoises ont été rejetés fin décembre, alors que cette autoroute se situe à proximité de Genève et aura une grande influence sur le trafic dans le canton. Seule une forte mobilisation pourrait désormais arrêter la construction de 16,5 km censés désenclaver le Chablais selon le Département de la Haute-Savoie, longeant le RER Léman Express inauguré il y a 2 ans. Plus d’infos

La RTS écrit : La récolte des signatures pour l’initiative populaire vaudoise « Sauvons le Mormont », portée par la gauche et plusieurs associations, débutera sous peu. Le Mormont, dont le sommet est classé à l’Inventaire Fédéral des Paysages, fait partie du patrimoine vaudois par son importance géologique, naturelle, mais aussi historique et paysagère. Utilisé depuis les années 1950 comme carrière par le cimentier Holcim près d’Eclépens (VD), la colline a été affectée par les extensions successives de cette exploitation. Il devient donc urgent de protéger ce qui peut encore l’être, estiment les partisans de initiative. Cette dernière veut inscrire dans la Constitution vaudoise la protection de cette colline et le soutien aux alternatives au béton. Plus d’infos

20minutes écrit : Coup de pédale pour la mobilité douce au bout du lac. Le Conseil d’Etat a adopté mercredi deux projets de loi pour favoriser le report modal et le développement des transports durables, en vue d’atteindre les objectifs du Plan climat 2030. Celui-ci vise une diminution de 40% du trafic individuel motorisé et un seuil de 40% de véhicules électriques. Le premier projet concerne le développement du réseau cyclable. S’il en existe déjà un aujourd’hui, qui n’est pas toujours en continu, l’Exécutif veut aller plus loin. En plus des Voies vertes et des pénétrantes, il s’agirait de créer douze axes forts pour les vélos, destinés à relier les différents pôles du canton. Ces axes seraient destinés uniquement aux cyclistes, avec un aménagement en site propre et des gabarits « confortables ». Cela permettrait notamment aux pendulaires de circuler rapidement et de manière sécurisée. Une enveloppe destinée à des études d’un montant d’un peu plus de 20 millions de francs sera soumise au Grand Conseil. Ces études correspondent à un investissement global de 150 millions au cours des dix prochaines années. Plus d’infos

rfj écrit : L’opposition ne faiblit pas face au projet de tunnel routier pour contourner le village de Douanne-Daucher. Le comité « N5 Lac de Bienne – pas comme ça » va déposer un recours contre la décision du Conseil municipal d’invalider son initiative. Le texte demandait notamment de revoir la planification du tunnel, de faire passer le tronçon à 60km/h et de l’interdire aux camions. En discussion depuis de nombreuses années, ce tunnel doit permettre de délester la commune du bord du lac de Bienne du trafic de transit. L’ouvrage serait construit en prolongement du tunnel de Gléresse déjà existant. Pour les opposants, le projet est surdimensionné et devrait être revu à la baisse. Plus d’infos

Un modèle visionnaire pour davantage de durabilité. Patrimoine suisse distingue la commune de Meyrin en lui décernant le Prix Wakker 2022. Cette commune de l’agglomération genevoise montre de manière exemplaire comment, par le dialogue, faire de la diversité un atout. Elle est parvenue à concilier les aspirations des Humains avec les exigences de la nature et à créer une culture du bâti de qualité apportant pour tous davantage de biodiversité. Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Faire confiance aux Kogis, un peuple de ka Sierra Nevada (Colombie) pour réaliser un « diagnostic de santé territorial » du bassin genevois » peut sembler insolite. Pourtant, la convergence de deux modes de connaissance, la vision holistique et l’approche analytique,  est une richesse qui mérite d’être exploitée. Plus d’infos

rtn écrit : Il faut augmenter la cadence des trains entre La Chaux-de-Fonds, Morteau et Besançon. C’est en résumé la demande faite dernièrement à Valdahon par des représentants de six communes ou territoires de la zone frontalière. Ils ont signé une résolution pour la promotion de cette desserte ferroviaire aussi appelée ligne des horlogers. Les travaux de réfection sont sur le point de se terminer, avec à la clé notamment un gain de temps de 15 minutes sur le parcours. Et les places assises seront d’ailleurs également doublées Mais le document relève surtout le potentiel de la ligne, en termes économiques et touristiques, que ce soit côté français uniquement, mais aussi dans une vision transfrontalière. Grand Besançon Métropole, la Communauté de communes du Val de Morteau, La Communauté des communes des Portes du Haut-Doubs, la Communauté de communes Loue Lison, l’Agglomération urbaine du Doubs et les Villes du Locle de La Chaux-de-Fonds appellent à une amélioration de l’offre, qui passe aussi par le matériel roulant. Des pistes existent pour changer les automotrices actuelles à moteur thermique. Plus d’infos

Un sondage de l’Association suisse des locataires (ASLOCA) mené dans toute la Suisse, montre que plus de 70% des locataires ont ou ont eu un problème dans leur relation de bail. Trois quarts ont eu des difficultés à trouver un logement adéquat et abordable. Le déséquilibre des forces entre les parties locataires et bailleresses mène à ce que les locataires ne se défendent souvent pas, même lorsqu’ils ou elles en ont la possibilité légale. Les personnes interrogées souhaitent très majoritairement des règles efficaces pour contrer la hausse des loyers et une meilleure protection des locataires. Plus d’infos

EspaceSuisse écrit : La compensation des plus-values résultant des mesures d’aménagement est un sujet de débat récurrent. Fin 2020, elle se trouvait au cœur d’une nouvelle affaire portée devant le Tribunal fédéral, dans le cadre de laquelle celui-ci était appelé, suite à un recours de la commune de Münchenstein BL, à se prononcer sur des questions fondamentales dans ce domaine. Plus d’infos

Le périodique d’EspaceSuisse se consacre en décembre 2021 au sujets suivants :
Planifier en jouant : Comment utiliser le potentiel ludique de l’urbanisme pour rendre cette tâche plus facile et plus attrayante ?
Principe de séparation : Pas de délai de prescription pour les constructions illicites hors zone à bâtir.
La Conférence des aménagistes cantonaux : même après 50 ans, la COSAC a toute sa raison d’être.
Delémont a investi dans la protection contre les crues et fait, ainsi, d’une pierre plusieurs coups.
Participation : Villes et communes doivent œuvrer ensemble pour la protection du climat.
La construction d’un grand magasin de meubles doit être coordonnée dans le plan directeur. Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Le fief genevois des chevaliers de l’Ordre de Malte, à Bardonnex, est enfin fixé sur son destin architectural après une discussion menée depuis 2009. Les autorités cantonales ont pris leur décision. Les autorités genevoises, qui ont décidé de préserver le centre historique de Compesières (commanderie-mairie, église catholique, école), ont également veillé à définir toutes les modalités de ses évolutions territoriales futures. À Compesières, la commune s’était opposée à l’inscription dans l’inventaire ISOS et la réduction du périmètre du plan de site demandée par le Grand Conseil fera perdre sa valeur nationale lors de la prochaine révision de l’ISOS. Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit :  Une longueur d’un kilomètre, une hauteur qui varie entre 12 et 18 étages et un total de 84 allées pour 2780 appartements : les chiffres de la Cité du Lignon construite entre 1963 er 1971 donnent le tournis. Une mise en conformité des normes, notamment énergétiques, s’est imposée au début des années 2000. Le fruit d’un long processus qui s’est déroulé en plusieurs étapes entre 2012 et 2021, comme l’indique Jean-Paul Jaccaud, fondateur et partenaire du bureau d’architecture genevois: «Outre les nombreuses autorisations nécessaires et la mise en œuvre de stratégies à très grande échelle, la transformation des nombreux espaces privés et communs a pris du temps. » Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Où et comment construire à Genève de nouveaux logements, développer des emplois, tout en garantissant un nombre suffisant d’espaces verts et d’équipements publics ? Des défis auxquels sont confrontés quotidiennement le département du territoire et l’office de l’urbanisme de notre canton. Lorsqu’on y ajoute les questions de valorisation du patrimoine et du paysage, de mobilité et de protection de l’environnement, cela relève franchement du casse-tête. A Genève, la révision du Plan directeur cantonal est en cours et la Feuille de route qui vient d’être rendue publique en trace les grandes lignes. Plus d’infos

Forum, la revue des Professionnelles en Environnement, consacre son bulletin 4/21 au sujet du sol, au mystère sous nos pieds, au mauvais traitement dont ils font l’objet, comment il résonne, la perception des cantons de la cartographie des sols, les métiers du sol, les traces climatiques etc. Plus d’infos

La photographe Christiane Yvelin a arpenté le massif jurassien pendant quinze ans. Elle publie un livre de photographies en noir et blanc consacrés aux murs en pierres sèches, de La Dôle à Saint-Brais. Les images illustrent la variété de ces infrastructures : murs de séparation, murs de bordure, murs de soutènement, murs d’enclos, fortifications, puits, citernes, bassin de rétention, etc. Elles mettent en exergue l’impact de ce procédé si singulier qu’est la construction en pierres sèches sur le territoire. Patrimoine en héritage : Murs en pierres sèches dans le paysage jurassien. Plus d’infos

Le périodique du développement territorial de la FSU Collage consacre son numéro 6/21 au sujet de l’obsolescence et de la pérennité en matière d’urbanisme, et propose quelques points de vue croisés à différentes échelles – du territoire à l’aménagement ponctuel. Plus d’infos

Le nouveau programme annuel de la sanu (protection des sols, alimentation en eau, nature et environnement) est paru. Plus d’infos

Créer davantage d’espaces verts en milieu urbain, proches d’un état naturel et interconnectés, et permettre en même temps une meilleure qualité de vie, tels sont les objectifs du projet « Co-créer la biodiversité en milieu urbain ». Il encourage la biodiversité autour des bâtiments résidentiels et de travail ainsi que dans les espaces verts publics. La population en profite aussi, car des lieux de rencontre, des espaces de loisirs et un climat plus agréable proposant plus de nature sont créés et invitent les gens à s’émerveiller, à observer, à se détendre ou à avoir une activité physique. Plus d’infos

Le Système Davos de qualité pour la culture du bâti est un instrument qui sert à évaluer la qualité de la culture du bâti d’un lieu. L’évaluation se fonde sur huit critères : Gouvernance, Fonctionnalité, Environnement, Économie, Diversité, Contexte, Esprit du lieu et Beauté. L’Office fédéral de la culture a fait évaluer des lieux concrets à l’aide du formulaire d’évaluation du Système Davos de qualité. Ces exemples de cas ont été complétés par un bref descriptif du lieu, des photos et des plans. L’éventail des exemples donne un aperçu de la manière dont le Système Davos de qualité pour la culture du bâti peut être appliqué concrètement. En même temps, ces exemples sont une incitation à évaluer d’autres sites. Plus d’infos

Rtn écrit : Les communes du Locle, de Val-de-Ruz et de La Tène sont pionnières en matière de politique énergétique, dans le canton de Neuchâtel. Elles sont les premières à finaliser un plan communal, approuvé par le canton, pour atteindre les objectifs d’une neutralité carbone d’ici 2050. Plus d’infos

Le projet de fusion pour former un Grand Fribourg à 75’000 habitants a du plomb dans l’aile. Rejeté par six des neuf communes impliquées, il vient d’être enterré par l’Assemblée constitutive. Mais le Conseil d’Etat parle toujours de créer un centre cantonal fort. Plus d’infos

Malgré les succès incontestés de la lutte contre le bruit en Suisse au cours des dernières décennies, de nombreuses personnes sont encore exposées à un bruit nuisible ou incommodant dans notre pays. Les bases scientifiques des valeurs limites actuellement en vigueur pour le bruit lié au trafic (routier, ferroviaire et aérien) étant obsolètes, la Commission fédérale pour la lutte contre le bruit (CFLB) présente dans son rapport « Valeurs limites pour le bruit du trafic routier, ferroviaire et aérien » des recommandations en vue d’adapter ces valeurs limites. Pour le bruit routier, la CFLB recommande, dans les zones uniquement dédiées à l’habitat (degré de sensibilité II), une valeur limite d’immissions de jour similaire à la réglementation actuelle. Pendant la nuit, la valeur limite doit être plus sévère d’environ 3 dB. En ce qui concerne le bruit lié au trafic ferroviaire, il est recommandé d’évaluer plus sévèrement aussi bien la période diurne que la période nocturne. Du point de vue de la santé, la valeur limite d’immissions devrait être plus sévère de 6 dB le jour et de 2 dB la nuit dans les zones exclusivement résidentielles. Selon la recommandation de la CFLB, le bruit du trafic aérien devrait être évalué plus sévèrement que jusqu’à présent, tant le jour que la nuit, concrètement de 6 dB le jour, ou – selon l’heure de la nuit – de 1 à 3 dB la nuit. Plus d’infos

Le canton du Jura a révisé son plan directeur pour soutenir la production d’énergie éolienne et a désigné cinq nouveaux secteurs propices à l’éolien. Il apporte ainsi une contribution importante à la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. Le Conseil fédéral a approuvé les modifications concernant l’énergie éolienne du plan directeur du canton du Jura. Avec cette approbation, le canton est invité à initier dans les meilleurs délais la planification du projet-modèle cantonal de la Haute Borne. Plus d’infos

L’utilisation de petits véhicules électriques et de vélos-cargo pour le transport de marchandises est en plein essor. Cette évolution se traduit par une occupation accrue de l’espace routier dans les zones urbaines. Le Conseil fédéral considère qu’à l’avenir, les aires de circulation en milieu urbain devront être davantage réservées à la mobilité douce. C’est ce qui ressort d’un rapport établi en réponse aux postulats 18.4291 (Burkart) et 15.4038 (Candinas). Les principes applicables aux prochaines étapes y sont définis. Plus d’infos

Le volume des transports continuera à augmenter, comme le montrent les Perspectives d’évolution du transport 2050 du DETEC. Mais la croissance du transport sera moins forte que celle de la population. Selon le scénario principal « Base » de ces perspectives, les prestations de transport du trafic voyageurs (en voyageurs-kilomètres) n’augmenteront que de 11 pour cent d’ici 2050 par rapport à l’année de référence 2017, contre 21 pour cent de plus pour la population dans ce même intervalle. Plus d’infos

La gestion de l’espace de stationnement doit canaliser la croissance du trafic sans faire augmenter le trafic induit par la recherche d’une place de parc. En outre, il faut réduire la surface utilisée pour le stationnement dans les espaces urbains en réglementant l’occupation des places de parc privées et publiques afin d’empêcher l’utilisation de places situées dans l’espace public à d’autres fins que le stationnement. En optimisant le système global de transport, la gestion de l’espace de stationnement peut aussi influencer le comportement en matière de mobilité, dans le sens d’un report vers les transports publics, la marche ou le vélo au moment de choisir le mode de transport. Les conditions générales et les facteurs pouvant favoriser une bonne gestion de l’espace de stationnement, bien acceptée par les parties concernées, sont présentés sous les deux angles technique et légal. Plus d’infos

The Conversation écrit : L’Arabie saoudite a récemment lancé une série de grands projets, parmi lesquels « NEOM », une mégaville nouvelle dans le golfe d’Aqaba. Les médias du monde entier ont en effet commenté le clip promotionnel diffusé sur YouTube en égrainant les « innovations urbaines » portées par ce grand projet : neutralité carbone, intelligence artificielle, défis technologiques tels ces transports en commun souterrains censés permettre de parcourir 170 km en 20 min, etc. Et si l’enjeu premier n’était finalement pas la réalisation de ces mégaprojets ? Guidés par des impératifs de diversification économique post-hydrocarbures et de modernisation, dans des pays à l’urbanisation très récente, les monarques du Golfe ont multiplié les grands projets urbains pour asseoir leur autorité et se projeter dans le futur. Si cette stratégie politico-économique de développement puis de renouvellement urbain permanent s’est avérée un temps fructueuse dans la mesure où elle a fait des villes du Golfe des acteurs essentiels de la mondialisation économique, elle semble arriver aujourd’hui à saturation. Plus d’infos

Le canton de Glaris a entièrement remanié son plan directeur pour l’adapter aux exigences de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) révisée. Il y fixe son territoire d’urbanisation et donne des mandats aux communes sur le traitement à réserver aux zones à bâtir et sur le développement de l’urbanisation à l’intérieur du milieu bâti. Le Conseil fédéral a approuvé le remaniement complet du plan directeur. Plus d’infos

Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a lancé le 30 novembre 2021 la consultation sur la révision de la partie conceptuelle du plan sectoriel des lignes de transport de l’électricité (PSE). Cette partie est entrée en vigueur en 2001. Le cadre légal régissant le domaine des réseaux électriques a depuis profondément changé, de sorte que la partie conceptuelle doit aujourd’hui faire l’objet d’une refonte complète. Les autorités cantonales et la population peuvent se prononcer d’ici au 17 mars 2022 au sujet de ce projet de conception dans le cadre de la procédure de consultation et de participation. Plus d’infos

La question de la neutralité climatique des transports en Suisse était au cœur de la deuxième conférence nationale sur la mobilité. La conférence organisée le 29 novembre 2021 sur le thème « Repenser la mobilité » s’est tenue à l’invitation de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Réunissant plus de 500 participants, la conférence a démontré qu’il fallait non seulement une technologie innovante mais aussi un changement de mentalité en matière de transport de personnes et de marchandises, afin d’organiser des chaînes de déplacements sans impact sur le climat. Plus d’infos

24heures écrit : Swissquote, qui compte 600 employés dont 500 à Gland, souhaite construire un troisième bâtiment, une tour de 15 étages et 60 mètres de haut. La Municipalité de Gland ne fera pas recours contre la décision du Conseil d’État vaudois, qui a validé le référendum sur la construction de la tour de Swissquote. Une votation est prévue durant le premier trimestre 2022. En août dernier, les autorités de Gland avaient annoncé qu’il manquait quatre paraphes pour valider le scrutin (1299 au lieu des 1303 requises). Le comité référendaire a toutefois fait recours, obtenant un recomptage par le Canton. Celui-ci est ensuite arrivé à la conclusion que les 1303 signatures avaient bel et bien été obtenues. Plus d’infos

L’association pour la recherche sur la ville et l’habitat (ARVHA) a attribué le Prix Œuvre originale à Sara Martin Camara, pour son projet « La nouvelle comédie à Genève« , des agences Fres Architectes. Le prix vise à mettre en valeur les œuvres et carrières de femmes architectes afin d’inspirer les jeunes architectes. Plus d’infos

Le Courrier écrit : Face au manque d’adhésion au sein des milieux musicaux malgré sa volonté de faire évoluer le projet, la Fondation de la Cité de la musique tire la prise. La Fondation pour la Cité de la musique abandonne son projet visant à réunir la Haute école de musique (HEM) et l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) aux Feuillantines, en face du Palais des Nations. Elle a constaté de l’impossibilité de le poursuivre sereinement en raison d’une adhésion insuffisante, selon un communiqué commun à ces trois acteurs culturels. Plus d’infos

Patrimoine suisse Genève consacre le numéro 158 de son bulletin alerte à la Fondation Praille-Acacias-Vernets (PAV). Cette fondation a pour tâche principale de gérer pour l’Etat les droits de superficie des terrains occupant le périmètre du PAV. Plus d’infos

24heures écrit : Le Conseil d’Etat demande 42 millions de francs pour accélérer la promotion du vélo, notamment en aménageant des centaines de kilomètres de pistes cyclables. D’ici à 2035, la plupart des trajets quotidiens sur le territoire vaudois doivent pouvoir se faire à vélo. C’est l’objectif du Conseil d’État qui dévoilait, mardi, sa nouvelle stratégie de promotion de la mobilité cyclable. Dans quinze ans, la part moyenne des déplacements à vélo devrait atteindre 10%. Berne y est parvenu dès 2015 alors que Vaud dépassait tout juste les 2%. « La moitié de nos déplacements en voiture ne dépassent pas cinq kilomètres. » Plus d’infos

En novembre dernier, le Conseil d’État a mis en consultation publique un vaste dispositif législatif qui comprenait le projet de nouvelle loi sur la protection du patrimoine culturel immobilier (LPrPCI). Ce projet prend le relais de l’actuelle loi sur protection de la nature, des monuments et des sites (LPNMS) en ce qui concerne le patrimoine bâti et archéologique, à l’exclusion du volet «nature et paysage». En raison de l’abrogation des articles qui relèvent de la nouvelle loi, la LPNMS est modifiée en projet de loi sur la protection de la nature et des sites (LPNS) pour tout ce qui touche à la protection de la nature et des paysages. Ce volet fera ultérieurement l’objet d’une révision. La protection du patrimoine culturel immobilier couvre désormais l’intégralité du bâti existant, qui inclut autant des éléments individuels que des ensembles, des sites archéologiques ou historiques que des réalisations contemporaines, mais aussi des ouvrages d’art et des infrastructures publiques, de même que les aménagements qui leur sont liés. Plus d’infos

La RTS écrit : La population neuchâteloise a accepté dimanche à 77,12% un crédit de 186 millions de francs, dont 73,1 millions à charge du canton, pour le contournement routier de La Chaux-de-Fonds par la H18. L’ensemble des communes ont dit oui au contournement routier. La H18 reliant Bâle à La Chaux-de-Fonds traverse le centre de la Métropole horlogère qui supporte actuellement un trafic journalier de 22’000 véhicules. A long terme, le tunnel de contournement connaîtra une circulation quotidienne de 18’000 véhicules et sortira le trafic de transit du centre-ville. Plus d’infos

L’ASLOCA critique la technique du salami et la menace de démantèlement de la protection des locataires. Le droit du bail menace d’être sapé. Le parlement dominé par les partis bourgeois a adopté une batterie d’initiatives – toutes lancées par le lobby immobilier. Ces propositions devraient être mises en œuvre dans différents projets de loi. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) se prononce clairement contre ces détériorations dans sa réponse à la consultation. Plus d’infos

La Commission des affaires juridiques du Conseil national ouvre une procédure de consultation relative à une modification du droit du bail : en réponse à quatre initiatives parlementaires, elle propose trois avant-projets visant à empêcher les abus en matière de sous-location, à simplifier la communication en cas de modifications unilatérales du contrat et à assouplir les conditions de résiliation pour besoin propre du bailleur. Plus d’infos

Ces dix dernières années, les surfaces d’habitat et d’infrastructure ont gagné 181 km2 en Suisse, ce qui équivaut à deux fois le lac de Zurich. Comparée à l’évolution des deux décennies précédentes, l’expansion des surfaces bâties a toutefois un peu ralenti. Les forêts ont elles aussi gagné du terrain, mais uniquement en altitude. À l’instar des surfaces d’habitat et d’infrastructure, elles se sont étendues surtout aux dépens des surfaces agricoles. En haute montagne, le recul des glaciers s’est poursuivi au même rythme. Plus d’infos

Le Matin écrit : Treize bancs pivotants sont encastrés dans des socles. Les passants qui ont les yeux rivés sur leur smartphone en sont les premières victimes. Un commerçant a vu une femme portant un enfant se blesser au bras en tombant. Dans sa chute, un autre badaud a cassé ses lunettes. Pour éviter une confusion visuelle, la Ville a gommé les bandes jaunes peintes au sol. L’expérience menée depuis le 1er août dernier est efficace pour filtrer le trafic dans une zone où les livraisons ne sont autorisées que jusqu’à 10 heures. Lors d’une première phase, les bancs sont amovibles à 90 degrés par qui le souhaite, en actionnant une tirette. L’essai se poursuivra l’an prochain, jusqu’au lancement d’un vaste sondage sur la zone piétonne, où il fait bon s’asseoir par beau temps sur les bancs amovibles. Selon le résultat, la possibilité existera de verrouiller le système et d’attribuer des clefs d’accès aux commerçants. En attendant, la Ville de Neuchâtel dispose d’un argument imparable: chargé de défendre les intérêts des malvoyants, l’organisme «Centrevue» a émis un préavis favorable avant la pose de bancs jaunes qui font écho aux passages pour piétons. Plus d’infos

20 minutes écrit : Un classement indique que Genève, Lugano et Lausanne sont les lieux où la population est le plus exposée au bruit de la route. À Berne, à l’inverse, on peut dormir tranquille. Le Röstigraben existe en matière de bruit routier : telle est la conclusion du «Tages-Anzeiger» après avoir épluché des données d’un rapport immobilier réalisé par la Banque cantonale de Zurich, qui s’est notamment penchée sur l’exposition au bruit des habitants des principales villes suisses. Il se trouve que les Latins sont les plus mal lotis. Le trio de tête : Genève, Lugano et Lausanne. À Genève, 32,7% des logements sont exposés à un bruit dépassant 60 décibels. Seules 4% des adresses sont situées dans un endroit décrit comme calme, rapporte le journal zurichois. Quant aux moins bruyantes, il s’agit d’Aarau, Winterthour et, surtout, Berne, même si c’est aussi sur le territoire de la capitale que se trouve l’axe le plus bruyant du pays. Ailleurs, on peut dormir tranquille. Plus d’infos

L’AGEFI écrit : De 2011 à 2019, ce sont presque un demi-million de places de travail qui ont été ajoutées à l’économie suisse, selon les derniers résultats de l’OFS. Le secteur tertiaire est le principal facteur de croissance. Les plus fortes progressions sont observées à Zoug (+14,3% d’emplois), Vaud (+13,3%), Genève (+12,2%) ou encore Fribourg (+12,2%). L’économie suisse a compté quelque 5,3 millions d’emplois en 2019, ce qui reflète une croissance de 1,3% par rapport à 2018. La région lémanique a, elle, dépassé pour la première fois le million d’emplois et s’est placée juste derrière l’espace Mitteland et Zurich pour cette même année. Les nouveaux résultats de l’année de référence 2019 confirment que la tertiarisation de l’économie se poursuit, avec la création de plus de 50’000 emplois par an en moyenne dans le secteur des services sur la période de 2011 à 2019. Plus d’infos

 

Pour mettre en œuvre la Stratégie énergétique 2050, il est impératif de construire de nouvelles installations destinées à utiliser les énergies renouvelables et d’agrandir des installations existantes. Les procédures de planification et d’autorisation des grandes installations de production d’énergies renouvelables (hydraulique et éolien) sont actuellement trop longues. Il peut s’écouler plus de 20 ans entre le lancement d’un projet de grande installation de production d’énergie et sa réalisation, si bien que le développement s’en retrouve compliqué. L’ARE, l’OFEN et l’OFEV ont mandaté une étude. Il s’agissait avant tout de savoir comment simplifier et accélérer les procédures pour réaliser des installations importantes dans les domaines de l’énergie hydraulique et de l’énergie éolienne tout en respectant la répartition des compétences entre les différents niveaux de l’État. Plus d’infos

Cemsuisse écrit : L’Aide à la planification pour l’extraction des matières premières primaires nécessaires à la fabrication du ciment améliore la sécurité de toutes les parties prenantes en matière de planification. L’Office fédéral du développement territorial (ARE), l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), l’Office fédéral de topographie (swisstopo), la Conférence suisse des directeurs cantonaux des travaux publics, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (DTAP) et l’Association suisse de l’industrie du ciment (cemsuisse) ont élaboré ensemble cette Aide. Le document propose une présentation structurée des principales conditions cadres légales requises pour l’homologation des sites d’extraction de matières premières primaires nécessaires à la fabrication du ciment, définissant ainsi la procédure optimale permettant une mise en balance équitable des intérêts. Pour les cantons concernés et l’industrie, la publication est le gage d’une sécurité accrue sur le plan de la planification centrale. Plus d’infos

msn écrit : L’Office fédéral de la statistique vient de publier l’indice suisse des prix de l’immobilier résidentiel. Un renchérissement est constaté. Les logements en propriété ont augmenté de 6,9% par rapport au même trimestre de l’année précédente (2020) et de 2,4% comparativement au trimestre précédent. Tel est l’enseignement principal de l’indice suisse des prix de l’immobilier résidentiel (IMPI) rendu public par l’Office fédéral de la statistique ce mardi. L’augmentation est comparable pour les maisons individuelles, dont les prix ont renchéri de 2,4% par rapport au trimestre d’avant. Pour les appartements, la hausse est légèrement plus faible: + 2,3%. Les communautés urbaines de grandes agglomérations subissent les hausses les plus conséquentes. À Lutry, Pully ou Lausanne, l’augmentation est de 3,2%, tout comme dans les communes genevoises de Vandœuvres, Vernier ou Versoix. À La Chaux-de-Fonds ou au Locle, classées dans la même typologie de communes, l’augmentation est un peu moindre (2,7%). Différents indices immobiliers ont récemment démontré que la hausse des prix de l’immobilier pour l’année en cours avait battu des records. Plus d’infos

L’annuaire ‹anthos› est un volume thématique d’essais et d’entretiens, associé à un «best of» de l’architecture paysagère en Suisse. Le livre lance également le thème annuel de la FSAP sur le paysage et la politique. Le premier volume est consacré au thème du climat urbain et traite des défis que son évolution pose à l’architecture du paysage et à ses concepteurs.
La section thématique comprend une table ronde, une série de conseils sur le climat, le point de vue de la FSAP ainsi que d’autres recherches et déclarations. Les textes sont consacrés à des sujets tels que les villes-éponges, la construction et la planification climatiquement neutres dans le quotidien des bureaux, l’arme climatiquement miracle ou les espaces urbains qui gagnent en importance en raison du changement climatique. Un panel discutera de l’espace et des terres que nous mettons à la disposition du climat. Les journalistes spécialisés écrivent ou s’expriment. Un essai photographique de Jules Spinatsch transforme également ‹anthos› en livre de photos. 15 projets d’architecture de paysage des quatre dernières années, sélectionnés par un jury international, sont présentés dans la section de l’annuaire. Plus d’infos

La Tribune écrit : À partir d’une sélection de dix bâtiments récents, le public était appelé à désigner son immeuble locatif préféré à Genève. Et à définir ce qu’est un habitat de qualité. Apprécié pour sa parfaite intégration dans la nature, plébiscité pour son esthétique originale, l’ensemble des Jardins de la Gradelle, signé du bureau d’architectes Lin.Robbe.Seiler (LRS), a gagné le Prix d’architecture de la «Tribune de Genève», un concours organisé en collaboration avec le Département du territoire. Fair-play, l’architecte explique le succès de cet ouvrage en faisant le lien avec les conditions particulièrement favorables dont il a bénéficié : « Un maître d’ouvrage qui a privilégié la qualité plutôt que le rendement à court terme, une densité limitée, un contexte paysager exceptionnel. » La deuxième place revient à la coopérative d’habitation de Soubeyran, du bureau Atba, qui allie béton et verdure et privilégie le « vivre-ensemble » ; et en troisième position, dans un tout autre style, la tour des Charmilles, ouvrage du bureau 3BM3 qui marque fortement ce quartier urbain de son empreinte. Plus d’infos

Les conditions de vie s’améliorent dans les villes, mais des différences économiques et sociales persistent tant entre les cantons qu’entre les villes. C’est ce qui ressort des derniers résultats du Cercle Indicateurs, un système que 19 cantons et 32 villes utilisent pour mesurer le développement durable. Plus d’infos

Le volume des transports va continuer à augmenter. Néanmoins, sous l’effet de tendances sociétales et économiques comme l’accroissement du télétravail, l’extension de l’urbanisation et le vieillissement de la population, le transport augmentera moins vite que la population. C’est ce qui ressort des Perspectives d’évolution du transport 2050 préparées par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC). Plus d’infos

En Suisse, le réseau des transports connaît une saturation de plus en plus fréquente : aux heures de pointe, les routes des zones d’attraction des villes et agglomérations souffrent de congestion et les trains sont souvent bondés. Gérer l’espace de stationnement peut contribuer à maintenir la bonne accessibilité des centres, comme le montre une étude récente de l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Plus d’infos

Pour faire face aux asymétries culturelles, réglementaires et autres … l’expérimentation s’appuie sur une thérapie de choc : la méthode du Planspiel1. Elle consiste à faire un prototype en préalable à toute décision de réalisation. Pour cela un processus politico-technique va être simulé en deux fois deux jours. Il sera articulé autour de quatre instances franco-allemandes (fictives) : un comité de pilotage politique, une assemblée territoriale, deux types de groupe technique.
La conception de ce pôle transfrontalier d’activité en Planspiel prendra la forme d’une esquisse structurée autour d’une stratégie (concept), d’un processus (gouvernance) et d’une mise en œuvre. Cette expérimentation rigoureuse en Planspiel nécessite de l’ouverture d’esprit, de la curiosité et l’apport de compétences variées. En septembre 2021 aura lieu le premier tour du Planspiel et le second en novembre 2021. Plus d’infos

La diversité biologique de la Suisse est en crise. Des espèces animales et végétales sont au bord de l’extinction. Le monde des insectes subit un déclin massif. Il ne reste plus que des reliquats d’habitats typiques comme les marais, les zones alluviales ou les prairies sèches. Pour enrayer la perte de biodiversité, il faut revenir à une utilisation durable du territoire et, parallèlement, dédier des surfaces à la nature sous forme d’aires protégées. Des îlots de nature ne suffisent pas. Il est illusoire de vouloir conserver des espèces animales et végétales sur une petite surface. Elles ont besoin d’espace pour constituer un ensemble qui fonctionne. Les scientifiques du monde entier estiment qu’il faudrait protéger 30% des surfaces terrestres et aquatiques pour enrayer le déclin de la biodiversité. La Suisse en est encore loin. Plus d’infos

Le périodique de développement territorial Collage consacre son numéro 5/21 au sujet de la participation. En effet, la planification a évolué d’une discipline à vase clos, réservée à un cercle d’insiders, à une discipline ouverte, tournée vers la société. L’implication de la population prend une place de plus en plus centrale dans la conception de nos futures espaces de vie. Plus d’infos

Bluewin écrit : Le Conseil d’Etat vaudois a donné son feu vert à la création d’un plan d’affectation cantonal (PAC) sur le site stratégique de développement d’activités de Vernand, situé sur les communes de Lausanne et de Romanel-sur-Lausanne. Ce PAC permettra de valoriser cette zone pouvant potentiellement accueillir plusieurs milliers d’emplois, surtout dans le secteur secondaire. Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Construire, vaste programme… « Comment construire ?», demande Inès Lamunière, pensive et même méditative, avant de préciser: «Et surtout, comment construire en Suisse, dans un concentré de zones urbaines? Comment concevoir une urbanité densifiée qui accepte la nature, c’est-à-dire l’existence d’une forme de bien-être entre les espaces extérieurs et les espaces intérieurs ? Plus d’infos

Le Journal de l’Immobilier écrit : Quand on arrive à Delémont, capitale du canton du Jura, impossible d’échapper à la nouvelle construction sur les bords de la Sorne, à quelques minutes de la gare. Cette imposante tour circulaire surprend en regard des constructions alentour, plutôt grisâtres, en angles droits et sans charme particulier. Plus d’infos

Le Journal de l’immobilier écrit : A quoi peuvent bien servir ces étranges boîtiers orange disposés à même le sol dans divers endroits du canton de Genève? Ce sont des géophones, outils indispensables à la campagne de prospection du sous-sol pilotée conjointement par l’Etat de Genève et SIG-Services industriels de Genève. Les images géophysiques 3D récoltées permettront de cartographier précisément les couches souterraines du bassin genevois afin de localiser les sites les plus favorables à l’exploitation de la géothermie. Cette ressource locale et propre est essentielle à la transition énergétique, pour se chauffer et se rafraîchir. A Genève, nous recourons actuellement à 91% aux énergies fossiles (mazout, gaz) pour la thermique, provoquant ainsi de fortes émissions de CO2. Il est donc temps de changer de cap! Plus d’infos

Le Journal de l’immobilier écrit : Rendez-vous avec Frédérique Perler, maire de la Ville de Genève, en charge du Département de l’aménagement, des constructions et de la mobilité. Le vivre-ensemble, la requalification des places et des rues, l’amélioration des continuités paysagères et la mobilité douce figurent au programme de cette magistrate Verte qui compte ainsi préparer Genève aux changements climatiques. Plus d’infos

Les travaux d’assainissement des terrains contaminés par du mercure dans le Haut-Valais se poursuivent. L’Etat du Valais et Lonza ont défini les bases pour la dépollution de la zone agricole située dans la région de Viège, Baltschieder et Rarogne. Lonza assainira ces sols au-delà des exigences des prescriptions légales, ont affirmé lundi l’entreprise active dans l’industrie chimique et pharmaceutique et l’Etat du Valais dans un communiqué commun. Selon les procédures de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) en matière de protection des sols en zone agricole, un assainissement est nécessaire lorsque le seuil de pollution dépasse 20 milligrammes de mercure par kilo de sol (mg Hg/kg). Malgré tout, l’entreprise Lonza a décidé d’assainir tous les sols dont la pollution au mercure dépasse les 7 mg par kilo. Plus d’infos

Le canton de Thurgovie a révisé son plan directeur pour l’utilisation de l’énergie éolienne et a désigné six secteurs propices à l’éolien. Il apporte ainsi une contribution importante à la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. Le Conseil fédéral formule une réserve quant à l’un de ces sites, car celui-ci pourrait entrer en conflit avec un site allemand inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, à savoir l’île monastique de Reichenau. Lors de sa séance du 27 octobre 2021, le Conseil fédéral a approuvé les modifications concernant l’énergie éolienne dans le plan directeur du canton de Thurgovie, tout en confirmant son engagement en faveur de la protection transfrontalière du site inscrit au patrimoine mondial. Plus d’infos

Début 2021, soit une année environ après le début de la pandémie et à peu près au moment du deuxième semi-confinement, une personne a parcouru en moyenne près d’un tiers de kilomètres de moins que juste avant la première vague de coronavirus. Les distances couvertes ont ainsi enregistré une nette diminution dans les transports publics (–52%), mais un recul moins marqué dans le trafic individuel motorisé (–27%). Les trajets effectués à pied et à vélo n’ont guère changé. Ce sont là quelques résultats d’une analyse spéciale des données issues du microrecensement mobilité et transports (MRMT), réalisée conjointement par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Plus d’infos

Le Conseil fédéral a adopté la partie Programme remaniée du plan sectoriel des transports, désormais intitulée « Mobilité et territoire 2050 ». La Confédération y fixe ses objectifs en matière de planification des infrastructures de transport. Le document « Mobilité et territoire 2050 » est un instrument central de planification au niveau fédéral, où s’articulent les transports et le territoire. Il sert à mettre en harmonie les planifications concernant différents modes de transport comme la route et le rail et à les coordonner avec le développement territorial. Il fixe ainsi le cadre dans lequel doit se développer le système global de transport en Suisse. « Mobilité et territoire 2050 » vise une mobilité efficiente, qui soutienne le développement durable du territoire en portant le moins possible atteinte à l’environnement. Plus d’infos

Urbanisation et transports sont en corrélation étroite, plus particulièrement encore dans les agglomérations, où la population, l’économie et l’emploi affichent une certaine croissance. Pour canaliser cette dynamique – et maintenir une bonne qualité de vie, il faut planifier de manière cohérente et choisir les meilleures solutions en matière de transports. C’est pourquoi, dans le cadre du Programme en faveur du trafic d’agglomération, la Confédération soutient des projets que les agglomérations mènent dans ce domaine. Au total, 32 agglomérations ont remis à la Confédération leurs projets d’agglomération de la 4e génération avant le 15 septembre 2021. Plus d’infos

L’ATE Magazine aborde dans son bulletin 4/21 la loi sur les voies cyclables et le respect entre cyclistes et piéton.ne.s, Plus d’infos

Le Journal du Jura écrit : Lausanne devient la première ville de Suisse à généraliser le 30 km/h la nuit. Elle va abaisser la vitesse dans 120 rues et les équiper de panneaux de signalisation. Objectif : lutter contre les nuisances sonores. Pour la municipale Florence Germond, il s’agit d’un « très grand pas » en faveur d’une meilleure santé de la population : 33’000 habitants verront leur qualité de vie augmenter et leur sommeil s’améliorer, a-t-elle noté. Plus d’infos

LFM Radio écrit : Deux mètres de largeur minimale le long des rives des lacs vaudois pour tous les passants. Cela fait rêver ! Mais dans le cas du Léman, près de la moitié des 87 kilomètres n’est pas accessible au public. Sur La Côte, le taux grimpe même à 74%. L’association Rives publiques accompagnée d’élus vaudois et genevois a présenté l »offensive » à l’assaut du Léman. Celle-ci comprend le lancement d’une initiative constitutionnelle dans le canton de Vaud, d’un projet de loi à Genève, ainsi qu’un projet d’initiative fédérale. Les grandes lignes des revendications ? L’accessibilité aux rives pour tous, mais aussi des sanctions en cas de non-respect de la loi ainsi qu’une cartographie des lieux problématiques en termes de constructions et d’obstacles. Plus d’infos

L’architecte Georges Descombes pour la renaturation de l’Aire dans le canton de Genève, la curatrice Esther Eppstein et l’artiste Vivian Suter reçoivent le Grand Prix suisse d’art / Prix Meret Oppenheim, remis par l’Office fédéral de la culture pour la 21e fois. Les lauréates et le lauréat recevront leur prix le 20 septembre 2021 à Bâle, en même temps que les Prix suisses d’art. Plus d’infos

Interview de la vice-présidente de l’Asloca Genève Carole-Anne Kast. Plus d’infos

The «best architects 22 award» has been decided. With more than 400 entries, the number of participants was one of the highest in the history of the award. The outstanding quality of the projects submitted made the selection a great challenge for this year’s jury. It is impressive that the high quality of the projects submitted is reflected in all areas, regardless of the size and prestige of the respective assignment. Attention to detail, a consistent implementation of the architectural concept and a sensitive engagement with the surroundings characterise many of these works. Another striking feature is the large number of renovation and conversion projects that upgrade existing buildings with sometimes unusually creative concepts or new functions. This shows that this area of architectural creativity is becoming increasingly important. The jury has therefore decided to introduce a new category, ‹Renovation/Addition› for this important area in architecture.» The Genevian Aeby Pernegger er Associés won an award for the elaboration of the quartier des Halles in Morges. Plus d’infos

La Commission de gestion du Conseil national (CdG-N) s’est penchée sur l’état de la protection des terres cultivables en Suisse. Elle constate certes que des progrès ont été atteints ces dernières années dans ce domaine par les autorités fédérales, notamment grâce au remaniement en profondeur du Plan sectoriel des surfaces d’assolement (PS SDA). Néanmoins, la situation demeure préoccupante : la marge positive de terres cultivables par rapport aux contingents minimaux définis par la Confédération est très faible et l’absence de données fiables concernant la qualité des sols dans les cantons empêche une évaluation claire. La commission invite le Conseil fédéral à intensifier ses efforts en la matière. Plus d’infos

La modification de la loi fédérale sur la protection de l’environnement (LPE) vise à permettre de développer plus facilement l’urbanisation vers l’intérieur dans des endroits bruyant tout en protégeant la population contre le bruit. Elle propose ainsi de mettre l’accent sur les espaces libres et de détente pour compenser un habitat soumis à du bruit. Le projet de révision de la LPE formule des critères pour l’octroi de permis de construire dans des zones affectées par le bruit. Ces critères clarifient les possibilités de construire et renforcent ainsi la sécurité du droit. Selon le projet de loi, il faudra que chaque unité d’habitation dispose d’une proportion suffisante de pièces à usage sensible au bruit dans lesquelles les valeurs limites d’immissions sont respectées. S’y ajoute l’exigence que chaque unité d’habitation dans laquelle les valeurs limites d’immissions sont dépassées doit pouvoir disposer d’un espace extérieur à proximité immédiate dans lequel les valeurs de planification sont respectées. Il s’agit en fin de compte de prévoir plus d’espaces libres servant à la détente. La mise en consultation de la LPE est ouverte jusqu’au 30 décembre 2021. Plus d’infos

Le projet de nouvelle porcherie à Thierrens (VD) a été recalé de justesse dimanche dans les urnes. A l’issue d’une campagne tendue, les citoyens de la commune de Montanaire, dont font partie Thierrens et huit autres villages, ont refusé pour 16 voix cette installation qui aurait dû abriter 1500 porcs. La nouvelle construction devait regrouper plusieurs petites porcheries de la région qui ne sont plus aux normes. Le projet était porté par la Société coopérative de fromagerie du Haut-Jorat, à la recherche d’un débouché pour son petit-lait, utilisé pour nourrir les cochons. Les agriculteurs ne sont toutefois pas parvenus à convaincre la population. Les bienfaits qu’ils ont présentés – valorisation de l’économie locale, meilleures conditions d’élevage – n’ont pas suffisamment pesé face aux arguments des opposants. Ceux-ci craignaient les nuisances provoquées par une si grande porcherie, à commencer par les odeurs et le trafic des camions. Des propriétaires redoutant une baisse de la valeur de leur bien immobilier et des défenseurs de la cause animale ont aussi milité pour le non. Plus d’infos

La protection du climat fait son entrée dans la Constitution cantonale bernoise. Le corps électoral a accepté dimanche à 63,9% l’ajout d’un article stipulant que le canton et les communes s’engagent activement à circonscrire le changement climatique. Cette disposition, qui bénéficiait du soutien du gouvernement et d’une majorité du Grand Conseil, a été acceptée par 233’212 voix contre 131’969. L’issue de ce scrutin ne constitue pas une surprise, aucun comité n’ayant pris position contre cet objet. Deux arrondissements administratifs sur dix ont rejeté cet objet : Frutigen-Niedersimmental et Obersimmental-Saanen, tous les deux situés dans l’Oberland. Le oui le plus élevé a été enregistré dans celui de Berne-Mittelland avec 71,9%. Le Jura bernois a dit oui à 60,1% des votants. La participation s’est élevée à 49,8%. Cet article constitutionnel comporte un objectif : le canton de Berne devra réduire ses émissions de CO2 afin d’atteindre, d’ici 2050, la neutralité climatique. Aucune piste n’est formulée pour y parvenir. Le canton et les communes devront adopter des lois détaillant les mesures ciblées à prendre. Plus d’infos

Le vote consultatif organisé dimanche dans neuf communes sur le projet de fusion pour former un Grand Fribourg à 75’000 habitants débouche sur un résultat pour le moins mitigé. Trois communes, dont Fribourg, ont voté oui, alors que six ont glissé un non. Le verdict des urnes ne constitue pas nécessairement une surprise. S’il ne signifie pas la fin du projet, il devait servir à dessiner le périmètre définitif de la fusion. Le fait que les neuf communes consultées n’aient pas donné leur aval aura inévitablement des conséquences sur le projet. Plus d’infos

Le projet de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des États (CEATE-E), relatif à la 2e étape de la révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT 2), ne constitue pas un contre-projet indirect à l’initiative paysage. En outre, il ne contribue pas à davantage ancrer, dans la Constitution, le principe fondamental de la séparation des zones à bâtir de celles qui ne le sont pas. Plus d’infos

L’évolution des modes de vie et des valeurs ainsi que les nouvelles technologies vont modifier la mobilité au cours des prochaines décennies. Les différents niveaux étatiques souhaitent donc coordonner de manière encore plus ciblée le développement urbain et des transports. En signant la «Déclaration d’Emmenbrücke», les représentants de la Confédération, des cantons, des villes et des communes ont confirmé conjointement cette approche le 9 septembre 2021. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a adopté le message relatif à l’initiative populaire « Contre le bétonnage de notre paysage (Initiative paysage) ». Il propose au Parlement de recommander au peuple et aux cantons de rejeter l’initiative. En revanche, le Conseil fédéral soutient un contre-projet indirect à l’initiative paysage que la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des États (CEATE E) a mis en consultation. Le 12 mai 2021, le Conseil fédéral a renoncé à élaborer son propre contre-projet indirect. Plus d’infos

Ce n’est pas la seule journée consacrée à la question de l’habitat, mais celle-ci s’intéresse aux gratte-ciel en rendant hommage à l’architecte américain Louis Henry Sullivan, né un  septembre, connu pour avoir été « l’inventeur » des gratte-ciel ( father of skyscrapers pour les Américains). Le tout premier gratte-ciel serait le Wainwright Building, Saint-Louis, construit entre 1890 et 1891 (photo). Chicago suit de peu avec le gratte-ciel abritant la bourse du lieu, le Stock Exchange, bâti entre 1893 et 1894. New York arrive seulement en 3ème position avec le Guaranty Building, Buffalo, qui a été érigé en 1894-1895. Notons à ce propos qu’il y a beaucoup plus de gratte-ciel à Hong-Kong qu’à New-York. Plus d’infos

Le numéro 2/2021 de Territoire & Environnement commente brièvement les principaux arrêts rendus par le Tribunal fédéral en 2020. Ceux-ci touchent, notamment, à des questions intéressantes en lien avec le dimensionnement des zones à bâtir et l’application des inventaires de protection de la Confédération. Plus d’infos

Le cahier traite des sujets suivants : rôle de l’aménagement du territoire face au changement climatique, Post-corona : effets de la pandémie sur le développement territorial, jugement du Tribunal fédéral sur une densification de qualité et sur la valorisation des quartiers de villas, planification sensible au genre, zones d’activités de qualité grâce à un masterplan et un plan de quartier dans la commune de Rüti b. Büren BE, inscrite à l’ISOS. Plus d’infos

La pesée des intérêts, si caractéristique dans l’aménagement du territoire, représente un processus de négociation politique. Le numéro4/2021 de la revue Collage aborde les questions du bien-vivre et de la répartition équitable des mesures de planification. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a mis en vigueur des modifications de l’ordonnance concernant l’utilisation de l’impôt sur les huiles minérales à affectation obligatoire et des autres moyens affectés à la circulation routière (OUMin). Il met ainsi en œuvre les adaptations souhaitées par les Chambres fédérales afin que les communes ayant droit aux contributions dans le cadre du programme en faveur du trafic d’agglomération puissent être déterminées de manière plus souple. Plus d’infos

Transformer au lieu de bâtir à neuf, allonger les cycles de remplacement, favoriser l’économie circulaire : un changement de paradigme est en cours dans le secteur de la construction. La nouvelle édition de la revue Heimatschutz/Patrimoine apporte une contribution supplémentaire pour accompagner, accélérer et donc renforcer cette mutation dans la société. Plus d’infos

Le canton d’Obwald a totalement révisé son plan directeur. Après avoir approuvé l’été dernier déjà les chapitres du plan directeur obwaldien consacrés à la stratégie de développement territorial et à l’urbanisation, le Conseil fédéral a validé les quatre chapitres restants : transports, nature et paysage, tourisme et loisirs, autres utilisations du territoire. Plus d’infos

L’Office fédéral du logement écrit : Le monitorage  » Libre circulation des personnes et marché du logement  » de cette année met en évidence la persistance de déséquilibres sur le marché suisse du logement. Les logements en location se font de nouveau plus rares. Les logements en propriété suscitent une demande accrue, et leurs prix augmentent. Résultat, de nombreuses familles voient s’éloigner le rêve d’acquérir une maison individuelle. Plus d’infos

Swissinfo écrit : La Suisse vise la neutralité carbone d’ici 2050. Le Conseil fédéral veut toutefois atteindre l’objectif sans inscrire l’interdiction générale des énergies fossiles dans la Constitution. Il a présenté son contre-projet direct à l’initiative pour les glaciers. L’initiative populaire « Pour un climat sain (initiative pour les glaciers) » exige une réduction des émissions de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050. Plus aucun carburant ou combustible fossile (huile, gaz, essence ou diesel) ne devra être mis en circulation en Suisse à partir de cette date. Des exceptions ne sont envisageables que s’il n’existe pas d’alternative technique. Le Conseil fédéral poursuit le même objectif de réduction à zéro des émissions des gaz à effet de serre d’ici 2050 que les initiants. Il s’était fixé ce but en 2019 déjà et l’a confirmé en début d’année dans sa stratégie climatique à long terme. Plus d’infos

L’ARE écrit : Le Conseil fédéral a entériné l’adaptation des fiches du plan sectoriel des transports, Partie Infrastructure aéronautique (PSIA) relatives à l’aéroport de Zurich, du champ d’aviation de Reichenbach (BE) et de l’héliport d’Holziken (AG). Les fiches formulent les exigences générales de la Confédération regardant l’infrastructure et l’exploitation des aérodromes. Plus d’infos

L’ARE écrit : Qu’ils soient la base de la production agricole, qu’ils filtrent notre eau potable, séquestrent le CO₂ ou offrent des espaces de délassement, les sols exercent de multiples fonctions, aussi variées que vitales. La dernière édition de la revue « Forum du développement territorial », publiée par l’Office fédéral du développement territorial (ARE), met en évidence comment un développement territorial durable peut contribuer à la préservation des sols à long terme. Plus d’infos

Cipra écrit : Des alpages qui nous nourrissent, des arbres qui créent un microclimat agréable, des paysages alpins qui nous touchent et nous guérissent : début juillet 2021, une centaine de participant·e·s de tous les pays alpins ont discuté dans le cadre de la Conférence annuelle de Biella/I des bénéfices et de la valeur de la nature alpine. Plus d’infos

Mieux intégrer les groupes sociaux marginalisés, faire revivre des villes désertes dans les Alpes ou organiser un rassemblement sur les « communs ruraux » : dans le cadre du premier « Alpine Changemaker Basecamp » (ACB) qui s’est déroulé début juillet 2021 dans le Val Poschiavo/CH, une trentaine de participant·e·s de l’Arc alpin ont développé leurs projets pour un avenir viable et désirable dans les Alpes. Promouvoir la biodiversité, discuter les principes du design systémique, identifier les potentiels des bâtiments vacants : dans le cadre des nombreux workshops et sorties de terrain, les participant·e·s ont acquis de nouveaux outils qui leur ont permis de concrétiser leurs projets. Un centre montagnard pour la santé mentale et le traitement des troubles de l’alimentation, un pavillon d’art sur le thème du tourisme de masse, des bivouacs dans des granges à l’abandon : la grande diversité des projets a permis aux participant·e·s d’apprendre aussi de leurs expériences respectives. Stefanie Schorz, qui veut mettre en place un espace d’escalade de bloc durable à Schluchsee/D, est enthousiaste : « Les gens ici m’ont vraiment motivée. C’était génial de voir les autres participant·e·s venir à moi pour me donner leurs idées et leurs conseils sur mon projet ». Claas Beeser, qui veut créer des logements pour les jeunes dans le Piémont/I, en est convaincu : « La question essentielle n’est pas de savoir si quelque chose est possible, mais comment. C’est pour cela que je parle avec le plus possible de gens différents de moi : cela me permet de découvrir différentes perspectives. » Plus d’infos

Le Canton de Neuchâtel lance un projet de développement régional dans le Val-de-Ruz visant à remettre en œuvre des ateliers de transformation de produits du terroir. Arcinfo écrit : Une étable pour vaches laitières bio au Côty, des ateliers de découpe de sandres à Valangin ou encore de la vente de plantes aromatiques à Boudevilliers: ces activités font partie du Projet de développement régional. Plus d’infos

Après quatre weekends de travail, le Forum Citoyen a adopté 104 mesures pour répondre à la question : «Comment voulons-nous habiter le territoire genevois pour mieux vivre ensemble dans le respect de la nature et faire face au changement climatique?» Plus d’infos

Le Monde diplomatique consacre un article au commerce et aux voitures. En France, les centres-villes ne représentaient plus que 25% du chiffre d’affaires du commerce en 2012, contre 62% pour la périphérie et seulement 13% pour les autres quartiers. Pourtant, à New-York, Portland, Auckland, Dublin, Londres, Madrid, Toronto ou Graz, toutes les études récentes ont confirmé la pertinence du slogan « Moins de voitures, plus de clients » dans les métropoles. Plus d’infos

Arcinfo écrit : Le pôle de développement économique de La Tène doit littéralement sortir de terre d’ici 2024, transformant 23 hectares de surfaces agricoles en zone industrielle. Celle-ci est destinée aux entreprises actives dans la microfabrication, le luxe, les télécoms ou encore la pharma. Ses règles d’aménagement prévoient d’importantes contraintes écologiques, qui favorisent l’efficience énergétique, la mobilité douce et la biodiversité. Plus d’infos

A la demande du conseiller d’Etat chargé du Territoire, Antonio Hodgers, 120 plans localisés de quartier ont été passés au crible avec un double objectif : moins de voitures et plus de verdure. En effet, tous les projets urbains ont été conceptualisés il y a 15 ans. Mais les citoyen-nes ne réagissent qu’au moment où les autorisations de construire sont délivrées et à ce moment là personne ne peut plus arrêter les projets. Il faut donc agir en amont, sur le PLQ. GHI a mené une interview avec le magistrat. Plus d’infos

Le quartier des Palettes, réputé « difficile » revit une certaine renaissance. Près de 300 suggestions ont été récoltées en quelques mois auprès des habitant-es. Bon nombre de propositions concrètes ont été exprimées et seront réalisées dans le courant de l’année 2021 :

  • la mise à disposition d’installation pour grillades
  • l’agrandissement du potager
  • la construction d’un city stade éphémère
  • la construction d’un nouveau workout-

Le 9 juillet 2021, les installations réclamées par les habitant-es ont été inaugurées. Plus d’infos

L’étude interdisciplinaire «PostCarWorld» rend compte de la relation contradictoire des Suisses à la voiture. Sous certaines conditions, ils seraient prêts à s’en passer. La présentation de ses résultats à l’EPFL, le 3 octobre, sera suivie de la leçon d’honneur du professeur Jacques Lévy, directeur de l’étude, et du vernissage d’une exposition dressant le bilan des recherches de son laboratoire et présentant les résultats du projet «PostCarWord». Plus d’infos

Ce concours de projets et d’idées innovantes destiné aux collaborateurs et collaboratrices du secteur public à l’échelle de la Suisse a récompensé 4 projets, dont « UrbanKit » du Service de l’aménagement de la Ville de Genève. Le projet consiste à créer des éléments modulaires, destinés à être déployés dans des espaces publics délaissés, sous-occupés pou simplement libérés en temps de Covid par ex. Plus d’infos

Le projet « Girard aux Grottes » du bureau lausannois Monnier Architecture du Paysage est le lauréat du concours pour le réaménagement des espaces publics autour de la gare. Plus d’infos

Moneta écrit : La Ville de Lausanne a élaboré un plan climat ambitieux : interdiction des voitures à moteur thermique et réduction de la moitié du trafic individuel motorisé d’ici à 2030. En a-t-elle vraiment les moyens ? La Municipalité affiche une volonté inébranlable, mais les défis sont colossaux. Plus d’infos

Moneta écrit : La société est-elle en train de changer son rapport à la mobilité? Dans les faits, de moins en moins de jeunes passent le permis et achètent une auto. Le sociologue Vincent Kaufmann explique les effets à long terme de la pandémie sur nos déplacements. Il imagine comment utiliser judicieusement la conduite autonome et affirme qu’un monde sans voiture est possible. Plus d’infos

Le magazine Moneta publie une interview de Monika Litscher, la directrice de Mobilité piétonne Suisse. Elle poursuit l’objectif que les êtres humains puissent vivre au cœur de l’espace public et non seulement y circuler. Elle explique l’utilité de redonner l’espace public aux piéton-nes et pourquoi le lobby des personnes se déplaçant à pied est encore faible. Plus d’infos

Le transport ferroviaire de voyageurs a nettement augmenté sur l’axe nord-sud jusqu’à la fin de 2019. C’est une conséquence directe de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard en 2016 et de l’amélioration de l’offre de transports publics. Presque toutes les gares des cantons du Tessin et d’Uri ont enregistré une hausse significative du nombre de voyageurs. La dynamique aux alentours des gares s’est localement renforcée, en fonction du potentiel territorial. C’est ce qui ressort du Monitoring de l’axe du Saint-Gothard. Plus d’infos

RTS écrit : Validé fin mars par le Grand Conseil neuchâtelois, le contournement routier de La Chaux-de-Fonds est combattu par référendum. Il est lancé par des membres de SolidaritéS et quelques Verts. Les députés neuchâtelois avaient accepté à une très grande majorité le 31 mars un crédit de 186 millions de francs, dont 73,1 millions à charge du canton, pour cette portion de la H18. Mais quelques membres des Verts s’étaient déjà opposés au projet. « Le contournement routier va déplacer le trafic du centre-ville vers les quartiers nord. Déplacer le trafic sans envisager de le réduire n’est pas une solution d’avenir », a déclaré mardi Zoé Bachmann, membre de SolidaritéS et du comité référendaire, sur RTN. Une motion populaire sera également lancée pour que les 73,1 millions de francs dédiés au contournement soient alloués à des projets de mobilité collective. Plus d’infos

Le Grand Genève est mieux connu par ses habitants, mais le sentiment d’appartenance à cette agglomération transfrontalière stagne. Ces conclusions émanent d’une vaste enquête menée par la HES-SO Genève sur la population du Grand Genève et son désir du vivre ensemble. Le baromètre d’appartenance au Grand Genève ne s’est pas modifié depuis 2016. Il montre une valeur moyenne de 5,8 sur l’ensemble des régions, soit un sentiment d’appartenance plutôt moyen. Ce sentiment est le plus faible dans le district de Nyon, où pratiquement une personne sur trois le qualifie d’inexistant. La mise en service du Léman Express en décembre 2019 n’a pas changé la donne, sauf en Haute-Savoie où 20% des sondés jugent que les nouvelles infrastructures ont eu un impact élevé sur leur sentiment d’appartenance au Grand Genève. Cette part est nettement plus faible dans l’Ain, qui est moins bien desservi par ce nouveau service. La mobilité reste la préoccupation principale de la population du Grand Genève, même si son importance relative s’est réduite par rapport à 2016. Cette problématique ne semble pas réglée par la mise en service du Léman Express. Ce dernier est perçu par beaucoup de sondés comme peu pratique, hors de portée ou cher, relève la HES-SO Genève. Plus d’infos

La revue Collage de la FSU consacre son numéro 3/21 aux zones industrielles, une ressource importante. Pourtant, les activités qui s’y déroulent, caractérisées par un grand besoin d’espaces, une faible valeur ajoutée et des externalités souvent négatives en font souvent un voisinage indésiré. C’est justement en raison de l’importance de ces zones que leur optimisation et leur bonne gestion sont deux objectifs à atteindre de la nouvelle LAT. Plus d’infos

ATS écrit : En Valais, la pression exercée sur le sol est de plus en plus forte. Dans la plaine du Rhône, la disparition des surfaces agricoles y est trois fois plus rapide qu’ailleurs en Suisse. Le canton veut y remédier et crée un centre cantonal de compétence sol. En Valais, la pression exercée sur le sol s’est renforcée ces dernières décennies. La situation est particulièrement préoccupante dans la plaine du Rhône où quelque 80 hectares de terres agricoles disparaissent chaque année. Si une politique de gestion durable n’est pas mise en place rapidement, il n’y aura plus de surface agricole utile en Valais à l’horizon 2200, prévient le service de l’agriculture. Plus d’infos

L’association Sauvons Chavannes – Abac 1022 estime que le projet réduit de la jonction est toujours dommageable, car elle augmente la capacité de l’autoroute. Selon le canton et l’OFROU, le tronçon devrait être couvert et végétalisé sur 150 mètres  et favoriser les transports publics et les mobilités douces. Plus d’infos

L’initiative « Pour + de logements en coopérative » vise à développer l’habitat coopératif et demande que d’ici 2030, 10% du parc de logement à Genève soient des logements en coopérative. Ainsi, dans les années à venir quelques 10’000 logements en coopérative seraient créés. Plus d’infos

Lors de sa séance du 23 juin 2021, le Conseil fédéral a adopté la Stratégie pour le développement durable 2030 et un plan d’action couvrant les années 2021-2023. Dans cette stratégie, le Conseil fédéral fixe des priorités pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Plus d’infos

Transports et urbanisation sont étroitement enchevêtrés, plus particulièrement encore dans les agglomérations, où la population, l’économie et l’emploi affichent une certaine croissance. Pour canaliser cette dynamique – tout en maintenant une bonne qualité de vie – il faut choisir des bonnes solutions en matière de transports. C’est pourquoi, dans le cadre du Programme en faveur du trafic d’agglomération, la Confédération soutient des projets que les agglomérations mènent dans ce domaine. Seize agglomérations ont remis à la Confédération leurs projets d’agglomération de 4e génération avant la date-butoir du 15 juin 2021. La Confédération recevra d’ici la mi-septembre une deuxième série de seize autres projets. Plus d’infos

En février 2020, la Confédération a pris contact avec les cantons et les villes pour connaître leur intérêt à participer à un projet pilote. De nombreuses idées ou ébauches de projet lui ont été remises de la part des cantons d’Argovie, de Bâle-Ville, de Genève, du Jura, de Thurgovie (Frauenfeld), du Valais et de Zoug, des villes de Berne, Bienne, Delémont et Zurich. En automne 2020, l’ensemble des acteurs intéressés avaient été invités à préciser leurs idées et ébauches de projet dans le cadre d’une étude de faisabilité, en vue de leur éventuelle concrétisation. Plus d’infos

ATS écrit : Dans le canton du Jura, tout projet de nouvelles aires de stationnement doit prévoir la plantation d’un arbre pour cinq cases. Et à partir d’une certaine dimension, une partie de l’aire de stationnement doit être aménagée avec des matériaux perméables comme des pavés engazonnés. Ces dispositions doivent permettre en particulier de lutter contre les îlots de chaleur. Il est aussi demandé qu’une proportion de 20% au minimum des cases de stationnement soit pré-équipée pour faciliter l’installation ultérieure de bornes de recharge électrique. Plus d’infos

La newsletter consacrée à la quatrième génération du programme fédéral de projets-modèles pour un développement territorial durable paraît deux fois par année. Elle livre des informations, des constats et des expériences en lien avec ces projetsmodèles. Chaque numéro braque les projecteurs sur l’un des cinq axes thématiques du programme. Cette édition est axée sur la thématique suivante : « Le paysage, un atout ». Plus d’infos

Le concours international d’architecture «Constructive Alps» fête son dixième anniversaire. Pour marquer l’occasion, une conférence virtuelle sur la construction et la rénovation durables dans les Alpes a eu lieu les 9 et 10 juin 2021. Elle a été organisée par la Suisse dans le cadre de sa présidence de la Convention alpine. La Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont annoncé la sixième mise au concours du prix pour octobre 2021. Plus d’infos

20 minutes écrit : Le Grand conseil a rejeté vendredi un texte demandant d’accorder un pouvoir décisif aux communes en matière d’aménagement. Si une commune donne un avis défavorable à un projet de construction qui la concerne, le Conseil d’État continuera de pouvoir, en théorie, s’asseoir sur cette volonté. Par 72 non contre 19 oui, les députés du Grand conseil ont décidé vendredi de ne pas confier plus de compétences en la matière aux communes. Plus d’infos

ATS écrit : Les Verts vaudois lancent une initiative populaire pour sauver la colline du Mormont, près d’Eclépens, récemment occupée par des zadistes. Le texte doit aussi pousser les communes et le canton à favoriser les alternatives au ciment dans leurs constructions. Les délégués écologistes vaudois ont accepté l’Initiative  « pour une sauvegarde du patrimoine naturel et des ressources ». La récolte des 12’000 signatures requises débutera dès la rentrée, après les vacances d’été, précise le parti dans un communiqué. Le texte veut interdire « toute exploitation du sol, à l’exception d’une activité agricole et sylvicole respectueuse de l’environnement et de la nature ». Il demande aussi d’inscrire dans la Constitution vaudoise que le canton et les communes veillent à l’utilisation rationnelle du calcaire, de l’argile et du sable ainsi que de trouver des alternatives au ciment. La colline du Mormont a été occupée pendant cinq mois par des zadistes pour empêcher une extension de la gravière d’Holcim. Ils ont été évacués par la police début avril. Plus d’infos

ATS écrit : En Ville de Genève, la Cité de la musique est refusée du bout des lèvres. Le « non » au plan localisé de quartier permettant sa construction l’emporte par 50,56% des voix. Porté par des privés et devisé à 300 millions de francs, ce projet a fait l’objet d’un référendum lancé par une coalition hétéroclite réunissant les Verts, Ensemble à Gauche, l’UDC, les défenseurs du patrimoine et des artistes indépendants. Le plan localisé de quartier des Nations fixe les règles urbanistiques du bâtiment et des espaces publics. Prévu près de la place des Nations, sur un terrain appartenant à l’ONU, le vaste bâtiment en verre devait abriter l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) et la Haute école de musique (HEM), aujourd’hui éparpillée entre plusieurs lieux. Une salle philharmonique de 1580 places, deux autres salles de concert, des salles de cours, une médiathèque, un restaurant et un parc publics étaient prévus. Les référendaires déploraient des abattages d’arbres, la démolition d’une maison de maître non classée ainsi qu’un projet démesuré financé principalement par la Fondation Hans Wilsdorf. Le projet divisait le milieu artistique, certains s’enthousiasmaient pour un nouvel espace culturel sur la rive droite alors que d’autres dénonçaient « une monoculture sous perfusion » au détriment d’autres musiques. Le refus n’est pas contraignant, car le canton a le dernier mot en matière d’aménagement. Au vu du résultat serré, le Conseil d’Etat, en faveur du plan localisé de quartier, pourrait passer outre. Et des recours ne sont pas exclus, notamment en raison du couac de La Poste, qui a laissé des caisses contenant 7000 enveloppes de vote sur le trottoir pendant un week-end. Plus d’infos

arcinfo écrit : Le centre de Serrières sera entièrement réaménagé. La population de la ville de Neuchâtel a très largement dit oui au projet qui avait été combattu par référendum. Avec près de 64% de oui, les citoyennes et citoyens de la ville de Neuchâtel ont accepté le projet de réaménagement du Clos-de-Serrières. Améliorer la qualité de vie dans le quartier en créant une place de rencontre, répondre aux enjeux climatiques (avec notamment la plantation d’arbres), favoriser la mobilité douce, améliorer la sécurité : tels sont les objectifs de ce projet. Plus d’infos

ATS écrit : A Genève, une zone agricole située sur la commune de Bernex sera déclassée pour y construire de nouvelles écoles. Ce déclassement, qui était attaqué par référendum par des opposants au développement urbain, est largement accepté dimanche par 63,68% des votants. Le terrain doit accueillir des infrastructures jugées indispensables par le canton. Il s’agit notamment de construire un cycle d’orientation pour 900 élèves et un bâtiment regroupant les centres de formation professionnelle de la santé et du social. Ce déclassement permet aussi de finaliser le grand projet d’urbanisation de Bernex-Est qui qui accueillera 1600 habitants pour autant d’emplois. La parcelle dite de la Goutte de Saint-Mathieu est enclavée entre une bretelle d’autoroute et un quartier en plein développement. Elle s’étend sur 4,4 hectares, dont 2,9 de surface d’assolement. Plus d’infos

ATS écrit : La participation de l’État à une augmentation de capital de 50 millions de francs en faveur du quartier d’innovation à Fribourg a été acceptée de justesse. Le peuple fribourgeois a accepté de justesse dimanche la participation pour moitié de l’État à une augmentation de capital de 50 millions de francs en faveur du quartier d’innovation Bluefactory à Fribourg. Le projet faisait l’objet d’un référendum parlementaire. Plus d’infos

Le Département du territoire écrit : Situé entre l’Arve et Pont-Rouge, le futur quartier des Acacias transforme l’actuelle zone industrielle en un quartier vivant à l’architecture variée. Ce plan localisé de quartier réserve plus de la moitié de la surface aux espaces publics et zones de verdure. Grâce à un parking centralisé, ils seront presque entièrement libres de trafic, créant ainsi une zone piétonne agréable et sécurisée en cœur de quartier. La mobilité douce sera privilégiée, en lien avec la future voie verte du PAV et la gare Léman Express de Lancy-Pont-Rouge. Au programme également, environ 2450 logements, des équipements publics, dont une école, des activités et des commerces de proximité. Depuis l’Etoile jusqu’à l’Arve, l’espace rivière se distingue par la remise à ciel ouvert de l’Aire et de la Drize. Cette renaturation des rivières va de pair avec de nouveaux espaces verts, lieux de nature et de biodiversité. Des études viennent d’être engagées pour préciser les qualités de cet espace et son articulation avec les espaces publics et nouvelles habitations à proximité. Plus de 500 nouveaux arbres seront plantés dans le nouveau quartier. Le plan de quartier des Acacias préserve le meilleur héritage industriel et l’intègre dans les nouvelles réalisations. Ainsi, les petites maisons du secteur Ternier et l’immeuble du début du XXe siècle de la rue Eugène-Marziano seront mis en valeur. De son côté, le très sixties pavillon Sicli, lieu culturel emblématique, côtoiera l’espace rivière entre l’Etoile et Boissonnas. Plus d’infos

Le Courrier écrit : Alors que le chef-lieu a une population stagnante depuis sept ans, le boum de l’immobilier inquiète à Delémont, où certaines voix redoutent notamment le coût pour la collectivité publique. Or, selon le doyen de l’Institut du management des villes et du territoire de l’Université de Neuchâtel, les villes auraient les moyens juridiques de mener une politique plus proactive via leur droit de superficie et de créer des parcelles plus petites, moins intéressantes pour les caisses de pension. Plus d’infos

20 minutes écrit : Pour pouvoir réduire le trafic de véhicules individuels, il faut des bus. C’est sur cette base que le Grand conseil vaudois a adopté mardi un crédit de 50 millions de francs pour développer 55 lignes de bus déjà existantes autour des villes. C’est en effet dans les zones périurbaines que la population est la plus dépendante de la voiture : 69% des ménages en possèdent 2, et seuls 6% des ménages utilisent les transports publics, en raison d’une desserte insuffisante. Plus d’infos

Le document quadriennal permet de proposer à la Confédération suisse un plan d’investissement en faveur de la mobilité, à hauteur de 520,8 millions de CHF pour la période 2024-2027 (tranche A du Projet d’agglomération 4), à travers un total de 23 mesures individuelles et 3 paquets constitués de 28 mesures, dont la réalisation devra avoir lieu sur la période 2024 – 2027. Les 23 mesures comprennent des infrastructures de transports publics, d’interfaces multimodales, de mobilités douces, de réaménagement d’espaces publics et de tronçons routiers. Les 3 paquets de mesures sont consacrés à la mobilité douce, la sécurité/valorisation de l’espace routier et la gestion du trafic. Parmi ces mesures, 4 projets phares sont identifiés pour 2024-2027 comme indispensables à la concrétisation de la vision d’ensemble à l’échelle du Grand Genève : – Deux mesures en lien direct avec la future extension de la gare de Cornavin (Genève), comprenant le réaménagement des espaces publics autour de la gare et la nécessaire adaptation des voies de tramway (Rue des Terreaux-du-Temple/Boulevard James-Fazy). – Pour les réseaux de transports publics structurants de l’agglomération, l’extension transfrontalière du tramway Nations – Grand Saconnex jusqu’à Ferney-Voltaire et la deuxième phase de prolongement du tramway d’Annemasse (section Dusonchet – Perrier). Les mesures phares sont complétées de 4 mesures structurantes : élargissement de la voie verte Versoix – Pregny-Chambésy et extensions en direction de Collex-Bossy et Genève, aménagement d’une voie verte entre le parc agro-urbain de Bernex et le Bois de la Bâtie, aménagement d’une interface multimodale en gare de Marignier, aménagement d’un bus à haut niveau de service (BHNS) entre la gare Léman Express d’Annemasse et le Centre Hospitalier Alpes Léman. Plus d’infos

Genève se dote d’un plan climat cantonal de 41 mesures. Le gouvernement veut réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050, en agissant sur l’énergie, la mobilité et la consommation. Le Plan climat cantonal 2030 vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à anticiper les effets du changement climatique, a souligné le magistrat Vert Antonio Hodgers. Le réchauffement est bien plus marqué en Suisse, et le climat de Genève pourrait ressembler à celui du sud de l’Italie à la fin du siècle. Afin d’éviter ce scénario, le canton entend réduire de 90% ses émissions en 2050, par rapport à 1990. Les émissions baissent depuis 30 ans, malgré une hausse de la population. « La transition écologique concerne tous les départements, mais les efforts vont se concentrer sur l’énergie (39% des émissions), la mobilité (26%) et la consommation (28%). En matière d’énergie, les mesures concernent surtout les bâtiments, avec la fin du chauffage à mazout et une accélération des rénovations. Le canton veut atteindre 80% d’énergies renouvelables, en multipliant par cinq la surface dévolue au photovoltaïque, soit l’équivalent de 200 terrains de foot. Pour ce qui est de la mobilité, l’objectif est une baisse de 40% du trafic individuel motorisé en 2030, grâce au développement de la mobilité douce et des transports publics, notamment ferroviaires. Le parc automobile restant devra être composé à 40% de véhicules électriques. Toujours en matière d’aménagement du territoire, l’exécutif veut privilégier « la ville dense, des courtes distances et des espaces verts, où l’essentiel des besoins quotidiens sont satisfaits à proximité ». Le 70% du canton va rester dédié à la nature. Le plan des investissements 2021-2030 consacre déjà 3 milliards de francs à la transition écologique, une somme qui sera doublée pour atteindre les objectifs climatiques. Atteinte à la santé, baisse de rendement agricole, moindre compétitivité des entreprises, dévaluation boursière : ne rien faire coûterait 1,5 milliard par an à l’horizon 2050, a indiqué la grande argentière Nathalie Fontanet. Plus d’infos

Berne, 28.05.2021 – Lors de sa séance du 26 mai 2021, le Conseil fédéral a pris position sur le rapport du 19 février 2021 de la Commission de gestion du Conseil des États (CdG-E) « Protection de la biodiversité en Suisse ». Dans ce contexte, il se réfère également à sa volonté d’enrayer le déclin de la biodiversité au moyen d’un contre-projet indirect à l’initiative populaire « Pour l’avenir de notre nature et de notre paysage (Initiative biodiversité) ». Plus d’infos

Le Conseil fédéral a approuvé le message concernant la nouvelle loi fédérale sur les voies cyclables et l’a soumis au Parlement. Il entend ainsi améliorer la qualité et la sécurité des voies cyclables. Parmi les éléments phares de cette loi figurent l’obligation de planifier des réseaux de voies cyclables, la définition de principes généraux en matière de planification, le remplacement des voies cyclables qui doivent être supprimées et l’information du public concernant les réseaux de voies cyclables. Plus d’infos

EspaceSuisse écrit : « La culture du bâti englobe la somme des activités humaines qui transforment l’environnement bâti et non bâti. » Telle est la définition adoptée par les ministres européens de la culture dans la déclaration de Davos 2018. L’objectif de ce processus est d’instaurer en Europe une culture du bâti de haute qualité. Or, culture du bâti de haute qualité et urbanisation de haute qualité vont de pair. En collaboration avec l’Office fédéral de la culture (OFC), un groupe formé d’expert-es internationaux a élaboré un système de qualité qui permet d’évaluer la qualité de la culture du bâti d’un lieu de façon objective et holistique. Cette évaluation se fonde sur les huit critères de qualité suivants : Gouvernance, Fonctionnalité, Environnement, Économie, Diversité, Contexte, Esprit du lieu et Beauté. Ces huit critères sont approfondis dans le Système de qualité de Davos. L’objectif est d’évaluer la qualité de la culture architecturale, de sensibiliser la population et de stimuler le débat. Plus d’infos

Le Temps écrit : Formellement, le plan localisé de quartier (PLQ) Acacias I, qui s’étend sur 16 hectares, est mis à l’enquête publique. Durant cette phase de consultation de 30 jours, les citoyens ont le droit de commenter tous les aspects du projet. La zone industrielle des Acacias, actuellement occupée par quelque 200 entreprises, est vouée à devenir un centre-ville dynamique abritant 2450 logements et 2000 emplois. Véritables fils conducteurs du PLQ, les rivières l’Aire et la Drize vont être remises à ciel ouvert. Outre une série d’équipements publics, le projet prévoit la plantation de 500 arbres et la création d’un corridor de nature. En termes de hauteur, les bâtiments alternent entre 85, 50 et 30 mètres, réunis en un îlot urbain d’une densité similaire aux Eaux-Vives ou à Plainpalais. « On veut bâtir une ville mixte, aux antipodes de la zone dortoir ou de la gentrification », prévient le Conseiller d’Etat Antonio Hodgers, soulignant que le piéton ne sera plus contraint de longer les axes routiers. Et pour cause : les voitures seront bannies du quartier et stationneront dans des parkings extérieurs. Une orientation qui se retrouve dans le ratio de stationnement de 0,5 seulement. Plus d’infos

GHI a réalisé une interview avec la magistrate Verte Frédérique Perler sous le titre de « la rue doit devenir le prolongement de nos salons », où cette dernière déclare entre autres : La rue doit devenir le prolongement de nos salons. J’ai mandaté deux intervenantes de « Participation sur mesure ». Elles vont travailler avec la population à mettre en place des projets dans l’espace public sur la thématique de l’urgence climatique, de l’eau. Cela se veut convivial, à destination de tous les âges, inventif et même scientifique ! La population a des idées, on va les concrétiser ! Puis, elle pourra se promener de quartier en quartier pour voir les réalisations. Plus d’infos

CITRAP écrit : Alors que la tendance est à l’augmentation du trafic de marchandises, il est indispensable que ce secteur s’oriente vers plus de durabilité et d’efficacité. Disposant d’un rapport de diagnostic complet du transport de marchandises sur son territoire, le Canton veut développer des stratégies de soutien au rail, élaborer des solutions en vue d’améliorer la logistique en milieu urbain, optimiser la localisation des sites logistiques et évaluer la faisabilité du projet « Cargo Sous Terrain » sur son territoire. Plus d’infos

Une piscine couverte, un mur de grimpe, une salle omnisports  modulable, une crèche pour les q08 enfants, un centre socio-culturel, un espace de rencontre diurne et nocturne pour les jeunes, un autre pour les habitant-es du quartier, une vélostation de 500 places, un parking de 226 places et 150 appartements de type « logement d’utilité publique », soit un crédit de 115 millions de francs pour achever la reconfiguration du site de la gare des Eaux-Vives. Plus d’infos

La RTS écrit : Le conseil communal de Vevey a validé vendredi un crédit d’ouvrage de 13,2 millions de francs pour le réaménagement de la place du Marché, en suivant la municipalité. Présenté en septembre 2020, le projet Verzone de Woods Architectes prévoit notamment de planter 60 arbres, d’améliorer l’accès au lac, de créer des traversées piétonnes et d’agrémenter avec du mobilier urbain ce site qui accueille aussi, tous les 20 à 25 ans, la scène de la Fête des vignerons. Principal sujet de crispation pour les opposants, le parking ne comptera plus que 150 places, contre un peu plus de 300 actuellement. En 2019, la création d’un parking souterrain pour remplacer les places en surface avait été refusée par la populatio. Plus d’infos

24 heures écrit : Le projet Eoljoux, désavoué par la justice vaudoise, ira au Tribunal fédéral. Les promoteurs et les autorités de la vallée de Joux estiment avoir leur chance. Les Combiers refusent de tirer la prise. Les sept éoliennes de la Vallée, déboutées en mars dernier par la justice vaudoise, repartent pour un tour au Tribunal fédéral. Le recours est porté par la Commune, à savoir celle du Chenit. Le Canton, lui, n’a pas qualité pour recourir, il ne peut pas réagir à une décision judiciaire vaudoise qui porte sur un recours le touchant. Au contraire de la Commune, qui, elle, est légalement habilitée. Plus d’infos

L’Annuaire statistique de l’Union des villes suisses et de l’Office fédéral de la statistique a dévoilé ses principales conclusions : les trois quarts de la population de la Suisse habitent dans des zones urbaines. Les citadins occupent environ 2 millions de logements répartis dans près de 540 000 bâtiments. Près des trois quarts des logements sont occupés par des locataires, lesquels vivent majoritairement dans des logements de trois pièces. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a lancé la procédure de consultation visant à modifier la loi fédérale sur la géoinformation (LGéo). Il entend ainsi créer les bases légales permettant de mettre à la disposition des cantons et de la Confédération des données géologiques de privés utiles à l’aménagement du sous-sol. La procédure de consultation va durer jusqu’au 20 septembre 2021. Plus d’infos

CST écrit : Le système logistique innovant Cargo sous terrain (CST) aborde un jalon décisif: depuis le début de l’année, le Parlement débat de la base juridique du projet générationnel. La commission parlementaire compétente soutient pleinement la loi en faveur de CST. Parallèlement, cinq nouveaux investisseurs principaux se sont joints ; ils renforcent la base financière et siègent au conseil administratif de CST. Plus d’infos

L’ATS écrit: Ce projet d’envergure régionale et cantonale à proximité de l’échangeur autoroutier A9 – A12 est sous toit, après des années de travaux, explique la commune de St-Légier la Chiésaz mercredi dans un communiqué. Dans le secteur concerné, La Veyre-Derrey, le terrain devait accueillir des villas. Le changement de plan d’affectation lui permettra d’accueillir des emplois, a déclaré à Keystone-ATS Alain Bovay, son syndic. Ce changement revêt un caractère urgent. Il a pour objectif de répondre à des besoins à très court terme de relocalisation ou de développement d’entreprises présentes dans la Riviera. Plus d’infos

24 heures écrit : Les défis de mobilité auxquels font face les Suisses sont en discussion sous la Coupole fédérale. Les partis, à l’exception de l’UDC, semblent s’entendre sur les propositions. Les mesures pour tenter de limiter la circulation et ses méfaits sont la plupart du temps l’apanage des communes et des cantons, comme ici à Genève. Le Conseil fédéral souhaite harmoniser ces règles et taxer les déplacements aux heures de pointe. Alors que l’UDC et le TCS rejettent la tarification de la mobilité telle qu’envisagée par le Conseil fédéral, tous les autres grands partis sont favorables à des projets pilotes. L’objectif est de réduire les pics de trafic. Entre trains bondés et bouchons interminables, les Suisses souffrent pour se rendre au travail et en revenir. Des problèmes qui ne sont pas près de disparaître avec la mobilité croissante. Dans le but de réduire les pics d’affluence, le Conseil fédéral a mis une loi en consultation début février. Plus d’infos

Le Conseil d’Etat a adopté à l’intention du Grand Conseil un projet de loi modifiant les limites de zones portant sur des terrains situés entre la route de Lausanne et le lac Léman, au lieu-dit « Le Vengeron », à cheval sur les territoires des communes de Bellevue et Pregny-Chambésy. Il a également adopté à l’intention du Grand Conseil un projet de loi ouvrant un crédit d’investissement de 55,5 millions de francs pour l’aménagement du site et octroyant à l’entreprise Cauderay Y. sàrl une concession d’occupation des eaux publiques d’une durée de 40 ans. Ce projet d’aménagement répond à de multiples objectifs : – accueillir les entreprises lacustres, améliorer les accès à l’eau pour la baignade et l’espace de détente, offrir à la population une nouvelle base de loisirs et des infrastructures nautiques de qualité et revaloriser les qualités naturelles du site et renforcer la biodiversité. Plus d’infos

A la suite du traitement des observations et oppositions issues de l’enquête publique ouverte en 2019, le Conseil d’Etat transmet au législatif cantonal le projet de plan d’affectation cantonal Lavaux (PAC Lavaux). Soucieux de garantir un équilibre entre la préservation de ce territoire emblématique et la pratique des activités économiques et touristiques qui s’y déploient, le gouvernement se prononce pour le maintien du projet initial, avec quelques nuances toutefois. Il propose ainsi au Grand Conseil d’assouplir dans le règlement l’obligation de cultiver uniquement de la vigne dans la zone viticole prévue par le plan d’affectation, au profit d’aménagements et de plantations favorisant la biodiversité, de vergers haute-tige, de maraîchage et de prairies sèches. Le gouvernement estime également que la suppression des murs de pierres perpendiculaires aux courbes de niveau devrait être possible quand l’exploitation de la vigne le nécessite. Enfin, les capites devraient pouvoir stocker des véhicules motorisés et servir à d’autres usages qu’un simple entreposage de matériel, cela dans le respect du cadre légal fédéral. Plus d’infos

Le Conseil fédéral salue le contre-projet indirect à l’Initiative paysage de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des États (CEATE-E). Les éléments clés qu’il avait définis pour un contre-projet étant repris dans cette version mise en consultation, il a décidé lors de sa séance du 12 mai 2021 de renoncer à déposer son propre contre-projet indirect. Plus d’infos

L’indice suisse des prix de l’immobilier résidentiel (IMPI) a baissé de 0,1% au 1er trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent, atteignant 103,1 points (4e trimestre 2019 = 100). Par rapport au même trimestre de l’année précédente, cela représente un renchérissement de 3,9%. Ces chiffres ont été établis par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Plus d’infos

Tandis que le nombre d’exploitations agricoles (49 363 en 2020) a continué de baisser (–1,3% par rapport à 2019), elles ont été toujours plus nombreuses à se tourner vers le bio (+3,8%). La surface agricole utile (SAU) est demeurée quasiment inchangée. Le cheptel des vaches laitières a continué de reculer (–1,5%) alors que l’effectif de volailles a poursuivi sa croissance (+5,2%). Par ailleurs, 149 500 personnes ont travaillé sur les exploitations agricoles. Plus d’infos

Cette question, ainsi que d’autres, ont été abordées par EspaceSuisse avec différents expertes et experts. Ce bref éclairage est destiné à donner aux communes des impulsions pour le développement à venir. Les sujets traités (en allemand) sont les suivants : Commerce de détail / centres /Restauration / Travail / Habitat / Marché immobilier / Communes / villes / Mobilité / Tourisme. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a pris connaissance de l’analyse des effets de la loi fédérale sur les résidences secondaires (LRS). Il est d’avis qu’il n’est pas nécessaire de modifier la LRS. La Confédération n’a pas besoin non plus de prendre des mesures de promotion économique supplémentaires. Toutefois, le Conseil fédéral reconnaît que les domaines de l’exécution, des connaissances et des termes essentiels du secteur de l’hébergement ont besoin d’être traités. En conséquence, il a chargé le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) et le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) de mettre en œuvre des mesures pour combler les lacunes. Plus d’infos

 

La protection contre les crues est réglée dans la loi fédérale sur l’aménagement des cours d’eau. Le Conseil fédéral entend réviser celle-ci face aux nouveaux défis que sont notamment les changements climatiques et la croissance urbaine en Suisse. Il s’agit d’ancrer dans la loi la gestion intégrée des risques, qui a fait ses preuves dans le domaine des dangers naturels. Le Conseil fédéral veut protéger la Suisse en tant que cadre d’existence et espace économique afin d’y garantir la sécurité et donc un niveau de vie élevé. Il a ouvert la consultation le 14 avril 2021. Plus d’infos

Le Conseil fédéral a envoyé en consultation le contre-projet indirect à l’initiative populaire « Pour l’avenir de notre nature et de notre paysage (Initiative biodiversité) ». Si le Conseil fédéral veut lui aussi renforcer la protection de la nature, il estime toutefois que l’initiative va trop loin, car elle restreint excessivement la marge de manœuvre de la Confédération et des cantons. Par son contre-projet indirect, le Conseil fédéral veut créer suffisamment d’habitats pour les plantes et les animaux, notamment en inscrivant dans la loi l’objectif de définir 17 % du territoire national comme zone protégée. Ainsi, il vise une meilleure protection et promotion de la diversité des espèces. La biodiversité dans les milieux urbains doit aussi être renforcée. Plus d’infos

Transports et tourisme ont un fort impact climatique et écologique sur l’espace sensible que sont les Alpes. La pression touristique est en hausse, notamment dans le domaine de la mobilité, tandis que le territoire et les capacités écologiques sont limités. L’Office fédéral du développement territorial (ARE) a consacré une conférence en ligne à ce sujet le 22 avril 2021. Intitulé « MoVe the Alps », cet échange international portait principalement sur le cyclotourisme durable. Il était soutenu par le Secrétariat permanent de la Convention alpine et par l’Office fédéral des routes (OFROU). Plus d’infos

En 2020, le nombre de communes ayant un taux de résidences secondaires supérieur à 20 pour cent a reculé de 371 à 342. Cette baisse est en partie due à la fusion de certaines de ces communes. En général, leur part de résidences secondaires reste au-dessus de 20 pour cent après la fusion. Plus d’infos

Velâdzo, un village dans la ville de Bulle, projet immobilier des Transports publics fribourgeois (TPF) à 86 millions de francs, prend forme. L’ensemble, qui jouxte la future nouvelle gare ferroviaire et routière, sera mis en service par étapes l’an prochain. Plus d’infos

Le Tribunal fédéral a validé le plan d’affectation du premier parc éolien vaudois, ce qui devrait permettre la construction de six éoliennes sur les hauts de Sainte-Croix. Plus d’infos

La fusion du Grand Fribourg est un projet de société, porté par une assemblée constitutive. Le projet vise à réunir neuf communes en une seule, afin de répondre aux défis de la ville de demain et développer la qualité de vie au niveau communal. Le 29 janvier 2020, l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg a publié son concept de fusion des neuf communes du périmètre provisoire : Avry, Belfaux, Corminboeuf, Givisiez, Fribourg, Marly, Matran et Villars-sur-Glâne. Le concept détaille l’organisation de la commune fusionnée, ses prestations et le cadre financier. Les habitantes et les habitants du périmètre ont la possibilité de prendre connaissance du projet, jusqu’au vote consultatif agendé au 26 septembre 2021 dans les neuf communes. L’Assemblée disposera ensuite d’un délai pour éventuellement adapter le périmètre de fusion et soumettre à la population un projet de convention en vue du vote final. Plus d’infos

Lausanne a présenté jeudi son nouveau Plan directeur communal (PDCom). Cet outil de planification, qui va être soumis au Conseil communal, dessine les grands principes du développement de la Ville à un horizon de 10 à 15 ans. Incluant les enjeux climatiques, il oriente le développement urbain sur quelques sites stratégiques bien connectés aux transports publics. Plus d’infos

20 minutes écrit : Le Conseil municipal a voté mardi un PLQ relatif à 800 logements. Un référendum est en vue. Une étape vers la réalisation du futur quartier des Grands Esserts, à Veyrier, a été franchie, mardi soir. Le Conseil municipal a voté en faveur du plan localisé de quartier devant mener, à terme, à la réalisation de 800 logements et d’une école. Tous les partis s’y sont déclarés favorables, à l’exception des Vert’libéraux. Trois associations de riverains, qui n’avaient pas saisi l’occasion de s’exprimer durant la période de mise à l’enquête publique, menacent de déposer un référendum, a rapporté la «Tribune de Genève». Elles souhaitent que la construction de ce nouvel ensemble se réalise en deux étapes, et non une seule, afin de mieux contrôler l’urbanisme. Plus d’infos

24 heures écrit : Dix zones à trafic modéré seront créées à Lausanne d’ici 2023 Une campagne de création de nouvelles zones modérées a été lancée par la capitale vaudoise afin de réduire les nuisances sonores que subissent les Lausannois tout en améliorant la convivialité dans les quartiers. Plus d’infos

La droite genevoise estime que le réaménagement du périmètre Praille-Acacias-Vernets (PAV) prévoit la construction d’une trop grande proportion de logements sociaux. PDC, PLR et UDC ont annoncé samedi le dépôt d’un projet de loi afin d’opérer un rééquilibrage. Actuellement, la proportion de logements d’utilité publique (LUP) envisagée dans le périmètre du PAV frise les 60%. Le projet de loi demande que les règles en vigueur ailleurs sur le territoire cantonal concernant les zones de développement s’appliquent également pour cet immense secteur à réaffecter. Plus d’infos

La cité de Calvin sera un peu plus verte. L’exécutif de la Ville va proposer au conseil municipal l’ouverture d’un crédit de 4,9 millions de francs en ce sens, a-t-il indiqué dans un communiqué mercredi. « Les récents épisodes de canicule ont rappelé l’importance du végétal en milieu urbain », relève le conseil administratif. Le but est d’intervenir sur des actions locales, à savoir dans les nouvelles zones à 20 km/h, les rues piétonnes et lors du renouvellement de la chaussée ou de l’entretien des trottoirs. Il est aussi prévu de mettre en place de nouveaux abribus végétalisés. Plus d’infos

20 minutes écrit : Les loyers mensuels nets moyens pour un bien immobilier de 3 à 4 pièces en Suisse peuvent varier du simple au double selon les cantons. La moyenne dans le Jura, canton le moins cher de suisse, se situe à 967 francs par mois contre 1883 dans le canton de Zoug, qui occupe la première place du classement, selon les chiffres publiés par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Sur la deuxième marche du podium, le canton de Zurich (1663 francs par mois). Suivent Schwyz (1612 francs) et Nidwald (1553 francs). Les cantons de Genève et de Vaud arrivent juste après avec des loyers mensuels moyens respectivement de 1508 francs et 1486 francs. La moyenne suisse pour un appartement de 3 à 4 pièces est de 1362 francs. L’OFS précise que dans 62% des cas, le loyer mensuel était compris entre 1000 et 1999 francs alors qu’un quart des ménages payait un loyer mensuel inférieur à 1000 francs. Plus d’infos

Le Monde écrit : Un moratoire sur la construction de nouveaux centres a été décrété dans cette région où le nombre de m2 de commerces est 50 % supérieur à la moyenne. Pourtant une vaste zone commerciale à 2,5 km du centre-ville de Saint-Genis-Pouilly, dans l’Ain est en train d’être construite.  A 9 km de là, un peu plus à l’Est en allant vers Genève, c’est au pied de la « grande douane » de Ferney-Voltaire (Ain), que 150 boutiques, dix-sept restaurants, 1 600 places de stationnement et près de 4 000 m² consacrés aux sciences et à la culture doivent voir le jour d’ici à 2025. A sept minutes de là on trouve du H&M et du Decathlon à Val Thoiry et 70 autres enseignes, et à l’entrée de Ferney-Voltaire les allées plus chics de l’espace Candide. Bienvenue en pays de Gex, paradis des centres commerciaux, où le moratoire décrété cet été par Emmanuel Macron sur les nouvelles zones de périphérie ne semble ici perturber personne. Des habitants ont bien fait le voyage jusqu’à Bourg-en-Bresse, début juillet – à deux heures de route, autant dire un autre monde –, pour interpeller le préfet sur la pertinence d’installer deux complexes, dont l’un sur une zone humide, dans une région où le nombre de mètres carrés de commerces est déjà 50 % supérieur à la moyenne nationale. Cers projets attirent en effet l’ire d’une partie des habitant-es. Plus d’infos

Le Canton de Genève a édité un bel ouvrage de 175 pages et autant de photos pour commémorer les 20 ans de la renaturation des cours d’eau à Genève, dont font partie la Versoix, l’Hermance, le Foron et la Seymaz. Plus d’infos

La requalification de l’espace routier de la Rathausstrasse, auparavant caractérisé par du trafic de transit, a transformé cette rue en un centre-ville apaisé qui invite à la rencontre et à la flânerie. La suppression des trottoirs, et par conséquent des différences de niveau, offre une surface dédiée à la marche et au jeu plus importante. Le réaménagement de cet espace met également en valeur les remarquables façades historiques des bâtiments de la vieille-ville qui caractérisent la rue.  Ont été distingués : la requalification du centre de Balerna (TI), le système d’orientation dans le centre-ville de Bâle, les îlots d’té de Bienne, le « Salon » au centre de Canobbio (TI), la promenade Tivoli-Sevelin à Lausanne, la requalification de la place S. Simone à Vacallo (TI) et le réaménagement du Muensterhof à Zurich. Ont reçu une mention la gestion intelligents des piéton.ne.s à Bâle et Ville-traverse à St-Gall. Plus d’infos

Le Courrier écrit : Le Conseil d’Etat vaudois demande un crédit d’investissement de 50 millions de francs au parlement pour financer le développement étalé sur 4 ans des lignes de bus régionales dans le canton, ceci, afin de proposer une alternative crédible à la voiture et faire passer la proportion des déplacements en transports publics à 30% en 2030 contre 23% actuellement. Plus d’infos et Plus d’infos

La voie verte d’agglomération va progressivement poursuivre son déploiement sur la rive droite, de Vernier-Châtelaine à Satigny-Zimeysa. Ce tronçon de près de 10 km va constituer un élément de liaison fort entre les communes et les quartiers traversés. La voie verte rive droite doit offrir un nouvel axe pour les usagers de la mobilité douce, qu’ils soient adeptes du vélo, de la marche à pied ou d’autres moyens de transport (trottinette, skate, rollers…). Plus encore, elle se veut un nouvel espace public proposant des aménagements et équipements divers pour ses visiteurs d’un jour, comme les touristes, ou de tous les jours, comme les pendulaires et habitants des quartiers. L’objectif est d’ouvrir cette infrastructure au public en 2025. Plus d’infos

Le Groupement des coopératives d’habitation genevoises a lancé une initiative « Pour + de logements en coopérative » visant à développer l’habitat coopératif et demande que d’ici 2030, 10% du parc de logement à Genève soient des logements en coopérative. Ainsi, dans les années à venir quelques 10’000 logements en coopérative seraient créés. Plus d’infos

L’an passé, les logements de vacances n’ont pas connu la crise. Le coronavirus a même dopé les prix de location dans les Alpes, selon une étude de l’UBS. Souvent limitée, l’offre de logements de vacances à usage propre a profité à ce secteur. La destination touristique Engadine/Saint-Moritz (GR) est la plus chère. Un logement de vacances haut de gamme y coûte actuellement près de 17’000 francs le m², presque 7% de plus que l’année précédente. Gstaad (BE) suit en deuxième position, avec 16’500 francs le m². Verbier (VS, commune de Val de Bagnes) se place en troisième position avec un niveau de prix de 14’600 francs le m², soit une augmentation de 9% sur 2020. Les prix de logements de vacances en Suisse ont augmenté en moyenne de presque 4% par rapport à 2019. C’est la plus importante augmentation depuis 2012. La différence entre les destinations helvétiques les plus chères et celles qui sont meilleur marché a pris l’ascenseur. Plus d’infos

« Occuper l’inoccupé » : des bureaux vides pour les sans-abris En s’inspirant des initiatives développées par « Unity Cube », les Vert.e.s genevois.e.s ont développé un concept (concept « Occuper l’inoccupé ») qui permettrait de monter des modules d’habitation dans des surfaces commerciales inoccupées. Dans une question écrite au Grand Conseil (QUE 1493) et une Motion (M Occupons l’inoccupé) déposée au Conseil Municipal de la Ville, les Vert.e.s demandent d’évaluer la possibilité de mettre en place un tel dispositif. Plus d’infos

Le XIXe siècle représente l’âge d’or de l’architecture genevois. Après la Révolution de 1846, la citadelle calviniste efface ses murs et double son territoire en traçant la « ceinture Fazyste », laboratoire de modernité urbaine. Une sélection de 12 promenades à travers les quartiers de la ville pour les découvrir. Plus d’infos

La société d’art public Patrimoine Suisse Genève publie dans son dernier bulletin un article sur le quartier de l’Etang, un des plus gros projets de construction du canton de Genève,s on passé et son devenir. Plus d’infos

The study « Community-led housing: a concrete response to COVID-19 » is based on the hypothesis that Community-Led Housing initiatives (Housing Cooperatives, Community Land Trusts, Co-Housing, Intentional Communities and neighbourhoods with a strong sense of solidarity and participation) allowed their residents to collectively organise self-help, defend their rights and prevent forced evictions, and to develop other resilience mechanisms in response to income loss and reduction due to the COVID-19 pandemic. Plus d’infos

24 heures écrit : Protéger les alentours de la carrière et protéger la colline de toute nouvelle extension de Holcim, c’est ce que comptent demander les élus écologistes au Grand Conseil. À l’heure où le sort des zadistes, les occupants du plateau de la Birette, prend de plus en plus le sens d’une évacuation policière, le dossier du Mormont rebondit au parlement cantonal. Une motion, actuellement en tractation entre les élus, vise à empêcher toute extension de la carrière de Holcim. Le texte va loin. Il demande une décision cantonale de protection de la colline, outre les mesures déjà en vigueur, comme l’Inventaire fédéral des paysages. Il demande à éviter toute nouvelle extension, en dehors de celle actuellement jugée par le Tribunal fédéral sur la Birette. Ce qui comprend également la petite réserve, dite «Fontaine», située dans le plan d’affectation existant. Pour rappel, la carrière du Mormont et la cimenterie de Holcim, une des plus grande du pays, produit environ 800’000 tonnes de ciment par année et approvisionne toute la Suisse romande. Actuellement au bout de ses réserves, elle pourrait continuer ses activités d’extractions jusqu’en 2029 si le Tribunal fédéral lui donne raison. Plus d’infos

Le Conseil d’Etat soumet au Grand Conseil une demande de crédit de 50 millions de francs pour financer le développement sur 4 ans des lignes de bus régionales dans le canton. Une mesure phare du Plan climat vaudois qui doit permettre de rendre ce mode de transport plus attractif et d’inciter au changement d’habitudes de mobilité, notamment dans les régions en périphérie des centres. Le Canton vise des cadences à la demi-heure, voire au quart d’heure sur 20 lignes principales, et des renforcements ciblés sur d’autres lignes, notamment touristiques. Cette mesure devrait contribuer à faire passer la part modale des transports publics à 30% en 2030, contre 23% aujourd’hui. Plus d’infos

20minutes écrit : La Ville de Vevey poursuit son engagement en matière d’efficacité énergétique et de développement durable. Elle met en place un nouveau programme de modernisation du parc de l’éclairage public, baptisé «iMagine», afin de satisfaire la législation en vigueur, de se conformer aux engagements énergétiques pris ces dernières années et à la volonté d’être exemplaire dans le domaine de l’énergie. Plus d’infos

20minutes écrit : Le Conseil municipal de la Ville de Genève a accepté d’améliorer la circulation des vélos et des piétons sur la rive gauche de l’Arve. À une quasi-unanimité, les élus ont adopté un crédit de 12 millions de francs pour réaménager le tronçon allant du quai du Cheval-Blanc à celui des Vernets. Il devrait à l’avenir être élargi et proposer une meilleure séparation entre les cyclistes et les passants à pied. Le projet fait partie de la Voie verte, un axe dévolu à la mobilité douce qui doit traverser tout le canton sur 22 kilomètres, depuis Annemasse (Haute-Savoie/F) jusqu’à Saint-Genis-Pouilly (Ain/F). Des cheminements vers Bernex ainsi que sur la rive droite, de Versoix à Pregny-Chambésy, sont également prévus. Plus d’infos

20 minutes écrit : Doubler le nombre de logements en coopérative d’ici 2030 à Genève : voici l’objectif, très ambitieux, que poursuit l’initiative populaire lancée à la mi-mars par le Groupement des coopératives d’habitation genevoises (GCHG). A ce jour, ces appartements, au nombre de 11’000, représentent 4,6% des 237’000 logements recensés au bout du lac. Le texte présenté fixe un socle de 10% à atteindre d’ici 2030. Autrement dit, au moins 13’000 logements de ce type devraient sortir de terre en moins de dix ans. Plus d’infos

La Tribune écrit : La Confédération investira cette année près de 2,9 milliards de francs dans les routes nationales. Ces fonds permettront de financer non seulement le programme des routes nationales en service, mais aussi celui des nouvelles constructions, a indiqué lundi l’Office fédéral des routes (OFROU). Tous ces montants ont été votés par le Parlement dans le cadre du budget. Les quelque 2,9 milliards de francs proviennent du fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). L’aménagement et l’entretien de l’actuel réseau bénéficiera de 1,8 milliard de francs. Sont concernés plusieurs tronçons en Suisse romande, tels l’A1 Étoy-Ecublens, l’A1 Yverdon-Arrissoules et l’A6 Berne Wankdorf pour la réaffectation de la bande d’arrêt d’urgence. Cette manne est aussi destinée à la poursuite des travaux sur l’A1 Jonction du Grand-Saconnex (GE), l’A9 Vennes – Chexbres (VD), l’A9 à Martigny et l’A16 entre Tavannes (BE) et les Champs de Boujean, en périphérie de Bienne (BE). X        Sur les 2,9 milliards, 396 millions de francs sont destinés aux projets du programme de développement stratégique des routes nationales (PRODES). Ce montant sera essentiellement investi dans l’élargissement à six voies du contournement nord de Zurich (A1) et dans le second tube du tunnel routier du Gothard. Plus d’infos

EspaceSuisse a entièrement remanié et actualisé son manuel didactique « Introduction à l’aménagement du territoire ». Cet ouvrage se présente désormais sous la forme d’un livre et d’une version PDF. Les deux formats sont maintenant disponibles. Plus d’infos

Le taux d’intérêt de référence reste au même niveau que lors de sa dernière publication, à 1,25 %. Il est valable pour la fixation des loyers dans toute la Suisse. Plus d’infos

Le Conseil d’Etat invalide partiellement l’initiative populaire « Pour un urbanisme plus démocratique à Genève » (IN 176), en lui opposant au besoin un contreprojet. Cette initiative propose de modifier les articles 5A et 6 de la loi générale sur les zones de développement (LGZD), afin de contraindre l’Etat à davantage tenir compte de l’avis des propriétaires de terrains concernés, des communes et des citoyens dans l’élaboration des projets de plans localisés de quartier et leur procédure d’adoption. Pour le Conseil d’Etat l’initiative favorise essentiellement les intérêts particuliers des propriétaires des terrains concernés. Elle donne par ailleurs la faculté aux conseils municipaux des communes d’édicter des préavis liants en matière d’aménagement, que le canton devrait suivre. L’initiative conduira de ce fait à un blocage généralisé des projets de logement, au moment où le canton de Genève est frappé par une grave pénurie. Elle aura de plus pour effet de remettre en cause les processus de concertation engagés dans les quartiers. Plus d’infos

20minutes.ch écrit : Les électeurs de la Ville de Genève ont très nettement refusé le projet des Clé-de-Rive. La gauche espère rapidement piétonniser la zone, la droite craint que le processus s’enlise durablement. Les habitants de la Ville de Genève ne veulent pas d’un nouveau parking souterrain. Le message qu’ils ont délivré dans les urnes est d’une extrême clarté : l’ouvrage de « Clé-de-Rive », qui devait accueillir 498 places voitures a été balayé par 63,61% des votants. Le fait qu’il ait été lié à la piétonnisation de plusieurs rues du centre-ville (un objectif partagé par tous les bords politiques), et donc à la suppression du même nombre de places de stationnement en surface, n’y a rien fait. Le sort du parking, qui était sur la table depuis dix ans, étant définitivement réglé, la grande question devient : comment, dorénavant, piétonniser le centre-ville ? Elle est ardue, car le cadre légal actuel empêche de supprimer des places en surface sans les remplacer à proximité. Il y a un point qui met tout le monde d’accord, c’est l’urgence de réaménager le secteur de Rive. Plus d’infos

Le cahier aborde les sujets suivants : Une biodiversité intacte atténue les effets de la crise climatique, Les forêts naturelles diversifiées peuvent bien réagir au réchauffement climatique, Nos villes ont besoin de toute urgence d’être rendues plus vertes et plantées de nombreux arbres, Les effets du réchauffement climatique ont déjà été observés sur le Plateau et dans le Jura, Les marais à la biodiversité intacte sont d’énormes puits de carbone et un facteur climatique positif, Pourquoi il n’y a pas d’autre alternative qu’un changement sociétal et économique. Plus d’infos

Le Temps écrit : L’année 2021 sera une année de contraste pour l’immobilier commercial. Alors que le nombre de surfaces de commerce disponibles atteint un record et que le secteur des bureaux fait face aux incertitudes, le marché des surfaces logistiques a été dopé par la crise du coronavirus et l’essor de l’e-commerce. «Ces locaux sont devenus essentiels pour les fabricants et les détaillants », a indiqué Sara Carnazzi Weber, responsable en analyse politico-économique de Crédit Suisse, lors de la présentation de l’étude annuelle sur l’immobilier suisse de la grande banque, qui parle même de « segment du moment». Plus d’infos

La limitation à 30 dans les localités est une ancienne revendication. Nulle autre disposition ne réunit autant davantage pour si peu de complexité de mise en œuvre et il en résulte moins de bruit pour plus de sécurité et de qualité de vie. L’ATE consacre dans son dernier numéro un dossier au 30 km à l’heure. Plus d’infos

Le jury du concours d’architecture et d’ingénierie pour le nouveau Gymnase du Chablais à Aigle a plébiscité le projet du bureau genevois Giorgis Rodriguez Architectes. Le projet lauréat, devisé «Rose des vents» se compose d’une part d’un système constructif en bois, modulable et reproductible, et d’autre part de la première application de ce système pour la construction d’un gymnase sur le site de l’ancien hôpital d’Aigle. Sa mise en service progressive dès 2024 contribuera à absorber la forte croissance des effectifs dans les gymnases du canton. Plus d’infos

La Ville de La Chaux-de-Fonds et le TCS Neuchâtel se sont mis d’accord sur la piétonnisation de la Place du Marché. Le TCS a accepté de ne pas déposer son référendum, après avoir obtenu des garanties pour des places de parc. La contrepartie porte sur la construction préalable du parking des Forains de 380 places. L’accord entre les deux partenaires prévoit également l’installation de places de recharge pour véhicules électriques et l’augmentation de la cadence à 15 minutes de la ligne de bus reliant le parking des Forains au centre-ville, ont indiqué vendredi la Ville de La Chaux-de-Fonds et le TCS dans un communiqué commun. Plus d’infos

Le Portefeuille d’actions durables est une boîte à outils pour la réalisation d’initiatives en faveur de la durabilité, destinée aux communes fribourgeoises et aux sociétés locales. Il résulte d’une étroite collaboration entre l’Association des Communes Fribourgeoises (ACF) et l’Etat de Fribourg. Plus d’infos

Comment réaliser une oasis naturelle ? De quoi dois-je tenir compte pour la mise en œuvre ? Quels sont les aspects importants en matière d’entretien et de maintenance ? Comment puis-je convaincre les acteurs de ma commune de la nécessité de promouvoir la biodiversité ? Comment me former sur le sujet ? Et comment communiquer notre projet et notre engagement à la population et aux autres communes? Plus d’infos

Les sources constituent des habitats naturels d’une grande valeur. Elles abritent une flore et une faune spécifiques, riches et variées. L’OFEV recense ces biotopes menacés dans une base de données nationale. Il publie également un aide-mémoire sur l’état des connaissances en la matière, destiné à sensibiliser la population. Plus d’infos

Swissinfo écrit : Les projets immobiliers des CFF à Renens et Prilly ne sont plus gelés. L’ancienne régie fédérale a annoncé jeudi faire marche arrière, à la grande satisfaction des autorités vaudoises. Les CFF avaient indiqué fin janvier suspendre une trentaine de projets immobiliers jusqu’en 2025, dans l’Ouest lausannois mais aussi à Berne, Zurich ou Winterthour. Ils avaient justifié cette décision en raison de la situation économique « très tendue » due à la crise du coronavirus et au fait que la Confédération ne leur permettait pas d’augmenter leur plafond d’endettement. La Confédération a toutefois fini par revoir ses directives. Ainsi, les CFF « peuvent mettre en œuvre sans interruption » les projets qu’ils pensaient suspendre. Ils précisent toutefois qu’une nouvelle évaluation de la situation sera faite lorsque l’impact de la pandémie sera plus clair. Plus d’infos

GHI écrit : Fortement concurrencés par l’e-commerce, les temples de la consommation voient leur chiffre d’affaires baisser depuis plusieurs années. La pandémie, les vagues de semi-confinement obligent, accentue fortement cette tendance. Leur défi ? Miser sur le phygital (un concept hybride entre numérique et physique) et devenir des lieux d’expérience d’achat, de vie et de plaisir. Plus d’infos

L’ATS écrit : Les projets immobiliers rentables des CFF ne doivent pas être bloqués en raison de l’endettement de l’ex-régie fédérale. La commission des finances du Conseil des Etats souhaite que le Conseil fédéral relève le plafond d’endettement qu’il impose à l’entreprise de transports. La commission a déposé, par 10 voix contre deux et une abstention, une motion qui veut permettre aux CFF la reprise des projets qui sont supportables sur le plan économique. Elle souligne dans un communiqué que les projets immobiliers des CFF procurent des revenus intéressants et contribuent de manière décisive à l’assainissement de la caisse de pension. Suspendre des projets pourrait avoir à moyen terme des conséquences négatives sur les finances de l’ex-régie fédérale, de sa caisse de pension et des pouvoirs publics. Les CFF ont annoncé à la fin du mois de janvier qu’ils devaient suspendre une série de projets immobiliers en raison de leur situation financière très tendue. Plus d’infos

Aubonne et Hautemorges entameront la prochaine législature dès le 1er janvier 2021 dans une nouvelle configuration. Apples, Bussy-Chardonney, Cottens, Pampigny, Reverolle et Sévery seront quant à elles réunies en juillet sous la dénomination Hautemorges. Mais les rapprochements de communes restent rares dans notre région. Un spécialiste partage son expérience. Plus d’infos

Préserver et développer une culture du bâti de qualité en Suisse nécessite un niveau élevé de savoir-faire. L’Office fédéral de la culture (OFC) s’engage, en collaboration avec ses partenaires, pour rendre visibles et compléter systématiquement l’offre de conseil, les possibilités de formation continue et le savoir-faire en la matière. Il permet ainsi en particulier aux communes et aux villes de recevoir des conseils dans ce domaine et d’élargir et exploiter tout l’éventail des possibilités qui s’offrent à elles pour atteindre une culture du bâti de qualité. Plus d’infos

Le périodique du développement territorial de la FSU Collage dans son numéro 1/21 aborde les cultures de planification dans divers pays, à savoir en Equateur, en Russie, au Marco, au Burkina Faso, en Chine et en Suède. Plus d’infos

Lausanne démarre son 3e budget participatif

Le budget participatif de la Ville de Lausanne a su résister au coronavirus. La troisième édition, dotée de la plus haute cagnotte à ce jour, soit 175’000 CHF au total, est lancée. Les habitants sont invités à proposer des projets pour leur quartier. Plus d’infos

Le Courrier écrit : L’aménagement du l’espace public devient un sujet toujours plus épineux. Lausanne le vit encore davantage que d’autres villes, puisqu’elle connait un développement très fort : écoquartier des Plaines-du-Loup, transformation de la Place de la Gare, construction du métro M3 et du tram. Plus d’infos

Le programme URBiplus de l’OACOT soutient les communes du canton de Berne aussi bien pour les questions conceptuelles ou méthodologiques que pour les problématiques concrètes liées à l’urbanisation interne. Il s’agit également de leur offrir la possibilité de s’adresser directement au bureau de l’urbanisation interne. Plus d’infos

EspaceSuisse a publié un nouveau rapport sur le traitement des grands projets dans le plan directeur cantonal. Cette étude offre notamment une vue d’ensemble sur la manière de faire adoptée par les cantons et apporte à ces derniers une aide pratique. Plus d’infos

24 heures écrit : Les premiers bâtiments de l’écoquartier lausannois des Plaines-du-Loup commencent à sortir de terre. Au nord de la ville, à proximité de la Blécherette, le chantier entre dans une phase très concrète, après plusieurs mois de travaux préparatoires. Le quartier est érigé secteur par secteur. Les travaux ont commencé dans le premier plan de quartier (PA 1). Les 700 premiers habitants emménageront dès l’été 2022. À terme, soit à l’horizon 2030, ce sont près de 15’000 habitants-emploi qui rejoindront le site. Les premiers bâtiments en construction formeront un îlot, dont le cœur sera largement végétalisé et propice aux liens sociaux de proximité… Le futur métro M3 desservira le site. L’écoquartier des Plaines-du-Loup fait partie du, vaste projet de développement urbanistique lancé il y a une quinzaine d’années à Lausanne. Il incluait également la construction du stade de la Tuilière et des patinoires de la Vaudoise Arena à Malley, deux infrastructures désormais réalisées. Les prochaines étapes portent sur la finalisation des plans de quartier 2 et 3 de l’écoquartier des Plaines-de-Loup. Plus d’infos

RTN écrit : Les Verts neuchâtelois retirent leur initiative « Rives pour toutes et tous ». Le texte avait été déposé en 2016 par le parti, il demandait notamment qu’un passage continu, aménagé et entretenu de deux mètres de large au moins soit garanti le long des lacs neuchâtelois. Finalement les Verts ont communiqué mercredi après-midi être satisfait du contre-projet proposé et approuvé par le Grand Conseil le 26 janvier dernier, même si ce projet est moins coûteux et moins ambitieux. Plus d’infos

Swiss Real Estate Offer Index

Le marché immobilier continue de braver les difficultés économiques actuelles. Les prix des maisons individuelles et des appartements en copropriété ouvrent l’année sur une légère hausse. Le logement en propriété reste donc attractif en 2021. L’évolution des loyers des logements faisant l’objet de petites annonces marque une pause en janvier. Plus d’infos